Selon une nouvelle étude menée par Enterprise Strategy Group et Oracle, que Forbes France vous révèle en avant-première, l’intelligence artificielle (IA) améliore significativement les performances des organisations. Mais sa mise en place doit répondre à  une stratégie et un cahier des charges bien définis. Entretien avec Karine Picard, Country Manager France de Oracle.

L’intelligence artificielle est un des sujets majeurs, surtout dans un monde de l’entreprise qui fait face à de nombreux enjeux liés à la Tech. Mais quid de son efficacité ? Ah bien, les entreprises qui adoptent l’Intelligence artificielle (IA) et d’autres technologies émergentes pour améliorer leurs finances et leurs opérations accélèrent de 80% la croissance de leurs profits annuels, selon une nouvelle étude menée par Enterprise Strategy Group et Oracle, que Forbes France vous révèle en avant-première. 700 responsables ont été interrogés dans 13 pays pour réaliser cette enquête intitulée “Technologies émergentes : une arme concurrentielle pour les finances et les opérations”. Elle montre que les technologies émergentes (IA, Internet des Objets (IoT), blockchain, assistants numériques) ont dépassé le stade de l’adoption, surpassent les attentes qu’elles ont pu susciter et constituent de véritables avantages concurrentiels. Karine Picard, Country Manager France de Oracle, a répondu à nos questions. 


Forbes France : En quoi l’IA permet-elle d’accélérer la croissance des entreprises ? 

Karine Picard : L’IA permet d’accélérer la croissance absolument partout, tant dans les chaînes d’approvisionnement que dans les secteurs de la finance ou des ressources humaines. Notre étude menée dans le monde entier démontre que l’IA permet aux entreprises d’accélérer jusqu’à 80% la croissance de leurs profits. Elle offre aux entreprises la chance de pouvoir innover plus rapidement, et de créer des avantages concurrentiels, en plus de fournir une estimation de l’état de leur business. Elle apporte de l’aide à plusieurs niveaux : que ce soit pour réduire les marges d’erreurs, automatiser certains processus comptables ou analyser plusieurs éléments pour en tirer le plus de profit et avoir une vue d’ensemble sur l’activité d’une entreprise. 72% des entreprises utilisant l’IA ont d’ailleurs une meilleure compréhension de leurs performances globales, ce qui doit donc les aider pour accélérer leur croissance.

IA
Crédits : DR

Quels sont les usages le plus fréquents de l’IA ? 

On retrouve le plus souvent l’utilisation de l’intelligence artificielle dans la section finance des entreprises. Les assistants numériques sont notamment très prisés par les départements comptables et financiers. Cette étude en prouve les bénéfices à cet égard : les erreurs au sein des services financiers ont été réduites de 37%. De la même manière, les assistants numériques apportent eux aussi leurs lots de bénéfices : ils augmentent la productivité de 36% et accélèrent de 38% l’analyse financière.

Au niveau de la chaîne d’approvisionnement d’une entreprise par exemple, on peut également constater des bénéfices engendrés par l’utilisation de l’intelligence artificielle et ils sont nombreux : diminution des délais de traitement des commandes, réduction des erreurs au sein du traitement de commandes, augmentation du ROI escompté. 82% des entreprises interrogées qui utilisent la Blockchain sur leurs chaînes d’approvisionnement  prévoient d’ailleurs d’en tirer des avantages substantiels au cours de cette année.  

Peut-on dire que l’IA est désormais un avantage concurrentiel pour les entreprises qui en sont pourvues ? 

Notre étude met en lumière le fait que l’IA, mais aussi l’IoT et la Blockchain améliorent la réactivité des chaines d’approvisionnement. D’ailleurs, 87% des entreprises utilisant la Blockchain ont atteint ou dépassé le ROI escompté. 82% prévoient d’en tirer des avantages substantiels au cours de l’année à venir. Évidemment, investir dans l’intelligence artificielle ne peut se faire en un claquement de doigt. L’adoption de l’IA a un coût et doit émerger d’une décision mûrement réfléchie. Mais les entreprises qui ont adopté l’IA en ont constaté des bénéfices (amélioration de l’analyse opérationnelle pour 68% des répondants de l’étude), un bon retour sur investissement (87% des entreprises qui utilisent la Blockchain), ainsi sur la productivité de leurs employés (les assistants numériques augmentent la productivité de 36% et accélèrent de 38% l’analyse financière). 

Est-ce qu’une course effrénée à la maîtrise de l’IA peut être un piège pour les organisations ? 

Les entreprises qui utilisent plusieurs technologies émergentes sont 9,5 fois plus susceptibles d’avoir la meilleure précision financière ou opérationnelle du marché. Mais l’adoption de l’IA doit découler d’une réflexion dans un premier temps, et d’une analyse de son utilisation dans un second. Une fois que l’on comprend pourquoi on fait appel à l’intelligence artificielle, son implémentation et son adoption doivent être régies par un cahier des charges strict qui mènera à une bonne stratégie IA pour l’entreprise. 

La technologie va de plus en plus vite et pour que personne ne se sente dépassé, il est nécessaire que les employés amenés à travailler avec l’IA soient formés. Par exemple : il est vital de désigner un « référent IA » qui pourrait endosser le rôle du « garant de sa bonne adoption et de sa bonne utilisation ». Tout comme il est nécessaire de mettre en place des formations pour les employés qui vont être amenés à travailler avec l’intelligence artificielle ou de nouveaux outils. Mais si tout cela est bien mené, les résultats seront positifs.

Tous les secteurs sont-ils concernés par la nécessité de développer des outils qui s’appuient sur l’IA ? 

Aujourd’hui, tous les secteurs peuvent développer des outils s’appuyant sur l’IA ou les technologies émergentes. F Quant aux dirigeants financiers, ils sont convaincus à 83% que l’IA pourra automatiser complètement les processus de clôture comptable dans les cinq prochaines années. Dans la supply chain, l’utilisation de l’IA dans la chaîne d’approvisionnement permet une diminution de 6,7 jours ouvrés en moyenne dans les délais de traitement des commandes. Quant à l’exploitation des données de l’IoT dans les processus de la chaîne d’approvisionnement, cela permet la réduction de 26% en moyenne des erreurs de traitement des commandes.

Un autre exemple très concret : le secteur public. On parle beaucoup de la ville connectée et intelligente et, de facto, de la digitalisation du secteur public. On constate que l’IA est déjà adoptée par certaines villes et qu’elles en tirent des bénéfices. On connaît par exemple, l’idée des poubelles connectées qui envoient un signal aux éboueurs lorsque celles-ci sont pleines. Mais l’utilisation de l’intelligence artificielle va plus loin que ça. Elle peut anticiper les réparations d’infrastructures ou améliorer l’efficacité énergétique grâce à des thermomètres intelligents. L’IA permet au secteur public de mieux servir ses administrés, tout comme elle permet  aux entreprises de donner à leurs salariés les clés d’une meilleure productivité et d’une meilleure visibilité sur la santé de leur entreprise. Nous disions plus haut que 72% des entreprises interrogées dans notre étude et utilisant l’IA avaient une meilleure compréhension de leurs performances globales. En bref, là où la donnée est présente, une approche supportée par l’IA est pertinente à mettre en place. 

<< Lire aussi : La Data Au Service Des Abeilles >>