Basée à Condé-sur-Noireau en Normandie, Cotral Lab s’est imposé comme le numéro un mondial de la conception, fabrication et commercialisation de protections auditives sur-mesure et de haute technologie pour les professionnels. L’entreprise française est présente dans 11 pays et fabrique plus de 300 000 paires de protections auditives sur mesure par an pour ses 30 000 entreprises clientes. Forbes a pu rencontrer Laurent Capellari, PDG de cette PME familiale qui a récemment obtenu le label « Vitrines Usine du Futur » pour son ambitieux projet de transformation industrielle et digitale.

Pouvez-vous nous présenter rapidement Cotral Lab ?

Laurent Capellari : Cotral Lab est le n°1 de la conception, fabrication et commercialisation de protections auditives sur-mesure et de haute technologie pour les professionnels entièrement « made in France ». Nos protections auditives protègent l’audition, filtrent les bruits, permettent la communication que ce soit pour des industries comme l’aviation ou l’automobile, ou des entreprises dont les collaborateurs travaillent en open space. Nous travaillons également avec la DGA (Direction générale de l’Armement) et l’institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis pour développer BANG (Bouchon Auriculaire de Nouvelle Génération) à destination des soldats sur le terrain.

Nous sommes basés à Condé sur Noireau en Normandie, sommes présents dans 11 pays et fabriquons plus de 300 000 paires de protections auditives sur mesure par an. Nos protections auditives qui sont aujourd’hui portées par plus de 2 millions de professionnels, sont fabriquées à partir d’empreintes d’oreilles réalisées directement sur chaque futur utilisateur directement sur son lieu de travail. Les écouteurs sur mesure sont conçus avec les technologies les plus avancées : scanner, modelage 3D, fabrication 3D, robot… La société, qui a été créée en 1992, emploie aujourd’hui, 250 personnes dont 100 en Normandie.

On parle aujourd’hui d’Industrie du Futur ou d’Usine 4.0, comment Cotral Lab s’inscrit dans ce mouvement ?

Nous avons placé l’innovation comme pilier de notre développement dès la création de Cotral en 1992 et sommes engagés dans l’usine du futur depuis plus de 10 ans. Nous avons compris assez tôt l’importance du digital et l’avons intégré progressivement dans nos process de fabrication. Cotral Lab a d’ailleurs récemment obtenu le label Vitrines Usine du Futur, décerné par L’Alliance Industrie du Futur (AIF), pour son ambitieux projet de transformation industrielle et digitale. Cette digitalisation permet de passer d’une fabrication artisanale et manuelle à une production industrielle et numérique, une évolution indispensable pour offrir des produits toujours plus performants et ainsi préserver les emplois en région et à l’international. À l’heure actuelle, nous sommes en train de passer un nouveau cap en matière d’innovation avec le lancement à venir de deux nouveaux produits intégrants pour la première fois, des systèmes électroniques.

Vous êtes très tourné vers l’international (20 % de votre chiffre d’affaires provient de l’international), quelles sont les innovations constatées en Europe ou en Asie dans votre domaine ?

En effet, Cotral Lab est présent en Europe, en Australie et en Corée du Sud. Globalement les entreprises des pays les plus développés dépassent le stade simplement légal de la protection auditive. La forte montée des politiques RSE dans les grands groupes et les entreprises locales fait que la recherche de la performance des entreprises passe par le bien-être des salariés. Le caractère écologique est aussi de plus en plus présent, et les entreprises évaluent l’impact environnemental de la consommation de bouchons jetables par exemple. Enfin, les entreprises se transforment et se digitalisent. La communication est un levier très important de performance. Connecter les salariés entre eux pour une meilleure collaboration et une plus grande efficacité devient évident.

© Laurent Capellari, PDG du Laboratoire Cotral

L’Intelligence Artificielle, le Machine learning, la robotisation…. comment Cotral Lab intègre aujourd’hui ces technologies ?

Nous sommes en train de mettre en place à l’heure actuelle, différents process pour concevoir et fabriquer les meilleurs protecteurs du monde et satisfaire les entreprises, les collectivités, les armées en France et à l’international. En effet, notre laboratoire de fabrication se digitalise et intègre des robots pour améliorer la précision et la qualité. Nous intégrons également de l’Intelligence Artificielle pour faciliter l’organisation quotidienne des acteurs de l’entreprise.

Quelles sont vos perspectives d’évolution dans les cinq prochaines années en France ? Et au niveau mondial ?

Nous visons une croissance minimum de 20 % par sur les prochaines années. Cela passe par une accélération de notre croissance en France et surtout un fort développement à l’International. Nous avons recruté de nombreux commerciaux en France et en Allemagne ces derniers mois, et nous venons d’ouvrir l’Espagne, l’Italie et la Corée du Sud. D’autres pays devraient compléter cette liste.

Notre autre relais de croissance sera l’innovation, avec de nouvelles générations de protections auditives connectées.

Comment voyez-vous l’avenir des protections auditives ?

La promesse de Cotral Lab est de fournir aux professionnels de l’usine 4.0 une oreille augmentée, c’est-à-dire une capacité d’écoute et de compréhension supérieure aux capacités naturelles de l’oreille. Nos équipes de recherche et développement travaillent sur le lancement de Bionear, un écouteur intelligent à destination des opérateurs de l’usine 4.0. Il est réalisé sur mesure grâce à une prise d’empreinte auriculaire et se positionne dans le conduit auditif. Cet écouteur sera équipé de capteurs pour permettre à ces opérateurs d’interagir avec leur environnement de travail en permettant notamment de piloter des objets connectés à la voix, même dans un environnement sonore intense.

Enfin, quels sont les secrets d’une entreprise presque trentenaire pour se renouveler ?

D’abord avoir une vision, et la partager à l’ensemble de ses collaborateurs. Ainsi on les embarque et ils s’investissent d’autant plus qu’ils savent où veut aller l’entreprise. Ensuite, savoir remettre en cause constamment nos certitudes et nos croyances, reconnaître les échecs et savoir en tirer des leçons.

Enfin, se permettre de rêver et imaginer ce que sera le futur. Nous avons toujours eu une longueur d’avance sur nos concurrents: digitalisation, impression 3D, technologies de filtres acoustiques. À chaque fois c’était un pari avec des investissements importants et une transformation des process de fabrication. Nos collaborateurs nous ont toujours suivis, ont accepté de changer leurs métiers et ça nous a toujours réussi.