CES 2018 : L’édition 2018 du Consumer Electronics Show, plus connu sous le nom de CES de Las Vegas, ouvre ses portes mardi 9 janvier. Jusqu’au 12 janvier, exposants et visiteurs sont attendus dans les allées de cet événement devenu incontournable. Consacré à l’innovation technologique, le CES de Las Vegas est l’occasion pour la French Tech de se montrer. Avec 365 entreprises, collectivités et organisations, dont 320 start-up et scale-up, la France représente le 3ème contingent, derrière les Etats-Unis et la Chine. Et la deuxième délégation derrière les Etats-Unis grâce à 274 jeunes pousses exposées à l’Eureka Park (« the place to be » du CES).

Le Consumer Electronics Show (CES) ouvre ses portes ce mardi 9 janvier 2018 à La Vegas, dans le Nevada. Jusqu’au vendredi 12 janvier, les visiteurs seront moins intéressés par les bandits manchots que par les innovations censées marquer l’avènement du monde de demain. De la voiture autonome à l’assistant intelligent. 


Avec 365 entreprises, collectivités et organisations, dont 320 start-up et scale-up, la France se positionne comme la troisième délégation, derrière les Etats-Unis et la Chine. Et avec 274 jeunes pousse présentes à l’Eureka Park (le temple des start-up), la France s’impose comme l’an passé (avec 178 start-up exposantes), comme le deuxième contingent le plus important, juste derrière les Etats-Unis et ses 280 start-up. Une évolution remarquable puisqu’en 2015, la France n’exposait que 66 start-up. « Cette dynamique traduit une évolution importante et une nouvelle ambition chez les entrepreneurs français : ils pensent leur start-up comme internationale très tôt et vont rapidement confronter leur produit sur le marché international », indique la French Tech dans un communiqué.

Maison connectée et santé en tête

Quatre secteurs sont particulièrement représentés par les jeunes pousses françaises : la maison connectée avec près de 70 exposants, la santé (près de 50), les services aux entreprises (35) et les transports (31).

Pour la French Tech, c’est plus largement la « deep tech » qui sort son épingle du jeu : « intelligence artificielle, robotique, internet des objets, biotechnologies, nanotechnologies. » Avec quelques belles réussites, telles que Criteo, Zenly, et Talend pour le secteur des données, ou encore SigFox, Devialet, et Wandercraft pour l’internet des objets.

Des start-up trop jeunes ?

Le CES de Las Vegas s’est en effet imposé en quelques années comme l’événement tech et innovations incontournable. En 2017, quelques 184 000 visiteurs se sont bousculés dans les allées du Consumer Electronics show pour rencontrer 4 000 exposants et écouter 1 200 « speakers ». La French Tech et les collectivités l’ont bien compris : le CES est une excellente vitrine. Et ce n’est pas le gouvernement (représenté au CES par Mounir Mahjoubi et Laura Flessel) et le Président de la République prônant la « start-up nation » qui diront le contraire.

Le CES vu comme un objectif et non comme un passage, avec le risque d’envoyer trop vite et trop tôt des jeunes pousses pas encore prêtes pour l’exercice ? Certaines start-up sont envoyées par des incubateurs, des villes ou des régions soucieux de voir rayonner à l’international leur structure ou leur territoire sans toujours prendre en compte le critère de maturité de la jeune pousse.

Et un peu comme avec le Festival d’Avignon qui plonge les comptes des jeunes troupes de théâtre dans le rouge, le CES peut être un piège financier pour les start-up. Comme le note notre confrère de La Tribune, « entre les billets d’avion, le logement sur place, le coût du stand et les frais annexes, l’investissement au CES revient au minimum à 10 000 euros. »

Business France prend donc les devants en accompagnant une trentaine d’entreprises françaises, notamment pour leur apprendre à pitcher correctement en anglais et à répondre à la presse internationale.

Opportunités

Pour de nombreuses start-up, participer au CES est l’occasion de se montrer, de trouver des investisseurs et donc, de passer à la vitesse supérieure. La jeune pousse Blue Frog Robotics vient d’obtenir le prix de l’innovation et sera présente pour la troisième année consécutive à Las Vegas. Sa directrice marketing a indiqué à l’AFP que le CES a permis à l’entreprise de présenter son concept et de trouver des fonds en 2016, puis de rencontrer des partenaires en 2017. Reste à savoir ce que le CES de 2018 permettra aux jeunes pousses françaises.