Rupert Stadler a profité de la conférence de presse annuelle d’Audi qui se tenait le 15 mars à Ingolstadt, en Allemagne, pour annoncer une bonne nouvelle : la présentation de sa berline e-tron GT entièrement électrique.

Avec une commercialisation prévue à partir de 2020, la GT e-tron quatre portes sera construite et vendue par la marque de haute performance Audi Sport. Il s’agira alors du troisième modèle entièrement électrique d’Audi. La GT e-tron sera dotée d’une batterie lithium-ion de 95 kWh, dérivée de celle du SUV e-tron. Elle lui procurera une autonomie de près de 480 km, grâce à trois moteurs électriques asynchrones.

Rupert Stadler, le président d’Audi, explique : « Cette voiture vous électrise dès le premier coup d’œil, il s’agit d’une GT entièrement électrique qui présente un nouveau genre de performance. Ce fer de lance tout en émotivité sera produit en Allemagne, dans notre usine de Böllinger Höfe, près de Neckasulm, dès 2020. Ce prototype vous donne un aperçu de la voiture avant sa présentation officielle qui aura lieu cet été à Bruxelles. Cette GT est la preuve que les moteurs électriques peuvent également être hautement performants. Je suis sûr que cette berline sportive aura beaucoup d’admirateurs. C’est grâce à ce modèle qu’Audi va entrer de plain-pied dans l’ère de l’électrique. »

Tout ceci, c’est très bien pour les grands amateurs de voitures électriques, mais ça ne l’est pas tant que ça pour les adorateurs de la supercar R8 à moteur central, car, à l’origine, l’usine de Böllinger Höfe avait été spécialement conçue pour construire cette voiture qui repose sur la même architecture que la Huracan de Lamborghini. Les sources d’Audi Sport assurent que le site de production de Böllinger Höfe n’est pas assez grand pour accueillir deux lignes de production, surtout pour deux technologies différentes. Mais alors, où seront produites les prochaines générations de R8 et d’Huracans ?

La R8 et l’Huracan sont les dernières voitures de sport bruyantes à être dotées de gros moteurs atmosphériques. Audi Sport a construit 1 888 coupés R8 et 1 291 décapotables l’an dernier. Sur la même période, Lamborghini produisait 2 642 Huracans, dont 1 822 coupés.

Nos sources de Stuttgart nous ont confié qu’une collaboration se préparait entre Porsche, qui appartient également au groupe Volkswagen, et Lamborghini. Elle a pour but de mettre en place le partage d’une plateforme de production de voitures de sport en vue de créer une remplaçante pour la Huracan de Lamborghini et la vénérable 911 de Porsche.

Mais il y a encore quelques détails à régler. Par exemple, Porsche veut conserver le réservoir d’essence à l’avant du véhicule, alors que Lamborghini préfère placer les éléments de masse variable au centre.

Lors de la conférence annuelle d’Audi, Rupert Stadler a soigneusement évité de confirmer la préparation d’une troisième génération de R8 en se contentant de dire qu’aucune décision n’avait encore été prise.

Pendant ce temps, Audi Sport a publié un tweet déclarant que la GT e-tron serait le fer de lance de la marque, un titre jusqu’à maintenant réservé à la R8. Ce nouvel emblème reposera sur la même architecture J1 pour véhicules électriques que le SUV e-tron. Ce dernier est le premier véhicule électrique premium à avoir été créé par le groupe Volkswagen. Son architecture est très différentes du MEB (modular electrification toolkit) utilisé par les marques de production de masse du groupe.

Rupert Stadler a fait preuve de parcimonie dans l’énumération des détails, mais nous savons que la GT sera dotée d’un groupe motopropulseur (GMP) similaire à celui du SUV, avec un seul moteur asynchrone pour l’arbre avant et un pour chaque roue à l’arrière. La GT sera du même gabarit que l’Audi A8, mais elle devrait coûter beaucoup plus cher en plus d’atteindre nettement plus rapidement les 100 km/h. Rupert Stadler a confirmé que la GT sera le produit phare de toute une gamme de véhicules électriques Audi, qui débutera avec une A3 e-tron et un grand SUV, bien plus imposant que l’e-tron. Il a également confirmé que le SUV compact e-tron (de la taille de l’Audi Q6) sera commercialisé à 80 000 € en Europe, soit 2 000 € de plus que le Jaguar i-Pace, tout en restant largement en dessous du prix du Tesla Model X : « L’e-tron est déjà très attendu sur certains marchés. De nombreux clients ont réservé leur SUV et nous avons reçu 3 700 précommandes rien que pour la Norvège. Le SUV e-tron est un digne représentant des modèles électriques que nous commercialiserons dans les années à venir, à commencer par l’Audi e-tron Sportback en 2019 ».

Ses moteurs électriques seront construits par Audi à Gyor, en Hongrie , dans une usine qui a produit plus de 33 millions de moteurs à combustion interne ces 25 dernières années : « Nos employés hongrois produiront certainement autant de moteurs électriques ces 25 prochaines années », explique Rupert Stadler.

La moitié des ventes du SUV e-tron à l’international sera réalisée en Chine : « Nous lancerons dix variantes de ce SUV sur le marché local et nous en produirons sept directement en Chine, quatre d’entre elles seront entièrement électriques. Nous rendons la mobilité électrique rentable grâce à des synergies uniques. D’un côté, le MEB développé par Volkswagen est destiné aux SUV compacts, et de l’autre côté, notre système d’électrification premium sera utilisé sur les modèles de moyenne et haute gamme ainsi que sur les modèles de luxe. Grâce à notre collaboration avec Porsche, nous pourrons considérablement réduire les coûts de développement. D’ici 2025, nous proposerons environ 20 modèles électriques, plus de la moitié sera entièrement électrique, l’autre moitié sera constituée de modèles hybrides. De plus, nous équiperons tous nos modèles de série de moteurs hybrides légers. Nous proposons déjà des systèmes électriques sur la moitié de nos modèles de série ».