Comme chaque année, les Françaises et les Français vont faire honneur à leur statut, à savoir celui de champion du monde des régimes ! Nul besoin d’énumérer les Unes de magazines qui ont (déjà) fleuri, l’objectif « minceur » est celui de bon nombre de Français. Plus que jamais, le web joue un rôle déterminant dans cette quête où le ventre plat est considéré comme un Graal. 

Les Français(es) et la minceur, toute une histoire !

Les études en la matière sont bien trop nombreuses pour toutes les citer, mais voici quelques éléments-clés concernant le rapport des Français(es) à la minceur :


  • 56,8% des hommes et 40,9% des femmes sont en surpoids ou obèses en France (source)
  • 6,5 millions de personnes obèses en France (x2 entre 1997 et 2010)
  • 63% des Français(es) font attention à leur poids (Source IPSOS)
  • 7 femmes sur 10 souhaiteraient être plus minces (versus 1 homme sur 2)
  • 1 femme sur 4 a déjà suivi plus de 5 régimes (versus 1 homme sur 7)
  • le pourcentage de satisfaction oscille entre 51 et 75% selon les types de régimes

Le constat des Français(es) est donc juste et plutôt réaliste, mais cet accroissement de l’obésité est bien mondial (2,1 milliards de personnes en surpoids ou obèses). In fine, les risques sanitaires sont réels : maladies cardiovasculaires, diabète, cancers, troubles musculo-squelettiques…

86% des femmes ont déjà suivi un régime (versus 13% des hommes)

Au-delà d’une meilleure hygiène alimentaire et de la pratique régulière d’une activité physique, les Français, comme souligné plus haut, adorent les régimes

Parmi les moyens mis en œuvre, les plus évidents sortent du lot : réduction des matières grasses, réduction du sucre, réduction des aliments dits « industriels » et réduction des quantités dévorées. Rien de nouveau sous le soleil, sauf…

La révolution des compléments alimentaires : un marché en pleine explosion

Depuis plusieurs mois, la révolution semble provenir des compléments alimentaires. Ce marché si particulier a su se réinventer, c’est un fait. En effet, un véritable engouement semble avoir pris le contrôle des coachs, des chaînes YouTube en tous genres (notamment pour les adeptes de la musculation qui ne jurent que par la « Whey ») et des Gourous du « healthy lifestyle ». Clairement, ces « compléments » seraient presque devenus la colonne vertébrale de tout objectif « minceur ».

Été comme hiver, ces compléments alimentaires semblent avoir réponse à tout, et ce, sous des noms qui sonnent souvent très « érudits » : Lactobacillus Gasseri, Bifidobacterium, Caseï… La dénomination « probiotique » est d’ailleurs déjà largement répandue. Pour vous donner une vue d’ensemble, sachez que le marché hexagonal « pèse » déjà plus d’1 milliard d’euros et qu’1 adulte sur 5 en consomme régulièrement en France (source Agro Media) contre 65% aux Etats-Unis! 

Concrètement, sur le papier en tout cas, la mécanique de ces compléments est d’utiliser les bactéries pour mincir tout en assainissant notamment la flore intestinale. 

Soulignons également que, dans un autre registre, le marché des produits allégés et amincissants représente déjà plus de 3 milliards d’euros (progression annuelle à 2 chiffres depuis plusieurs années).

Quid de l’information via internet ?

Sans aucune surprise, le web est l’outil « d’éducation » premier de celles et ceux qui veulent maigrir. Chaînes YouTube, Ebooks, sites en tous genres, l’information n’a jamais été aussi dense en matière de régime.

Une fois de plus, et cela prévaut également pour les « actualités », l’important est de bien savoir s’informer ! Au même titre que l’automédication via des informations lues sur des forums web, il y a différents niveaux de qualité concernant les données liées à la minceur. 

Ne perdez pas de vue que mincir nécessite 3 piliers fondamentaux : mieux manger (le jeun n’a jamais aidé à mincir durablement), mieux dormir et pratiquer plus de sport.

Face à ce flot de données, les initiatives liées à un « internet responsable » se multiplient. Même le Ministère de l’Éducation Nationale a mis en garde les internautes via ce programme, c’est dire ! En ce sens, il est vivement recommandé de croiser les données et de réaliser de nombreuses recherches « complémentaires » pour éviter de jouer avec votre santé à cause de quelques Gourous 2.0 pensant avoir la science infuse et désireux d’une seule chose : vendre des produits sur lesquels ils touchent des commissions !