Apple a proposé de baisser ses prix pour pouvoir obtenir l’application Prime Video d’Amazon sur les appareils mobiles et Apple TV – un accord qui semble contredire les déclarations du PDG Tim Cook au Congrès mercredi lors d’une audition antitrust. Celui-ci a souligné qu’Apple n’accorde pas de traitement spécial à une application ou un développeur en particulier.

Faits essentiels
Pour des applications comme Spotify et Hulu, Apple prélève normalement une commission de 30 % la première année sur les achats effectués dans l’application et de 15 % chaque année par la suite.


Selon des courriels publiés par la sous-commission antitrust de la Chambre des représentants, Apple a réduit les frais à 15 % la première année et les a entièrement supprimés pour les clients qui s’abonnent déjà afin d’obtenir l’application Amazon Prime Video sur les appareils iOS et Apple TV.

Apple a également déclaré qu’il ne prélèverait que 15 % aux clients qui achètent des services tels que Showtime ou Starz via l’application d’Amazon.

L’accord a été négocié en 2016 et Amazon Prime Video a été introduite sur Apple TV en décembre 2017, bien qu’il soit difficile de savoir si ce sont les termes définitifs de l’accord.

L’offre semble contredire l’esprit de ce que M. Cook a déclaré lors d’une audition devant le Congrès sur les comportements anticoncurrentiels mercredi : « Nous appliquons les règles à tous les développeurs de manière égale », a déclaré M. Cook.

Apple n’a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires de Forbes.

« 15 % des partages de revenu pour les clients qui s’inscrivent en utilisant l’application (en utilisant notre paiement) ; pas de partages de revenu pour les clients qui s’inscrivent déjà », a écrit Eddy Cue, directeur d’Apple, à Jeff Bezos en novembre 2016.

Tim Cook, Jeff Bezos, Sundar Pichai, PDG de Google, et Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, ont témoigné lors d’une audition virtuelle devant le Congrès mercredi sur la puissance des grandes technologies. Les républicains se sont penchés sur des plaintes de longue date concernant la partialité des conservateurs, tandis que le représentant Jerrold Naddler (D-N.Y.) a demandé à Tim Cook si le fait de continuer à faire payer aux entreprises comme ClassPass et Airbnb des frais de 30 % lorsqu’elles mettent leurs services en ligne pendant la pandémie équivaut à du « profit pandémique ».

Contexte
Apple a échappé à une grande partie des critiques de Big Tech qui ont fait pression sur Facebook et Google, mais ses concurrents, grands et petits, ont dénoncé publiquement et en privé les politiques de l’App Store de la société qui favoriseraient ses propres services. Epic Games et Spotify se sont plaints de la soi-disant « taxe Apple », c’est-à-dire la réduction de 30 % qu’Apple prélève sur les achats effectués sur l’App Store. Le conflit s’est récemment étendu à un conflit public entre Apple et l’outil de gestion de projet Basecamp. Apple a d’abord rejeté une mise à jour de l’application de messagerie électronique de Basecamp parce qu’elle n’utilisait pas le système de paiement d’Apple, et le fondateur de Basecamp a décrit les règles comme « capricieuses, explosives et incohérentes politiques de racket ».

<< Article traduit de Forbes US – Auteur (e) : Rachel Sandler >

<<< A lire également :  Pourquoi Apple Va Produire Des iPhone Piratables ? >>>