ERROR 404 | Mercredi, Facebook et Twitter ont pris la décision de bloquer les comptes du président Donald Trump sur leurs plateformes, et ont supprimé deux posts récents. Ceci marque la plus forte réaction des réseaux sociaux envers le président après son soutien aux assaillants du Capitole affirmé sur Twitter.

Facebook et Twitter ont ainsi retiré deux publications de Donald Trump qui traitaient des émeutes, dans lesquelles le président exhortait les assaillants à « rentrer chez eux », mais déclarant par ailleurs qu’il connaissait leur « douleur » et ajoutait : « Voilà ce qui se produit lorsqu’une victoire électorale sacrée est dépouillée de façon vicieuse et si peu solennelle ».

Par ailleurs, Twitter a déclaré que le compte de Donald Trump serait bloqué pendant les 12 prochaines heures, ce qui signifie que le président ne pourra pas tweeter tant qu’il n’aura pas supprimé ses tweets de son propre chef.

Et Twitter a même décidé d’interrompre le plus célèbre compte du monde @realDonaldTrump

Du côté de Guy Rosen, vice-président de l’intégrité Facebook, on martèle que Donald Trump ne pourra pas poster sur Facebook ou Instagram pendant les prochaines 24 heures, car ses posts contribuent au risque de violence actuel, et ne le limitent pas.

Twitter a également averti que toute future violation de ses règles, y compris ses politiques en matière d’intégrité civique ou de menaces violentes, « entraînera la suspension permanente du compte @realDonaldTrump ».

 

 

Facebook et Twitter se sont mutuellement suivis tout au long de la journée de jeudi : Twitter a retiré les tweets de Trump après la décision de Facebook quelques heures plus tôt, puis Facebook a temporairement bloqué le compte du président après l’annonce de mesures similaires prises par Twitter.

Ce n’est pas la première fois que Twitter et Facebook suppriment des publications de Donald Trump, mais il s’agit en revanche de la réponse la plus forte prise par les deux plateformes à l’encontre du président. Sur les réseaux sociaux et dans les médias, des démocrates ainsi que des personnalités avaient vivement critiqué la passivité des deux sociétés à l’égard de Donald Trump tout au long de son mandat. Nombreux sont ceux qui affirment que ses messages ont largement contribué à la désinformation et à la violence croissantes. Mais les tweets récents du président ont fait office de point de rupture, de nombreux internautes demandant aux plateformes de bannir purement et simplement le président.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Rachel Sandler

 

<<< À lire également : Donald Trump tweete à plusieurs reprises la reconnaissance de sa défaite électorale malgré son refus de concéder >>>