Un ancien pilote technique en chef de Boeing a été inculpé par un grand jury fédéral au Texas pour fraude. Il aurait trompé les autorités de réglementation de la sécurité aérienne en dissimulant des informations sur un nouveau composant du système de contrôle de vol du Boeing 737 MAX, qui a été un facteur clé dans deux crashs survenus en l’espace d’un an et qui ont tué 346 personnes.

 

Faits marquants

  • Le ministère de la Justice allègue que Mark Forkner a dissimulé au groupe d’évaluation des aéronefs de la Federal Aviation Administration (FAA) des informations qu’il a reçues en 2016 sur un élargissement du champ d’application du logiciel de contrôle de vol appelé Maneuvering Characteristics Augmentation System (MCAS) pour qu’il fonctionne à des vitesses inférieures à celles pour lesquelles il avait été conçu auparavant.
  • À cause de cela, le groupe d’évaluation des aéronefs de la FAA a déterminé que les pilotes n’avaient pas besoin de recevoir de formation sur la nouvelle fonctionnalité de la dernière version du bestseller de Boeing, et a supprimé les références au MCAS d’un rapport recommandant des procédures de formation, ce qui, selon le ministère de la Justice, « a privé les compagnies aériennes et les pilotes de connaître des informations cruciales » sur la façon de contrôler l’avion.
  • Les enquêteurs sur les crashs ont déterminé que le MCAS a été activé lors de deux crashs de 737 MAX survenus en 2018 et 2019, poussant les avions dans un piqué que les pilotes n’ont pas pu contrer.
  • Mark Forkner est accusé de deux chefs d’accusation de fraude concernant des pièces d’avion dans le commerce inter-États et de quatre chefs d’accusation de fraude électronique.

 

Contexte clé

Le crash en octobre 2018 près de Jakarta, en Indonésie, d’un jet Lion Air, qui a tué 189 personnes à bord, a conduit l’AEG de la FAA à apprendre que le MCAS fonctionnait au-delà des circonstances limitées pour lesquelles Boeing avait dit à l’agence qu’il avait été conçu. Avant que l’agence ne puisse terminer son enquête sur le crash, un 737 MAX d’Ethiopian Airlines s’est écrasé en mars 2019 près d’Ejere, en Éthiopie, tuant 157 personnes et conduisant les régulateurs de la sécurité aérienne du monde entier à clouer l’avion au sol. Le ministère de la Justice a inculpé Boeing en janvier pour complot visant à frauder la FAA. Boeing a admis que deux de ses pilotes techniques avaient trompé le groupe d’évaluation des aéronefs de la FAA sur MCAS, et le groupe a accepté de payer plus de 2,5 milliards de dollars pour régler l’affaire.

 

Tangente

L’inculpation intervient alors que Boeing doit faire face à la découverte d’un autre défaut sur son 787 Dreamliner, concernant des pièces en titane qui n’ont pas été fabriquées correctement dans les usines de Leonardo SpA au cours des dernières années. Ce défaut a entraîné une prolongation des retards de livraison aux compagnies aériennes, ce qui a mis la société dans l’embarras.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Kimberlee Speakman

<<< À lire également : Les États-Unis et l’UE mettent fin au différend commercial Boeing-Airbus après 17 ans >>>