Le bilan mondial massif des décès de la pandémie de coronavirus a coûté à plus d’un million d’enfants au moins un parent ou un tuteur, et 400 000 autres enfants ont perdu un grand-parent ou un autre tuteur secondaire, selon une étude publiée mardi qui met en garde contre une « pandémie cachée » mondiale en pleine expansion d’orphelins à cause du Covid.

 

Principaux faits

  • Dans une étude publiée par la revue médicale « The Lancet » et dirigée par un membre du personnel des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies, les chercheurs estiment que 1,134 million d’enfants dans le monde ont perdu un parent ou un grand-parent ayant la garde de l’enfant à cause du Covid-19 entre mars 2020 et avril 2021, et que 1,562 million d’enfants ont perdu un parent, un grand-parent ou un autre membre de la famille plus âgé qui vivait avec eux.
  • L’étude estime que les États-Unis, l’Inde, le Brésil et le Mexique – quatre pays où les taux de mortalité dus au coronavirus sont assez élevés – connaissent des problèmes d’orphelins particulièrement graves, plus de 100 000 enfants de chaque pays ayant perdu un tuteur principal à cause de la pandémie.
  • Les chercheurs sont parvenus à ces estimations en utilisant des données sur les taux de fécondité et le nombre de décès excédentaires aux États-Unis et dans 20 autres pays où le nombre de décès dus au Covid-19 est élevé, et en extrapolant ces données pour le reste du monde, une stratégie que les auteurs ont comparée aux méthodes utilisées dans le passé pour estimer le nombre d’orphelins lié au sida.
  • Cette estimation dépasse de loin les chiffres d’une étude publiée en avril dans le JAMA Pediatrics, selon laquelle 37 300 enfants américains avaient perdu un parent à cause du coronavirus en février.
  • Les auteurs de l’étude ont reconnu que leurs méthodes présentaient certaines limites. Dans les pays où les données sur la surmortalité ne sont pas fiables, les chercheurs se sont appuyés sur les chiffres de décès de Covid-19, qui, selon de nombreux observateurs, sont fortement sous-déclarés.

 

Le contexte

Les enfants sont beaucoup moins susceptibles de mourir ou de tomber gravement malades à cause du coronavirus que les adultes. Les mineurs ne représentent que 335 des plus de 600 000 décès dus au Covid-19 aux États-Unis, contre environ 475 000 décès de personnes âgées américaines, selon les chiffres du CDC. Les chercheurs préviennent toutefois que les enfants pourraient être confrontés à de graves conséquences secondaires du Covid-19, en particulier si leurs parents ou leurs proches décèdent. Les enfants qui perdent un parent ou un tuteur se retrouvent souvent avec un traumatisme durable, des problèmes de santé et des risques socio-économiques, ont déclaré les chercheurs mardi.

 

Citation importante

« Les enfants qui perdent leurs parents et leurs tuteurs à cause du Covid-19 sont victimes d’une pandémie secondaire », a écrit Lucie Cluver, professeure à l’Université d’Oxford et à l’Université du Cap et co-auteur de l’étude, dans une tribune du New York Times mardi.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Joe Walsh

 

<<< À lire également : Covid-19 : Les JO de Tokyo vont-ils créer un “méga-cluster” ? >>>