Lundi 5 juillet, le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, a annoncé lors d’une conférence de presse que la plupart des restrictions sanitaires prendraient fin le 19 juillet prochain, malgré l’augmentation constante des cas d’infection au variant Delta.

 

Cependant, les contrôles aux frontières continueront d’être maintenus, tout comme la liste rouge des pays à risque. Boris Johnson a déclaré qu’il comptait travailler avec l’industrie du tourisme pour supprimer progressivement la quarantaine obligatoire pour les voyageurs entièrement vaccinés en provenance d’un pays sur liste orange. Il s’agit de la deuxième annonce officielle du Premier ministre britannique sur la suppression de la quarantaine obligatoire pour les personnes entièrement vaccinées. Toutefois, aucune date n’a été donnée concernant la mise en œuvre de ce dispositif, au grand dam des professionnels du tourisme.

Actuellement, seule une poignée de pays figure sur la liste verte du Royaume-Uni. Les voyageurs en provenance de ces pays peuvent entrer librement sur le territoire britannique sans observer une période de quarantaine à leur arrivée.
La plupart des pays de l’Union européenne (UE) figurent sur la liste orange, ce qui implique une quarantaine obligatoire de dix jours à l’arrivée au Royaume-Uni, avec un test avant l’arrivée et deux tests les deuxième et huitième jours après l’arrivée. Il est possible de mettre fin à la quarantaine le cinquième jour en cas de test négatif.
Les voyageurs en provenance d’un pays figurant sur la liste rouge doivent être placés en quarantaine dans des hôtels désignés par le gouvernement.

Bien que Boris Johnson ait déclaré à la presse que la hausse des taux d’infection entraînait une augmentation des admissions à l’hôpital et que le pays devait « se préparer à un plus grand nombre de décès », le Royaume-Uni mettra fin aux restrictions sanitaires. Cette mesure peut être mise en œuvre grâce à « l’efficacité continue de la campagne vaccinale », avec 45 millions d’adultes ayant reçu une première dose et 30 millions une seconde (soit le taux le plus élevé en Europe, à l’exception de Malte), et au fait que le Royaume-Uni a montré qu’il avait su briser « le lien entre le virus et la mort. »

 

Boris Johnson a annoncé une nouvelle série de mesures qui entrera en vigueur à partir du 19 juillet :

  • Le gouvernement britannique délaissera les restrictions légales en matière de contrôle des déplacements. La population sera ainsi libre de prendre ses propres décisions et donc de se déplacer où elle souhaite.
  • Le gouvernement annoncera la fin des jauges lors de rassemblements ainsi que la suppression de la distanciation sociale.
  • À partir du 19 juillet, le port du masque ne sera plus obligatoire. Néanmoins, le gouvernement continuera de conseiller la population sur les situations dans lesquelles il convient de porter le masque.
  • Enfin, le Royaume-Uni permettra aux entreprises de rouvrir leurs portes. Le télétravail ne sera dès lors plus une obligation.

Selon le Premier ministre du Royaume-Uni, il est préférable que le pays rouvre maintenant plutôt que cet hiver, lorsque la situation pourrait à nouveau empirer. Boris Johnson a déclaré à la presse que si le Royaume-Uni ne levait pas les dernières restrictions sanitaires dans les prochaines semaines, alors « nous devons nous demander quand nous pourrons revenir à la normale. » Pour le chef de l’opposition, Keir Starmer, cette décision est imprudente.
La décision finale pour la levée des dernières restrictions sera prise le lundi 12 juillet, avant le Freedom Day prévu le 19 juillet et après examen des données de la semaine. Concernant les restrictions de voyage, le ministre des Transports, Grant Shapps, fera une déclaration plus tard dans la semaine.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Alex Ledsom

 

<<< À lire également : UE : les États membres renforcent les restrictions pour les voyageurs britanniques, tandis qu’Angela Merkel veut leur interdire l’accès au continent >>>