Dimanche, le secrétaire d’État des États-Unis, Antony Blinken, a fermement réprimandé la Chine pour les actes de génocide commis à l’encontre des Ouïghours musulmans au Xinjiang, déclarant que les États-Unis s’opposent « résolument » aux violations « scandaleuses » des droits de l’homme commises par ce pays. Il a exhorté les entreprises américaines à s’assurer qu’elles ne font pas affaire dans cette région.

 

Faits marquants

  • S’exprimant dans le cadre de l’émission Meet the Press de NBC News, M. Blinken a réitéré les commentaires qu’il avait faits lors de son audition de confirmation en janvier, dans lesquels il avait qualifié le traitement des Ouïghours du Xinjiang par le gouvernement chinois de « tentative de génocide », estimant que c’était « exactement la bonne description ».
  • Anthony Blinken a également appelé les gouvernements du monde entier, y compris les États-Unis, à prendre des « mesures concrètes » pour s’assurer qu’aucune entreprise ne fournit à la Chine des produits ou des services qui facilitent sa répression de la population ouïghoure.
  • « Nous devons examiner les produits fabriqués dans cette partie de la Chine pour nous assurer qu’ils ne viennent pas ici », a déclaré M. Blinken, faisant allusion (sans toutefois faire spécifiquement référence) à la série d’entreprises de vêtements qui ont été confrontées à des réactions négatives pour s’être prétendument approvisionnées en matériaux tels que le coton du Xinjiang.
  • À la question de savoir s’il était envisagé de boycotter les Jeux olympiques d’hiver de 2022 à Pékin, M. Blinken a répondu que les États-Unis n’en étaient « pas encore là » et qu’une décision à un an de l’événement serait « prématurée », même s’il a indiqué que le département d’État s’attachait à discuter et à consulter ses alliés au sujet de leurs préoccupations.
  • Le secrétaire d’État a également critiqué la Chine pour son manque de transparence durant les premiers jours de la pandémie, affirmant que le pays n’avait pas donné aux experts internationaux de la santé un accès en temps réel aux informations sur la propagation du virus. Il a également exhorté le pays à contribuer à la mise en place d’un système de sécurité sanitaire mondial plus solide et à réexaminer les origines de la Covid-19.
  • Le gouvernement chinois a catégoriquement nié avoir commis des violations des droits de l’homme au Xinjiang. Fin mars, le ministère chinois des Affaires étrangères a qualifié ces allégations de « rumeurs et de désinformation » et a demandé aux gouvernements étrangers de cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine.

 

Contexte clé

Le mois dernier, une enquête indépendante sur les allégations de génocide au Xinjiang, menée par un groupe de réflexion non partisan de Washington, a conclu qu’il existait des preuves « claires et convaincantes » que le gouvernement chinois violait la convention des Nations unies sur le génocide avec « l’intention de détruire » la population ouïgoure, majoritairement musulmane. « Les Ouïghours sont victimes de tortures systématiques et de traitements cruels, inhumains et dégradants », a déclaré le Newlines Institute for Strategy and Policy dans son rapport, concluant que, parmi d’autres actes de génocide, la Chine a tué des Ouïghours et leur a causé des dommages corporels ou mentaux graves.

 

Tangente

Des entreprises et des gouvernements fédéraux ont été au cœur d’une tempête médiatique concernant leurs liens présumés avec la région autonome du Xinjiang. Depuis la mi-mars, les actions de Nike et de H&M ont chuté de 6 % et de 8 % respectivement, et leur valeur boursière a perdu au moins 20 milliards de dollars à la suite d’allégations selon lesquelles les fabricants de vêtements se seraient approvisionnés en coton dans la région. Les deux entreprises ont farouchement nié ces allégations, suscitant des appels au boycott de la part des autorités chinoises. Les marques de luxe ont également été confrontées à des réactions négatives, le créateur britannique Burberry ayant perdu des contrats de marketing pour ne pas avoir condamné les actes de génocide au Xinjiang.

 

Citation clé

« Nous devons être en mesure d’amener le monde à parler d’une seule voix pour condamner ce qui s’est passé et ce qui continue de se passer… Et nous devons également nous assurer que nous traitons tous nos intérêts », a déclaré M. Blinken dimanche. « Nous devons être capables de traiter avec la Chine dans les domaines où ces intérêts sont impliqués et nécessitent de travailler avec elle, même si nous nous opposons résolument aux violations scandaleuses des droits de l’homme ou, dans ce cas, aux actes de génocide. »

 

À surveiller

Les Jeux olympiques d’hiver de Pékin doivent avoir lieu en février 2022. Alors que les appels se multiplient pour que les États-Unis et leurs alliés boycottent l’événement, le département d’État aurait démenti qu’il envisage de le faire. Mercredi, un responsable chinois a mis en garde contre un boycott, déclarant que « la politisation des sports portera atteinte à l’esprit de la Charte olympique et aux intérêts des athlètes de tous les pays… La communauté internationale, y compris le Comité olympique américain, ne l’acceptera pas ». 

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Jonathan Ponciano

<<< À lire également : Ouïghours : les États-Unis, l’UE, le Canada et le Royaume-Uni sanctionnent la Chine >>>