X

“Les Entreprises Doivent Contribuer A Créer Une Croissance Inclusive”

« De la banlieue de Paris à la banlieue de Washington, DC, un thème demeure constant : si vous vivez dans un quartier pauvre de la ville, vous avez beaucoup moins de chances de bénéficier des mêmes possibilités (qu’il s’agisse d’éducation, d’emploi ou de réseaux professionnels) que les habitants des quartiers plus aisés. Par Peter Scher, directeur de la responsabilité sociale de JP Morgan Chase.

Cette différence d’opportunité économique alimente pour une grande part la colère et le mécontentement qui s’expriment à l’occasion des manifestations des gilets jaunes à Paris, du vote pour le Brexit au Royaume-Uni et de la prochaine élection présidentielle américaine en novembre prochain.

Les divisions politiques qui persistent des deux côtés de l’Atlantique trahissent le mécontentement et la perte de confiance dans des institutions comme l’administration publique et l’entreprise. Trop de gens sont accablés par l’insécurité économique en matière de logement, d’éducation, de santé et d’acquisition des bonnes compétences professionnelles permettant de mener une carrière dans notre économie en évolution rapide.

Même si le mécontentement et la méfiance à l’égard des institutions sont de nature globale, les solutions sont locales et nécessitent une collaboration intersectorielle entre les entreprises, les pouvoirs publics et les collectivités.

Il y a douze mois, pour marquer le 150e anniversaire de notre présence en France, J.P. Morgan a lancé AdvancingCities en Seine-Saint-Denis et dans d’autres secteurs de Paris qui connaissent des niveaux importants de pauvreté et de chômage, afin de créer des opportunités économiques pour les habitants et les patrons des petites entreprises. Cet engagement de 30 millions de dollars sur cinq ans met à profit les leçons tirées de nos investissements à Détroit et dans d’autres villes du monde, et combine notre expérience de l’entreprise, nos ressources philanthropiques et le talent de nos collaborateurs pour élargir les possibilités en faveur des laissés-pour-compte de l’économie d’aujourd’hui.

C’est un moment passionnant pour la Ville Lumière. Des grands boulevards haussmanniens au Centre Pompidou, de l’Arc de Triomphe à la Grande Arche du quartier des affaires, Paris abrite déjà certains des bâtiments les plus emblématiques du monde. La reconstruction de Notre-Dame, les nouveaux grands projets d’infrastructure comme le Grand Paris Express et les Jeux olympiques offrent tous des opportunités de revitalisation et de croissance inclusive. La demande de travailleurs qualifiés est en hausse, avec au premier plan les compétences dans le secteur du numérique.

L’entreprise a un rôle essentiel à jouer pour aider les habitants qui ont été laissés de côté à accéder à de plus grandes possibilités économiques en se préparant pour les emplois du futur. Les dirigeants d’entreprises doivent travailler avec les décideurs politiques, les dirigeants des collectivités et les organisations à but non lucratif pour veiller à ce que le bénéfice de ces grands projets d’infrastructure et de cette activité économique dynamique perdure longtemps après le départ des grues et des échafaudages.

Lorsque les gens ont accès aux compétences dont ils ont besoin pour réussir et peuvent mettre le pied à l’étrier pour se construire une carrière durable, ils deviennent de meilleurs collaborateurs, contribuent à la vitalité de l’économie, fournissent des solutions innovantes sur le lieu de travail, peuvent prendre soin de leurs familles et donnent en retour à leurs collectivités.

Saruja Viktor, 20 ans, a grandi en Seine-Saint-Denis avant d’aller à l’université pour étudier les sciences. Pour financer ses études, elle travaillait aussi à temps partiel. Un an plus tard, elle a quitté l’université pour s’engager dans un apprentissage avec Les Compagnons du Devoir, une organisation française avec laquelle travaille J.P. Morgan et qui offre une formation aux jeunes en les mettant sur la voie de métiers très recherchés. Saruja est maintenant en formation pour devenir cheffe-pâtissière et elle acquiert parallèlement une expérience pratique d’apprentie qui lui permet d’obtenir un revenu sans avoir besoin d’un emploi à temps partiel supplémentaire. Elle rêve d’ouvrir sa propre boutique de gâteaux et de faire de la pâtisserie moléculaire ; elle a les ressources nécessaires pour développer les compétences qui peuvent lui permettre d’y parvenir.

Au cours de la première année de notre investissement de 30 millions de dollars à Paris, nous avons engagé près de 4 millions d’euros dans la formation à des postes et à des compétences recherchés, en mettant l’accent sur la formation au numérique et en préparant les jeunes et les chômeurs de longue durée à travailler sur des projets. Nous finançons également des recherches en vue de mieux comprendre les obstacles qui freinent l’emploi dans des départements comme la Seine-Saint-Denis, et nous invitons nos collaborateurs à offrir leur temps et leur expertise afin d’amplifier l’effet de nos efforts sur les collectivités que nous servons.

Il n’est pas possible de catalyser un puissant changement à nous tout seuls. Ce que nous avons appris au cours de cette première année d’investissements ciblés à Paris, c’est que la création d’une croissance inclusive exige de partager la vision des organisations de la communauté locale et de s’asseoir autour d’une table avec les pouvoirs publics.

Nos investissements en vue de préparer au travail du futur les jeunes et les adultes chômeurs de longue durée à Paris ont un dénominateur commun : ils reposent sur des données, ils correspondent aux besoins des collectivités qu’ils sont destinés à servir et ils viennent en complément de la vision des pouvoirs publics pour faire monter en compétence les habitants du Grand Paris afin de les préparer à des emplois bien rémunérés.

Si ces partenariats ont le pouvoir de transformer les vies individuelles, ils apportent aussi des bienfaits considérables aux entreprises. L’amélioration des normes éducatives et des compétences professionnelles dans les collectivités encourage de façon naturelle l’économie locale et stimule le vivier des talents disponibles pour les sociétés.

Les entreprises ne peuvent pas grandir si les collectivités ne sont pas florissantes; nous ne pouvons pas grandir si les gens ne travaillent pas; l’avenir de nos villes en tant que moteurs de croissance repose sur le besoin de faire plus. »

Peter Scher est directeur de la responsabilité sociale et président de la région Mid-Atlantic pour JPMorgan Chase.

 

Catégories : Politique
Etiquettes banlieue