Le gouvernement japonais s’apprête à étendre l’état d’urgence Covid-19 à Osaka et à trois autres préfectures proches de Tokyo, alors que le pays enregistre un nombre record de nouvelles infections quotidiennes qui poussent le système médical du pays à ses limites et jettent une ombre sur les Jeux olympiques d’été qui se déroulent dans la capitale.

 

Principaux faits

  • Selon Kyodo News, l’état d’urgence en vigueur à Tokyo, qui devait prendre fin le 22 août, sera prolongé jusqu’au 31 août.
  • Les préfectures voisines de Tokyo, Chiba, Kanagawa et Saitama, ainsi que celle d’Osaka, seront également soumises à l’état d’urgence.
  • L’annonce officielle sera faite par le Premier ministre Yoshihide Suga dans la journée de vendredi et les mesures entreront en vigueur à partir de lundi.
  • Dans le cadre de l’état d’urgence, les restaurants et les bars servant de l’alcool resteront fermés et recevront une compensation du gouvernement pour leur mise en conformité.
  • Cette mesure intervient après que le Japon a signalé jeudi, pour la première fois, plus de 10 000 cas quotidiens, Tokyo ayant enregistré un nombre record de 3 853 infections.

 

Chiffre important

34%. C’est le taux d’approbation du gouvernement du Premier ministre Yoshihide Suga dans le dernier sondage réalisé par Nikkei/TV Tokyo en début de semaine. La cote a connu une baisse massive de 9 points de pourcentage depuis le mois de juin, soulignant la déception du public à l’égard du gouvernement qui a décidé de poursuivre les Jeux olympiques alors même que les cas de Covid commençaient à augmenter dans tout le Japon.

 

Le contexte

Les organisateurs des Jeux de Tokyo ont signalé vendredi 27 nouveaux cas de Covid-19 liés aux Jeux olympiques. Au total, 220 cas de Covid-19 liés aux Jeux olympiques ont été signalés depuis le début du mois. Parmi les cas recensés vendredi figurent trois athlètes, dont deux résidaient dans le village des Jeux. Les nouveaux cas incluent également 18 résidents japonais. Les athlètes visiteurs dont le test de dépistage du Covid-19 est positif doivent être isolés pendant 14 jours, ce qui les empêche de participer aux Jeux.
Le Japon, qui avait auparavant réussi à éviter les grandes épidémies, s’efforce aujourd’hui de contenir une vague de nouvelles infections alimentées en grande partie par le variant Delta, plus contagieux. Au lieu d’imposer des mesures de confinement strictes et des ordres de rester à la maison, la stratégie japonaise de lutte contre le virus a consisté jusqu’à présent à imposer un « état d’urgence » dans les zones touchées. Les mesures d’atténuation sont en grande partie volontaires, seules certaines entreprises étant tenues de fermer leurs portes. Mais les ordres d’urgence récurrents de ces derniers mois ont lassé les gens et certains bars refusent désormais de respecter les restrictions de service, rapporte Reuters. L’augmentation du nombre de cas a soulevé des questions sur l’impact des Jeux olympiques en cours à Tokyo, mais ces suggestions ont été repoussées par les organisateurs. Jeudi, le Comité international olympique (CIO) a insisté sur le fait que les jeux n’étaient en aucun cas liés à l’explosion de cas dans tout le Japon.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : JO de Tokyo 2020 : le champion de saut à la perche américain, Sam Kendricks, est le dernier athlète à devoir quitter la compétition à cause du covid-19 >>>