La semaine de 35 heures est l’une des spécificités réglementaires en France. Dans le contexte actuel de la crise économique et épidémiologique, le pays (politiciens et journaux) repense la semaine de travail et se demande si elle ne pourrait pas être ramenée à 32 heures.

 

Généralement en France, les travailleurs signent un contrat de travail de 35 heures par semaine. Pour autant, la plupart d’entre eux dépassent ce seuil, notamment dans le secteur privé où les longues journées de travail sont la norme. Même dans le secteur public les travailleurs peuvent avoir des semaines plus longues. Ces heures travaillées en plus peuvent être récupérées sous forme de jours de congés supplémentaires.

À l’instar d’autres pays, l’idée de mettre en place une semaine travaillée de quatre jours n’est pas nouvelle en France et s’insère dans le débat politique sur le travail, le chômage, l’automatisation du travail et la qualité de vie. Comme le rapporte The Local, la France Insoumise et les Verts ont déjà soutenu cette idée par le passé.

Lundi 23 août, cette idée a fait la une du journal Libération, qui soutient amplement cette proposition : « Jusqu’à présent, l’idée de la semaine de quatre jours a circulé sans être prise très au sérieux. Mais la pandémie, en repensant notre façon de travailler, pourrait bien lui donner un nouveau souffle… un passage généralisé à la semaine de quatre jours et 32 heures permettrait de créer 1,5 à 2 millions d’emplois, soit bien plus que le nombre d’emplois supplémentaires générés par les 35 heures. Alors, pourquoi ne pas étudier sérieusement cette possibilité ? »

La CGT soutient également cette solution. Selon Sandrine Mouray, « pour nous, c’est l’occasion de penser l’organisation du travail différemment ». Une semaine de 32 heures ne signifie pas forcément une semaine de quatre jours. Cela pourrait également signifier une semaine de cinq jours, mais avec des horaires réduits pour aider les familles.

Le droit du travail en France est extrêmement complexe par rapport à d’autres pays et permet de protéger les travailleurs et leur vie professionnelle. Par ailleurs, la productivité ne souffre pas des semaines de travail légalement plus courtes qu’à l’étranger et des pauses déjeuner obligatoires. Selon Fast Company, les Français disposent généralement de 24,8 années de retraite, contre 18,1 pour l’Américain moyen. En effet, l’âge actuel de départ à la retraite en France est de 63,3 ans.

Actuellement, de nombreuses entreprises dans le monde privilégient l’idée de la semaine de quatre jours de travail, certaines envisageant même de verser à leurs employés le même salaire que pour une semaine de cinq jours. Le New York Times rapporte que Unilever mène actuellement un essai d’un an en Nouvelle-Zélande en payant à ses 81 employés cinq jours de salaire pour une semaine de quatre jours.

La pandémie a beaucoup appris aux entreprises, notamment que la productivité ne se mesure pas en termes de temps passé, mais en termes de rendement. En France, il reste à observer dans quelle mesure cette idée fera son chemin lors des prochaines élections présidentielles.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Alex Ledsom

<<< À lire également : Quel avenir pour le travail nomade et hybride en France ? >>>