TikTok va réduire la visibilité des contenus qui revendiquent prématurément le résultat des élections présidentielles avant qu’ils ne soient confirmés officiellement par Associated Press. C’est ce qu’a annoncé la plateforme de partage de vidéos mercredi, suivant le mouvement d’autres plateformes, comme Facebook, qui se sont engagées à faire de même.

TikTok limitera également la diffusion de toute affirmation qui ne peut être vérifiée, « par excès de prudence » selon un article de blog de la direction qui décrit ses mesures pour le jour des élections.

En haut des vidéos comportant des allégations invérifiables, Tiktok ajoutera une bannière qui redirigera les utilisateurs vers son guide électoral officiel, lancé le mois dernier.

Les bannières apparaîtront sur toutes les vidéos comportant des affirmations invérifiables sur le vote, mais aussi des déclarations de victoire prématurée ou des tentatives de dissuader les électeurs d’aller aux urnes à cause de la pandémie de Covid-19.

Par le passé, TikTok a déjà fait part de son intention de rester en dehors de l’actualité et de la politique. Le responsable de la sécurité de la plateforme, Eric Han, a rappelé cette position dans le billet de blog annonçant les nouvelles mesures, déclarant : « TikTok n’est pas une application construite autour de débats politiques ou d’actualités en temps réel ».

Mardi, le groupe Google a annoncé interdire toutes les annonces liées aux élections américaines après la fermeture des bureaux de vote, pour éviter toute confusion sur les résultats. YouTube, pour sa part, affichera le message suivant pour toutes les requêtes liées aux élections, et suggèrera des vidéos pertinentes avec le message suivant : « Les résultats peuvent ne pas être définitifs. Voir les dernières informations sur Google ». Facebook a également déclaré que les messages de candidats tentant de déclarer leur victoire avant la publication des résultats définitifs seront labélisés comme tel. De même, Twitter a commencé lundi à apposer une étiquette sur le flux de chaque utilisateur de Twitter, pour les informer qu’ils pourraient être confrontés à des « affirmations non confirmées selon lesquelles le vote par correspondance conduit à la fraude électorale », une mesure qui, selon la plateforme, permettra de lutter de manière préventive contre la désinformation électorale. Déjà, TikTok avait lancé le mois dernier un guide électoral contenant des informations sur les candidats et le protocole de vote dans chaque État. Toutefois, à l’inverse de ses concurrents, Tiktok n’a pas produit en interne le contenu de son guide électoral, mais a travaillé avec des organisations partenaires, comme la National Association of Secretaries of State, BallotReady, ou encore SignVote, et d’autres encore.

Contrairement à d’autres réseaux sociaux, TikTok, qui appartient à l’entreprise chinoise ByteDance, a dû lutter pour sa survie aux États-Unis, puisque Donald Trump voulait interdire l’application pour des raisons de sécurité. Il a en effet affirmé à plusieurs reprises que TikTok partageait les données de ses utilisateurs avec les autorités chinoises, ce que l’entreprise a nié à plusieurs reprises. Le mois dernier, le département du Commerce des États-Unis avait ordonné le retrait de l’application des stores en ligne. Un juge s’est cependant prononcé en faveur de TikTok, déclarant que l’interdiction dépassait l’autorité légale et permettant à l’application de continuer à exister outre-Atlantique.

 

Article traduit de Forbes US – Auteur : Siladitya Ray

 

<<< À lire également : Twitter N’A Aucune Influence Sur Les Élections Selon Jack Dorsey >>>