IT IS THE END | L’avocat Jerome Marcus, qui a représenté la campagne de Donald Trump dans un procès post-électoral en Pennsylvannie, a demandé à la cour fédérale de le laisser se retirer de l’affaire jeudi parce que le président avait utilisé l’avocat pour « commettre un crime », les alliés de Donald Trump prenant leurs distances avec le président après que ses partisans ont violemment pris d’assaut le bâtiment du Capitole américain.

 

Principaux faits


  • Jerome Marcus a représenté Donald Trump dans une affaire alléguant que le comité électoral de Philadelphie empêchait les observateurs électoraux républicains et Donald Trump d’observer le processus de décompte des voix lors des élections générales.
  • Jerome Marcus a toutefois admis lors d’une audience au tribunal qu’un nombre « non nul » de leurs observateurs électoraux étaient présents à Philadelphie, contrairement à ce qu’ils prétendaient, et le procès de la campagne a finalement échoué.
  • Jerome Marcus a également écrit une tribune libre pour The Federalist, affirmant avoir été témoin de fraudes électorales en Pennsylvanie, bien que Law & Crime note que l’article ne fournit en fait aucune preuve de fraude.
  • Bien que l’affaire ait été classée, Jerome Marcus a demandé à la cour de district des États-Unis pour le district de l’Est de la Pennsylvanie de le laisser se retirer de l’affaire.
  • Jerome Marcus a déclaré qu’il se retirait parce que « le client a utilisé les services de l’avocat pour commettre un crime et […] insiste pour prendre des mesures que l’avocat considère répugnantes et avec lesquelles l’avocat a un désaccord fondamental ».
  • L’avocat a cité une loi de Pennsylvanie qui stipule que les avocats peuvent se retirer des affaires si le client utilise un avocat pour « perpétrer un crime ou une fraude » ou insiste pour prendre des mesures « répugnantes » avec lesquelles l’avocat est en désaccord, comme l’a allégué Jerome Marcus.

 

Le contexte

Les partisans de Donald Trump ont violemment forcé leur entrée au Capitole américain, et l’incapacité du président à condamner leurs actions de manière adéquate a provoqué de nombreuses critiques, même de la part des alliés de Donald Trump, l’ancien chef de cabinet de la Maison Blanche Mick Mulvaney et une série d’autres fonctionnaires ayant démissionné de l’administration Trump. L’ancien procureur général des États-Unis, William Barr, a qualifié la conduite de Donald Trump d’« inexcusable » et a parlé de « trahison de son bureau » dans une déclaration à l’Associated Press jeudi, et des membres du cabinet de Donald Trump auraient envisagé d’invoquer le 25ème amendement. Jerome Marcus suit une série d’autres avocats qui ont pris leurs distances par rapport au contentieux post-électoral du président qui a échoué en grande partie, les avocats se retirant de plusieurs affaires passées alors qu’elles étaient encore en cours.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Alison Durkee

 

<<< À lire également : Après Facebook et Instagram, Donald Trump est banni définitivement de Twitter >>>