Allier créativité et sens pratique pour le développement de nos entreprises patrimoniales, donner forme et consistance à des idées qui n’existent encore qu’en imagination, en faire des réalisations réussies qui permettront à nos entreprises de passer un nouveau cap : c’est ce à quoi nous aspirons souvent en tant qu’actionnaires-dirigeants. Loin de théories stratégiques connues et reconnues à la Porter ou autre, revenir en amont à des approches simples et imagées peut nous permettre de poser les bases d’une stratégie inspirante, percutante et solide, qu’il sera toujours temps de peaufiner par la suite grâce à des outils « techniques ».

Un homme d’affaires à la fois créatif et leader illustre cette alliance réussie entre créativité et sens pratique dans le monde de l’entreprise : Walt Disney. Le monde du dessin animé en a été révolutionné, un véritable empire du divertissement a été créé rassemblant des films d’animation, des jouets ou des parcs à thème. A la base de cet empire : une méthodologie de travail poussée à l’extrême par Walt Disney et mise en œuvre par ses équipes pour lancer les premiers longs métrages d’animation, qui créeront tout un nouvel univers d’affaires.

La force de toute méthodologie efficace, et celle de Disney en particulier, est de revenir à des principes simples que chacun peut s’approprier, faire siens et mettre en œuvre au travers de postures et questionnements spécifiques. Un seul et même objectif : structurer la stratégie globale de son entreprise patrimoniale ou d’un projet de développement spécifique, et avoir une feuille de route solide et cohérente pour nous guider dans la mise en œuvre.

A cet égard, trois enjeux doivent être adressés :

  • Avoir une vision suffisamment inspirée et inspirante pour porter le développement de l’entreprise au travers des hommes et des femmes qui la constituent ;
  • S’accommoder des contraintes de toutes sortes qui s’imposent aussi bien en termes de ressources financières, conditions matérielles, et autres dimensions organisationnelles ;
  • Anticiper les angles morts et failles potentielles, pour les adresser dès que possible et atteindre l’objectif fixé le plus rapidement et le plus sereinement possible. Dès lors, il n’y a que des opportunités ! 

La stratégie d’excellence Walt Disney en pratique, au bénéfice de la réalisation de nos « rêves » entrepreneuriaux

Cette méthodologie pragmatique repose sur l’idée simple que, pour mener à bien un projet, trois rôles ou trois étapes sont indispensables, à la manière de trois personnages : Le Rêveur, Le Réaliste, et Le Critique. Leurs noms sont volontairement caricaturaux pour bien garder à l’esprit leur rôle spécifique et leurs principales caractéristiques.

Le Rêveur : N’y a-t-il pas toujours une part de « rêve » dans tout projet d’entreprise ? Nous l’appellerons « objectif à atteindre », « vision » ou autre en fonction de nos personnalités et du contexte que nous pensons plus ou moins approprié. Il n’empêche ! Le « rêve » est indispensable pour créer et passer d’une situation A à une situation B qui n’existe pas encore. Si nous pouvions immédiatement accéder à cette situation B et lui donner vie, nul besoin de « projet », nul besoin de « stratégie », nul besoin de poser de « questions ». Nous activerions cette situation instantanément à la manière d’un changement de chaîne grâce à une télécommande. Acceptons donc ce « Rêve », offrons-lui la liberté de s’exprimer pleinement, et donnons-lui « corps » dans toutes ses dimensions.

Le Réaliste : Ce personnage et cette étape sont indispensables pour réaliser en pratique le projet de développement envisagé. Nous le savons tous : « Une vision sans action est une … hallucination ! ». Le rôle du Réaliste est de répondre à la question du « Comment » : comment faire pour que le rêve se réalise, en partant du principe que celui-ci se réalisera !

Après tout, combien de personnes auraient parié à une époque que nous réussirions à aller (et à marcher !) sur la lune ? Combien de personnes imaginaient et étaient convaincues que chacun aurait la puissance de toute une salle d’ordinateurs dans sa poche ?

Dès lors, faisons comme si le rêve se réalise et demandons-nous ce qui a besoin d’être fait. Quoi ? Quand ? Comment ? Avec qui ? Et surtout, quelles étapes sont nécessaires ? Avec quelles ressources ?

Dans la phase de réalisation, il est indispensable de se rappeler de découper la montagne à franchir en plusieurs étapes, pour en atteindre le sommet. Nous le savons et … le faisons-nous en pratique ? L’autre élément-clé est de s’assurer de rendre les choses aussi tangibles que possible et de se mettre en situation. A titre d’exemple, Walt Disney allait jusqu’à jouer tous ses personnages, leur donnant vie, se projeter en eux et par eux. C’est souvent en vivant l’expérience ou la situation que nous découvrons d’autres dimensions et trouverons de nouvelles solutions ou façons de faire.

Le Critique : Dernier personnage ou dernière étape, le Critique est indispensable pour anticiper les obstacles, angles morts potentiels, détracteurs éventuels et autres contraintes. La force de l’approche séquentielle de Walt Disney est de remettre la critique à sa juste place. Combien de fois pensons-nous d’ores et déjà aux « impossibilités » d’aboutir à tel objectif ou de mettre en œuvre telle stratégie, avant même de savoir vraiment ce que nous voulons construire et comment  nous allons le construire ? L’astuce ici est de laisser un espace d’expression à la critique (constructive !) dans le sens de l’amélioration, en identifiant les éventuelles objections, freins et autres impacts sur les parties prenantes. Des solutions existent toujours avec un peu d’imagination et d’ « huile de coude » !

En résumé, au lieu de laisser nos trois personnages intérieurs, les trois typologies de personnages de nos entreprises ou nos trois phases de réflexion se dérouler en même temps à la manière de conversations animées, cacophoniques et peu fructueuses, laissons chacun s’exprimer pleinement l’un après l’autre, laissons chacun aller au bout de ses idées de façon successive et contribuer à la définition et la mise en œuvre de la stratégie globale nécessaire.

En mettant en place ces boucles successives Rêveur/Réaliste/Critique, nous pouvons aboutir à un projet de développement aux objectifs clairs, porté par une vision inspirante, et concrétisé par un plan d’action cohérent et éprouvé, le tout au bénéfice d’une nouvelle étape que nous nous fixons pour notre entreprise patrimoniale.

Aude Latouche, associée gérante du cabinet conseil AL Corporate Advice 

Aude Latouche est associée-gérante du cabinet de conseil en cession-acquisition AL Corporate Advice. La particularité du cabinet est d’allier expertise d’affaires et techniques d’accompagnement au bénéfice du développement des entreprises patrimoniales clientes et de leurs actionnaires-dirigeants. Aude Latouche est, par ailleurs, administratrice de l’ACIFTE, association professionnelle de conseils en investissement financiers et transmission d’entreprises agréée par l’Autorité des marchés financiers, et Vice-présidente chargée de l’entrepreneuriat au sein de Professionnal Women Network Paris. Elle est diplômée de Centrale Paris, Sciences Po Paris et MBA Insead. Elle est également certifiée en coaching et Programmation neurolinguistique (Praticien PNL)