Marquée par le retour au télétravail obligatoire pour ceux qui le peuvent, cette rentrée 2022 va demander aux managers de réussir à gérer le risque d’absences et intégrer les dimensions psychologiques liées à ce nouveau contexte.


 

La psychologie prend une part plus importante dans la vie de l’entreprise

Sentiment que cette situation n’en finira jamais, crainte de la contamination pour ses proches ou soi-même, appréhension de l’isolement lié au télétravail, besoin de sens à son action… Les émotions se révèlent et peuvent parfois exacerber les réactions ou les rendre incompréhensibles. Dans certaines entreprises, cette dimension émotionnelle peut être tabou : “nous sommes là pour travailler”, “l’entreprise n’a pas à gérer les états d’âme”… Pourtant les émotions sont inhérentes à l’être humain, les nier serait prendre le risque de les voir surgir sous une forme de substitution ou de voir abandonner des collaborateurs las de ne pas être pris en considération. Confrontés à ce tourbillon de sentiments individuels, plus ou moins explicites, les managers doivent prendre le temps de l’échange et apprendre à les accepter, les reconnaître, savoir en parler et aider les membres de l’équipe à les gérer pour éviter les décrochages ou les conflits. Si certains managers ont cette sensibilité naturellement, la plupart n’ont pas été formés à intégrer cette dimension psychologique dans le travail.

 

Motivation es-tu là ?

En ce début d’année, les managers ont besoin d’impulser une dynamique positive et de l’engagement. Une équipe est en effet un système vivant : lorsqu’il se fige, il n’est plus capable de s’adapter à son environnement et n’est plus performant. Alors, comment trouver ce nouveau souffle ?

Individuellement, il est présent en chacun de nous, c’est celui de la motivation intrinsèque comme le révélait la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan. Collectivement, ce souffle s’active par le sens, le besoin d’appartenance et de lien social. Plus les collaborateurs sont inclus dans les réflexions, plus ils seront des contributeurs actifs. Le manager peut commencer par écouter les envies de chacun car elles sont les premières sources d’énergie et poussent à l’action. Il ne s’agit évidemment pas tant de répondre à tous les souhaits individuels ou de laisser chacun faire ce qu’il veut car cela pourrait créer une dispersion de l’action collective et des ruptures d’équité mais plutôt d’identifier et de réussir à orchestrer les envies individuelles et les enjeux collectifs dans une combinaison harmonieuse. Finis donc les objectifs individuels ou les plans sur la comète, le manager pourra inviter l’équipe à définir des résultats collectifs, à plus court terme, dont elle sera fière.

 

La relation comme facteur de performance de l’entreprise

Ce contexte est le moment idéal pour renforcer des relations par une attention sincère et du plaisir à travailler ensemble. L’époque où le manager pouvait se contenter de chercher seulement le résultat est définitivement révolue. Désormais la manière compte autant.

Si la relation peut apparaître pour certains comme quelque chose d’intangible ou de conceptuelle, elle passe pourtant par des comportements qui vont la nourrir comme prendre le temps de parler avec autrui, de le comprendre et accepter la différence ; favoriser le climat d’expression sincère, se dire les choses ; apprendre le “travailler ensemble” et célébrer les résultats obtenus…Investir dans la relation, c’est accepter d’y consacrer du temps et de soi. Ces relations permettront de se soutenir mutuellement, de dépasser les difficultés ou les conflits. Elles favorisent aussi le plaisir tout en stimulant le sentiment d’appartenance et l’envie de continuer à s’engager pour le collectif.

Finalement, manager en 2022, c’est donc aussi construire des relations authentiques au cœur des interactions professionnelles qu’elles soient à distance ou en physique et retrouver le plaisir à accomplir quelque chose ensemble.

 

Tribune rédigée par Valérie Edery, directrice de projets transformation & management, Fabernovel. 

 

<<< À lire également : De quel type de leaders avons-nous besoin en 2022  >>>