Dans le marathon qu’est le parcours d’un entrepreneur, les nouveaux entrepreneurs apprennent à ne jamais rester sur un « non ». Ils apprennent rapidement que la ténacité – la capacité de continuer et de ne pas abandonner – est un facteur clé dans la course au succès.

Les entrepreneurs qui réussissent, lorsqu’ils entendent un « non », l’utilisent pour alimenter leur ambition. En fait, certains des dirigeants les plus remarquables du monde ont été poussés à réussir à l’aide d’un, voire plusieurs rejets. Au début de sa carrière, l’auteur Stephen King épinglait les lettres de refus de tous les éditeurs juste au-dessus de son bureau. Ce rituel lui servait de rappel quotidien pour continuer à aller de l’avant.


Nous observons ce schéma avec de nombreuses start-up à la recherche de capital-risque également. Selon Fundera, 0,05% des start-up gagnent du capital-risque. Parmi celles qui ont levé des fonds de capital-risque, seulement 1% de ce petit nombre atteignent le statut de « Licorne” (évaluation de plus d’un milliard de dollars).

Bien qu’il soit essentiel pour une start-up d’apprendre à gérer le rejet des opposants, il est également important de réaliser que les réactions négatives sont une occasion de s’améliorer.

Le rejet fait mal. Les jeunes dirigeants d’aujourd’hui doivent transformer le rejet en une nouvelle opportunité. Il faut exploiter les ressources entrepreneuriales disponibles : un mentor solide, une éducation complémentaire et des partenariats calculés pour augmenter les chances de réussite future.

Dans le dernier numéro de Forbes8 Mastermind, le fondateur Dave Shah partage ses conseils d’entrepreneur et explique comment des partenariats solides ont permis à sa jeune entreprise de se développer à l’échelle mondiale. Shah réfléchit à un moment clé de sa vie de jeune professionnel qui a fait passer son point de vue de stagiaire à celui d’aspirant fondateur.

« J’ai eu l’occasion de rencontrer quelqu’un qui a été un modèle très important pour moi à l’époque, et je lui ai demandé : “Hé, je peux faire un stage avec vous, dans votre entreprise ?” Et sa réponse a été : “Non, ce serait une perte de temps pour tout le monde. Cela n’a aucun sens. Pourquoi ne pas commencer quelque chose d’autre par vous-même ?” Je suis parti un peu amer, mais cela m’a vraiment donné la rage de réussir », a partagé Shah.

Cette expérience a alimenté le désir de Shah de créer Wave Labs, une société de développement de logiciels de bout en bout qui élabore des solutions décentralisées pour les jeunes entreprises et les sociétés du Fortune 500. Après s’être immergé dans un programme d’entrepreneuriat à l’UCLA, Shah reconnaît que le fait de trouver le partenaire stratégique parfait a changé la donne et a permis de compenser ses faiblesses et de renforcer l’entreprise.

« Je me vante souvent de mon co-fondateur comme étant l’un des atouts les plus solides de la société car, honnêtement, nous ne pourrions aller nulle part sans lui. Quelqu’un qui avait beaucoup d’expérience dans les domaines technique et marketing, alors que j’avais plus d’expérience dans le conseil en marque. L’avoir comme allié était d’une importance capitale ». a expliqué Shah.

L’adoption du rejet a ouvert des perspectives cachées et a donné de bons résultats. Voici quelques conseils de Dave pour vous aider à créer des avantages personnels et professionnels :

  • Considérez le rejet comme une leçon et adoptez une attitude tactique pour la suite.
  • Devenez un auditeur actif pour apprendre exactement comment vous pouvez améliorer vos compétences.
  • Soyez stratégique pour trouver les bons partenariats, en cohérence avec votre offre et vos ambitions..
  • Aiguisez votre style de communication pour devenir plus efficace lorsque vous vous adressez aux principales parties prenantes.
  • Suivez, appréciez et partagez les progrès que vous avez réalisés pour renforcer votre confiance.

En substance, toute personne qui a réussi a dû faire face à la douleur du rejet. Ce qui importe le plus, c’est la façon dont vous l’utilisez pour développer votre caractère et affiner vos « muscles » en tant qu’entreprise. Dans le monde de l’entreprise, le principe « No pain, No gain » consiste à surmonter le rejet pour aller plus loin – et ainsi parcourir avec succès tous les kilomètres qui suivent.

 

<<< À lire également : Croire En La Réussite >>>