L’évolution de l’économie et la crise peuvent menacer à chaque instant un travail. Il devient impératif de se préparer pour limiter ce risque en se créant sa propre assurance vie. Le nouveau monde du travail nécessite une agilité permanente et une capacité de résilience pour pouvoir rebondir après chaque évènement défavorable.

 

Ainsi, celles et ceux qui subissent des plans de sauvegarde de l’emploi, des licenciements, des départs plus ou moins négociés, découvrent souvent du jour au lendemain que leur carrière et leur formation initiale ne les ont jamais préparés à ces épreuves. Elles découvrent souvent brusquement que cette situation d’incertitude, qu’est le chômage, peut les amener à perdre confiance en leurs compétences. Avec la rapidité exigée dans cet environnement fluctuant, chacun doit éviter de devenir un dinosaure subissant le changement et pouvant disparaître plus ou moins longtemps du monde du travail. Tout au long d’une carrière, il devient donc primordial d’anticiper sa propre obsolescence et de se servir des armes numériques à disposition pour réparer les éléments qui peuvent être devenus défectueux.

 

Se former en permanence

Jamais, il n’a été aussi facile de faire progresser en connaissances son disque dur interne et de découvrir de nouveaux mondes de compétences afin de s’adapter aux besoins des entreprises. Avec l’apparition des MOOC, avec la démultiplication des formations continues, avec l’évolution permanente des formes d’apprentissage, il est devenu possible de se nourrir et de monter en compétences régulièrement. Une carrière professionnelle n’est plus un long fleuve tranquille. Pour trouver les pièces du puzzle qui vont remplacer celles devenues inutiles, il est devenu primordial de jalonner son parcours d’étapes qui vont faciliter l’adaptation progressive aux nouvelles formes de travail. Dans ce processus, il n’est jamais ni trop tôt ou ni trop tard pour enclencher la manœuvre car toute formation ouvre de nouvelles perspectives.

Jeremy Rivkin a dit que “Nous nous voyons comme des œuvres d’art inachevées. Nous passons de plus en plus de temps à corriger, à améliorer notre corps. Nous sommes toujours en formation, jamais finis”. C’est cet objectif d’amélioration continue que doit viser dorénavant chaque travailleur, car c’est en captant la connaissance à disposition qu’il devient possible de découvrir de nouveaux chemins, de progresser, de changer. Dans cette galaxie d’options, tout le monde dispose d’une chance unique de pouvoir accompagner la transformation numérique en cours. Tout le monde peut envisager de gravir une montagne puis de viser la suivante.

 

Ressauter

Avec les outils numériques à disposition, le réseautage virtuel et réel est devenu beaucoup plus accessible. La mise en relation s’est démocratisée et déhiérarchisée. Il n’a jamais été aussi facile de se connecter pour communiquer avec une personne, pour trouver un expert, pour aimanter un talent. Dans le monde professionnel, l’utilisation de LinkedIn, Twitter et tant d’autres est devenue facilitatrice de rencontres. Tous les niveaux hiérarchiques et tous les âges sont concernés. Il n’est jamais trop tard pour commencer à se bâtir un réseau, car étant vivant, il doit évoluer en permanence. Les liens tissés à un instant se consolident grâce à ces outils qui conservent pour longtemps gravé dans leur mémoire ces fantastiques matrices d’opportunités.

Au fur et à mesure de l’extension d’un réseau virtuel, il ne faut jamais perdre de vue que celui-ci doit s’accompagner de rencontres dans la « vraie vie ». Car, comme le pensait Antoine de Saint-Exupéry, il faut apprendre à se connaitre pour que le lien soit plus solide et s’inspirer du Petit Prince et du Renard : « Mais si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde ».

Souvent, la prise de conscience de l’importance d’avoir un réseau conséquent intervient lors d’une recherche d’emploi, car le marché caché du travail reste très important. Un réseau augmente la probabilité de trouver cette aiguille dans une botte de foin. Des fils invisibles guident dans cette recherche et, plus ils sont nombreux, plus la chance de retrouver rapidement est importante dans ce labyrinthe.

 

S’informer

En devenant des médias des médias, en facilitant l’accès aux savoirs, les réseaux sociaux sont devenus bien plus que de simples connecteurs entre les personnes. En quelques clics, il est possible de trouver toute l’actualité de son monde professionnel. Jamais une telle bibliothèque n’a été mise à disposition où chacun peut attirer à lui l’information.

 

Epictète pensait que « Savoir écouter est un art ». Avec le numérique, les données deviennent une musique permanente où chacun peut inventer sa propre partition. Par ces actions, il est devenu possible de repousser l’échéance de sa propre obsolescence.