« Tu as une idée, tu te bats pour elle, tu l’enfonces à coups de marteau dans la tête des gens, tu la vois grandir et triompher… » Voilà comment s’exprime Octave Mouret, l’entrepreneur qui crée le tout premier grand magasin dans le roman d’Emile Zola, Au Bonheur des dames. A la fin du 19ème siècle, la pluie d’innovations est déjà fascinante, bouillonnante, ininterrompue.

Depuis, la quantité de textes et de méthodes qui tentent de comprendre comment une innovation émerge et se diffuse, ou au contraire échoue (ce qui est nettement plus fréquent), a enflé dans des proportions extraordinaires. Le résultat de cette prolifération : une grande difficulté pour savoir ce qu’il faut lire et utiliser pour innover ! Ce défi du tri et de la vulgarisation, Rémi Maniak et Nicolas Mottis (tous deux professeurs à l’Ecole Polytechnique), réussissent la prouesse de le relever en seulement 189 pages dans ce nouveau livre La jungle de l’innovation !

 

La jungle : une catachrèse efficace pour piloter son projet d’innovation

Une catachrèse consiste à détourner un mot de son sens propre pour l’appliquer à une nouvelle idée. C’est la figure de style utilisée tout au long de l’ouvrage. Avec la jungle, ses animaux et son écosystème, l’ouvrage a le mérite de nous faire vivre de l’intérieur, et avec forces d’images évocatrices, la complexité des dynamiques innovantes. L’innovation n’est plus un concept insaisissable mais un voyage où il devient possible de savoir comment se déplacer selon ses préférences et ses ressources. On peut se projeter et choisir parmi toutes ces méthodes au nom anglais : du business model canvas au design thinking, en passant par le lean startup et autre blue ocean strategy.  L’autre intérêt du livre est qu’il donne aux innovateurs des clefs très solides pour piloter leurs projets et convaincre leur hiérarchie du bien-fondé de leur démarche. La notion de Full Value avancée par les auteurs est de ce point de vue très utile pour penser la valeur d’une innovation dans toutes ses composantes.

 

Innovateurs : quel type d’animal êtes-vous ?

Lion, hippopotame ou encore écureuil (oui il existe des jungles avec des écureuils comme nous le précise les auteurs), découvrez quel genre d’innovateurs vous êtes. Une taxonomie composée de sept espèces permet de qualifier les grandes logiques d’innovation. Fondée sur le triptyque stratégie, actifs et offres, le livre décrit avec de belles études de cas la manière dont les entreprises ont réussi, ou au contraire échouer, à développer leurs activités. Loin de certains clichés, on comprend pourquoi le problème de Kodak n’était pas de ne pas maîtriser le numérique mais de ne pas réussir le redéploiement de ses actifs dans la chimie vers de nouveaux marchés (comme l’a fait son concurrent historique Fuji). Les Gafa et autres licornes américaines sont passés au crible de cette classification. Mais au-delà de ces cas emblématiques, on découvre aussi comment certains acteurs en pleine réussite développent des stratégies qui ne ressemblent en rien aux règles d’or de la Silicon Valley. Leur analyse du secteur automobile est de ce point très éclairant (en particulier pour la description des trajectoires de Toyota avec son modèle hybride ou de Renault avec la gamme « Entry »).

 

L’immense défi du nouveau climat de la jungle de l’innovation

Loin d’une vision béate sur la croissance économique, les auteurs abordent l’enjeu de la biodiversité et du climat, qui remet tout en question dans la jungle de l’innovation. Le recours à des exemples précis soutenus par des résultats scientifiques permet de révéler les leviers et les freins de la mise en place de modèle d’affaires durables. Le cas issu du secteur de la restauration rapide sur les liens entre performance financière et turnover des salariés apporte un éclairage passionnant sur la Responsabilité Sociale des Entreprises. Vous y découvrirez aussi comment les innovations dans le monde de la finance contribuent plus ou moins bien à la transition écologique.

Evidemment, on pourra regretter que certaines notions soient peu ou pas abordées (notamment sur la méthode CK, l’effectuation, le Jugaad ou encore l’Art Thinking), ou que la vision soit parfois réductrice sur le darwinisme appliqué à l’économie ; mais pour un livre de moins de deux cents pages, la promesse est largement tenue !  Au moment où l’on célèbre les 400 ans de la naissance de La Fontaine, le livre de Rémi Maniak et Nicolas Mottis offre un bestiaire stimulant, éclairant et souvent drôle. En ces temps confinés, c’est un vrai bol d’air.

 

<<< À lire également : Pour une perspective renouvelée de l’innovation collaborative >>>