Au troisième trimestre, l’emploi des cadres se porte toujours aussi bien, selon le dernier baromètre de l’Apec. 63% des entreprises ont ainsi embauché un cadre au cours du troisième trimestre 2018. Mais attention, cette hausse des embauches de trois points par rapport à la même période l’année précédente ne serait pas due à une augmentation de l’activité, mais à un phénomène de remplacements.

L’emploi des cadres est au beau fixe, selon le dernier baromètre publié ce mercredi par l’Apec. 63% des entreprises de plus de 100 salariés ont recruté au moins un cadre au cours du troisième trimestre 2018, ce qui représente une hausse de trois points par rapport au trimestre précédent. Et alors qu’elles n’étaient que 56% à envisager une telle embauche au printemps dernier. Les cadres peuvent être rassurés, la tendance semble se poursuivre : interrogées en septembre, 57% des entreprises comptent recruter ce type de profil sur la fin de l’année.   

Mais l’Apec précise, ces recrutements concerneraient pour 53% (contre 47% l’an passé) des remplacements de départs, qu’il s’agisse de turn-over ou de départs à la retraite. De son côté, la part liée à la croissance baisse de 26 à 23%. Et celle liée à une réorganisation interne est également en baisse sur l’année, passant de 17 à 14%.

Environnement stable

Six entreprises sur dix déclarent évoluer dans un environnement stable, 29% (contre 27% l’année précédente) considèrent évoluer dans un environnement économique plus favorable. Inversement, 13% estiment que leur situation s’est dégradée. Les plus optimistes, à 48%, sont les sociétés du secteur informatique tandis que la banque et l’assurance sont particulièrement pessimistes.

Alors quels secteurs recrutent ? Selon l’Apec, l’informatique, l’ingénierie, le secteur médico-social et les activités de conseil et services aux entreprises, tandis que l’industrie enregistre une baisse des embauches.

43% des entreprises envisagent de recruter des cadres sur la fin de l’année sur les fonctions commercial-vente, gestion-finance-administration. « Tous les profils cadres voient leurs intentions d’embauches progresser excepté les profils cadres de un à cinq ans d’expérience », précise l’Apec. « Les entreprises continuent de cibler en priorité les cadres de 5 à 10 ans d’expérience, et cette inclination s’accentue. En effet, 9 entreprises sur 10 déclarent envisager de les recruter, soit une progression de 4 points par rapport à l’an passé à la même période. »

L’emploi des cadres est au beau fixe, selon le dernier baromètre publié ce mercredi par l’Apec. 63% des entreprises de plus de 100 salariés ont recruté au moins un cadre au cours du troisième trimestre 2018, ce qui représente une hausse de trois points par rapport au trimestre précédent. Et alors qu’elles n’étaient que 56% à envisager une telle embauche au printemps dernier. Les cadres peuvent être rassurés, la tendance semble se poursuivre : interrogées en septembre, 57% des entreprises comptent recruter ce type de profil sur la fin de l’année.   

Mais l’Apec précise, ces recrutements concerneraient pour 53% (contre 47% l’an passé) des remplacements de départs, qu’il s’agisse de turn-over ou de départs à la retraite. De son côté, la part liée à la croissance baisse de 26 à 23%. Et celle liée à une réorganisation interne est également en baisse sur l’année, passant de 17 à 14%.

Tensions

Les offres attirent pourtant moins, 29 candidatures en moyenne, contre 34 l’année dernière. Cette baisse serait le signe de difficultés pour les employeurs de trouver de nouveaux profils. 66% des postes proposés au 1er trimestre sont pourvus trois à six mois après, contre 65% un an auparavant.

« Les recrutement en ressources humaines sont les plus fréquemment finalisés », en hausse de 77 à 82%. A l’inverse, les postes en recherche et développement sont les plus difficiles à pourvoir avec 49% de recrutements finalisés dans les trois à six mois.

En 2017, dans son baromètre annuel, l’Apec indiquait qu’un cadre sur trois avait changé de poste durant l’année. Et 64% envisageaient une mobilité dans les années à venir.