Du télétravail à la crise de confiance envers les perspectives offertes par l’emploi, la crise sanitaire a rebattu les cartes des attentes et des aspirations des travailleurs… Et des candidats. Indeed a mené une étude sur leurs attente à l’heure post-covid. 

Abandon d’un projet professionnel, quête de sens, manque de confiance en l’avenir, relativisme… Le coronavirus apporte son lot de remises en question individuelles, qui reflètent les bouleversements liés à la crise sanitaire actuelle et les incertitudes pressenties pour la crise économique et sociale à venir. Et déjà présente. Ce changement de paradigme est certes progressif, mais il doit être pris en compte par les recruteurs, selon Indeed, moteur de recherche d’emploi. 


L’enjeu est de taille pour toutes les entreprises, mais peut être encore davantage pour les TPE/PME qui peinent parfois à recruter des profils qualifiés. Dans ce contexte, les recruteurs sont-ils en mesure de comprendre les aspirations des candidats en cette période inédite ? 

Grands groupes VS TPE/PME : des aspirations différentes 

Un chercheur d’emploi ne présente pas les mêmes aspirations en temps de croissance qu’en temps de crise. 

Mais quel que soit le contexte, on constate que la taille de l’entreprise reste un marqueur significatif pour les Français dans la recherche d’emploi. 36% d’entre eux indiquent ainsi avoir une idée du type d’entreprise pour laquelle ils souhaitent travailler. Un critère non-négligeable puisque les chercheurs d’emploi tendent à associer certains atouts aux TPE/PME et d’autres aux grandes entreprises. Ils lient ainsi les grandes entreprises à l’obtention de salaires attractifs, à une plus grande stabilité de l’emploi, et des avantages en nature ainsi que des perspectives d’évolution plis importantes et plus régulières. A l’inverse, les PME/TPE sont davantage associées à une ambiance de travail plus collaborative, une plus grande autonomie dans la prise de décision et une flexibilité plu importante du cadre de travail.  

Charles Chantala, directeur commercial chez Indeed France, analyse ainsi cette dichotomie : “Si l’on se réfère aux chiffres ci-dessus, aux réflexions de chacun liées au confinement, ainsi qu’à la conjoncture économique actuelle qui est propice aux incertitudes, plusieurs de ces facteurs d’attractivité seront enclins à devenir plus centraux dans la recherche d’emploi, favorisant ou défavorisant tour à tour les TPE/PME”. 

Le covid-19 a rebattu les cartes des aspirations

Le télétravail massif mis en place suite au confinement réevalue de manière inédite l’organisation du travail au sein de chaque entreprise. Ce faisant, les critères de flexibilité du cadre de travail et l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle proposé seront amenés à être plus importants pour les chercheurs d’emploi. Preuve en est, le télétravail continue de susciter l’intérêt des candidats potentiels, puisqu’il est aujourd’hui plus de trois fois plus fréquent qu’au 1er février. Il appartient donc aux TPE/PME de mettre en valeur cette flexibilité du cadre de travail proposée, si leur organisation/secteur d’activité le permet.

Ensuite, la crise économique mondiale à venir n’a pour l’instant de concret que les incertitudes qu’elle induit sur le marché de l’emploi. En ce sens, les chercheurs d’emploi seront plus enclins à rechercher de la stabilité. Et sachant qu’il s’agit d’unatout largement associé à une grande entreprise (67 %), les PME sont défavorisées à cet égard. En outre, 62% des Français ont déjà pensé à postuler dans la Fonction Publique, un secteur également associé à la stabilité de l’emploi, au même titre que les grandes entreprises. Une proportion qui risque donc d’augmenter à l’avenir.

 Enfin, la pandémie entraîne une réflexion profonde chez de nombreux Français, sur l’utilité de leur emploi, le sens qu’ils y attribuent et sa finalité. C’est pourquoi les chercheurs d’emploi porteront davantage d’attention aux critères leur permettant de s’épanouir au sein de leur entreprise, tels que les valeurs, le sentiment d’appartenance ou encore la prise d’initiative encouragée. De ce point de vue-là, les TPE/PME sont en position de force. Il s’agit de leur principal atout.