La motivation est l’élément qui favorise l’engagement d’un salarié dans son travail. Les facteurs qui la favorisent ou la défavorisent sont connus. Les techniques de méditation l’influencent de manière positive, la salarié donnant alors le meilleur de lui-même.

 

La motivation au travail est un facteur essentiel à la bonne marche des entreprises. A la question « les salariés français font-ils preuve de motivation au travail ? », le baromètre Ipsos/Edenred « Bien-être et motivation des salariés français » tente d’apporter régulièrement des éléments de réponse au travers d’une enquête réalisée auprès de 4000 personnes. En 2007, ce baromètre affirme qu’un tiers des salariés français travaille avant tout pour gagner sa vie. En 2011, après la crise des « subprimes », le baromètre note des premiers signes de rupture. La démotivation affecte tous les secteurs économiques pour de multiples raisons. Par ordre d’importance : manque de reconnaissance, rémunération trop faible, relations sociales difficiles, surcharge de travail, stress et mal-être, manque d’intérêt du travail, évolution de carrière bloquée, dégradation des conditions de travail, etc. Seul l’encadrement supérieur reste satisfait de sa situation professionnelle. La situation en 2014 se dégrade un peu plus, faisant de la France un cas à part. Le frémissement des indicateurs de croissance économique bénéficie surtout aux pays d’Europe du Nord où la motivation s’améliore nettement. Les plus faibles scores sont relevés dans les pays d’Europe du Sud. 38% des salariés français jugent leur motivation en baisse. Ils sont les plus démotivés d’Europe, mais aussi les plus mécontents en termes de reconnaissance, de respect et de rémunération! Conclusion : la motivation au travail devient un problème prioritaire pour les entreprises françaises. Reste à savoir comment l’aborder.

 

Que nous apprennent les théories au sujet de la motivation ? Le moins que l’on puisse dire est qu’elles sont nombreuses, souvent étayées d’expérimentations intéressantes pour comprendre les leviers qui entrent en jeu dans le mental du salarié. Au milieu de cette jungle, la théorie sur la motivation au travail du psychologue Frederick Herzberg, professeur de management à l’Université de l’Utah, est sans doute la plus simple à appliquer puisqu’elle associe la motivation à deux facteurs censés fonctionner indépendamment, la satisfaction et l’insatisfaction au travail. Les facteurs de satisfaction au travail ne sont pas les mêmes que les facteurs d’insatisfaction. Supprimer ces derniers ne suffit pas pour rebooster la motivation dans une entreprise. Il faut également renforcer les facteurs de satisfaction qui favorisent l’épanouissement et la réalisation du salarié. En dehors de ce cadre théorique, la motivation a fait aussi l’objet de nombreuses  recherches pratiques. Ainsi, alors qu’il est couramment admis que la récompense encourage la performance et la motivation, les recherches les plus récentes montrent qu’elle peut même dans certains cas diminuer la performance. Parmi les facteurs d’insatisfaction reconnus de tous, les chercheurs figurent le stress, le manque de reconnaissance et l’insuffisance de la rémunération.

 

Que faire alors pour rebooster la motivation dans l’entreprise? Les manuels de management regorgent de recettes et de conseils intéressants. Ils s’appuient sur le préalable que le manager est lui-même motivé, même si ce point est loin d’être suffisant pour motiver les collaborateurs de son équipe. La motivation est une démarche de long terme qui doit être intégrée au style de management ! 

 

Les styles qui favorisent le mieux la motivation sont le management ‘affiliatif’ et le management ‘démocrate’. Le management  ‘coercitif’ ou ‘autoritaire’ est le moins adapté. Le manager ‘affiliatif’ permet aux employés d’être les plus heureux dans leur travail, créant ainsi des liens affectifs puissants favorisant la motivation.

 

La motivation du manager et le choix d’un style de management ne sont qu’une étape dans la gestion de la motivation. Pour aller plus loin et avoir envie de donner le meilleur de lui-même, un collaborateur doit tout d’abord se sentir bien dans son environnement de travail. Le manager doit donc veiller à résoudre les conflits entre les membres de son équipe. Un management qui accroît la compétition sera motivant tant qu’il ne nuira pas à la bonne entente, d’où l’intérêt d’organiser régulièrement des moments fédérateurs. L’ambiance dépendra aussi de la communication au sein de l’entreprise, qu’elle soit formelle ou informelle. Tout est question de dosage car il faut veiller à ne pas privilégier l’équipe au détriment de l’individu ! Il faut également veiller à confier des responsabilités aux employés. Booster la motivation des collaborateurs est une épreuve de longue haleine.

 

Dans cette perspective, plusieurs recherches scientifiques montrent que les techniques de méditation, particulièrement la pleine conscience et la méditation transcendantale, sont des boosters naturels de la motivation. Comment entretiennent-elles la motivation ? Elles rendent le manager plus flexible, ce qui le pousse à adopter un style de management favorable à la motivation et à communiquer avec son équipe. Les techniques de méditation éliminent aussi la plupart des causes d’insatisfaction qui touchent les collaborateurs : stress, mal-être, manque d’intérêt du travail, relations sociales difficiles, etc… Ceci suppose bien entendu que le manager prenne le soin d’exprimer de la reconnaissance à ses collaborateurs, que l’entreprise ait une politique de rémunération en accord avec le marché, qu’elle ne  surcharge pas les collaborateurs de travail et qu’elle favorise l’évolution de carrière de tous ses salariés. Sur le terrain, la méditation transcendantale donne les meilleurs résultats. Elle accroît le sentiment de bien-être, favorable à la motivation. Elle aide à rester focalisé et à renouveler l’enthousiasme. Elle diminue les pensées négatives. Si le manque de motivation vient de la dépression, du cynisme ou du désenchantement, la méditation transcendantale aide à changer avec le temps ces mauvaises habitudes de pensée. Elle élimine l’anxiété et la dépression. La vie renoue alors naturellement avec la motivation et les niveaux les plus élevés des émotions humaines. Les sentiments de bonheur, d’amour, de compassion et de bien-être recommencent à imprégner l’esprit des collaborateurs.