Les effets de toute technique de gestion du stress – notamment les techniques de méditation – peuvent être fortement améliorés en suivant quelques conseils empruntés à l’Ayurvéda.

Sur la base de nombreuses recherches scientifiques, les différentes techniques de méditation trouvent progressivement leur voie auprès des managers français en tant que pratiques censées gérer le stress, tant au niveau individuel qu’au niveau de l’entreprise. Parmi les différentes techniques proposées, la méditation de pleine conscience rencontre un certain écho bien que les résultats des études scientifiques dont elle a fait l’objet ces dernières années aient été récemment contestés dans le cadre d’une large méta-analyse. Pour sa part, la méditation transcendantale apporte les meilleurs résultats. Ses effets ont fait l’objet de recherches scientifiques pendant plus de quarante ans. Son efficacité explique le récent engouement des milieux d’affaires en faveur de cette pratique. Mais, quelle que soit la technique retenue, le manager peut amplifier les effets de sa méditation en adoptant ces conseils[1] adaptés à sa constitution ayurvédique.

 

Tim Cook, Apple : CEO à dominante Vata

Le manager dont la constitution est dominée par Vata a une tendance à s’inquiéter. La pratique du yoga et des exercices de respiration profonde  – connus sous le nom de pranayama – seront un complément efficace pour sa méditation, y compris s’il pratique la méditation transcendantale. Le manager Vata souffre également de sécheresse, notamment pendant la saison froide. Sa peau, ses intestins et ses cheveux sont particulièrement touchés. Un automassage à l’huile de sésame avant la douche ou le bain lui permettra de réduire cette sécheresse, de calmer les nerfs et de prévenir les rides et d’éventuelles maladies de peau. Le froid et les aliments secs perturbent son équilibre général en déréglant sa digestion, son sommeil, ses articulations ainsi que son cycle menstruel s’il s’agit d’une femme.  Afin de rétablir l’équilibre, il suffit de boire quelques gorgées d’eau chaude toutes les demi-heures tout au long de la journée. Cette simple pratique réduit aussi les gaz et les ballonnements. Le manager Vata doit éviter de boire ou de manger froid ou glacé. Il est conseillé de favoriser des nourritures chaudes et des aliments cuits agrémentés de quelques traits d’huile d’olive vierge. Eviter aussi les goûts amer, piquant et astringent sans oublier de manger dans une atmosphère calme après avoir coupé son smartphone. « Il est fortement recommandé de se mettre au lit avant 22 heures » rappelle aussi Nancy Lonsdorf, médecin spécialiste de l’Ayurvéda Maharishi. Le manager qui a voyagé dans la journée peut s’offrir un massage à l’huile de sésame suivi d’un bon bain chaud avant de se mettre au lit. Dormir dans des draps de soie lui permettra de ne pas subir les vibrations de l’environnement. Au niveau de son travail, le manager est invité à faire une seule chose à la fois dans une atmosphère calme. Toutes les deux heures, il pourra prendre quelques minutes de repos les yeux fermés. Il doit éviter aussi de se mettre dans des situations d’urgence et penser à couper le smartphone en quittant le bureau afin de laisser au mental le temps de retrouver son calme.

 

Richard Branson, Virgin Group : CEO à dominante Pitta

Si le manager dont la constitution est dominée par Pitta est généralement focalisé et efficace, il a tout de même tendance aux excès et à l’irritabilité, notamment pendant la saison chaude. Il est donc conseillé de s’aérer et de se rafraîchir régulièrement, en se promenant en pleine nature par exemple ou en organisant un courant d’air dans son bureau et dans sa chambre à coucher pendant l’été. Point important, le manager Pitta ne doit pas sacrifier son temps de loisir au profit du travail. La pratique régulière de la méditation, du yoga et  du pranayama lui permettra de réduire son taux de cortisol et son niveau de stress. Pour équilibrer tout risque de « surchauffe », un régime alimentaire rafraîchissant l’aidera à réduire acidité et inflammation. Favoriser aussi les légumes biologiques frais ainsi que les fruits doux et juteux. Les goûts piquant, acide et salé ne sont pas du tout conseillés. En outre, le manager Pitta devrait éviter tabac, alcool, vinaigre, condiments aigres, excès de caféine et ou aliments fermentés. Boire abondamment de l’eau tiède, se protéger du soleil et passer du temps auprès de la famille et des amis favorisent l’équilibre du manager Pitta. Afin de se coucher avant 22 heures, il lui est conseillé de ne pas amener de travail à  la maison et de couper son smartphone en quittant le bureau.

 

Mark Benioff, Salesforce : CEO à dominante Kapha

Le manager dont la constitution est dominée par Kapha aura tendance à manger en cas de stress, à prendre du poids, à être déprimé  ou encore à s’accrocher au passé. « L’exercice physique est donc vital pour cette constitution » rappelle avec insistance Nancy Lonsdorf. L’idéal serait d’avoir un coach sportif ou un ami avec qui courir régulièrement en adaptant l’exercice à son âge et à son état de santé. Même 20 minutes de marche par jour suffiront pour faire une importante différence. Aller à son travail à pied ou sortir trois stations de métro avant sa destination est une bonne approche. Au niveau alimentaire, le manager Kapha est invité à manger chaud et léger, ce qui amène à favoriser les légumes. Eviter yaourts et fromages ainsi que les goûts salé, sucré et acide. Favoriser les goûts amer, piquant et astringent et se contenter d’une soupe au moment du dîner afin de s’endormir léger avant 22 heures. Se lever avant 6 heures le matin permet au manager Kapha de démarrer la journée dans la légèreté des heures Vata. Boire quelques gorgées d’eau chaude toutes les demi-heures tout au long de la journée. La pratique de la méditation transcendantale lui permet de réduire son stress mental et émotionnel. Autre point : la solitude n’est pas favorable au manager Kapha. Nancy Lonsdorf conseille à cet effet de s’inscrire dans une association caritative pour aider autrui. Toute forme d’interaction sociale est donc à favoriser.

[1] Ces recommandations sont données par le Conseil des médecins de l’Ayurvéda Maharishi, version la plus complète de l’Ayurvéda, revisitée par le sage indien Maharishi Mahesh Yogi.