Les concepts de santé au travail, de prévention et de flexibilité sur le lieu de travail sont relativement récents. Aujourd’hui, le monde professionnel a bien changé, et les managers aussi. Certaines tendances semblent d’ailleurs se dégager parmi eux, mais alors, comment reconnaître un bon manager ? Voici cinq qualités que les meilleurs d’entre eux possèdent.

Le rôle des managers a bien évolué ces dernières années. On a tendance à l’oublier, mais à l’origine, la direction n’avait pour seul objectif que de maintenir le statu quo et d’appliquer les règles et protocoles. Il y a quelques années, les managers se contentaient de pousser les employés et de les encourager à être le plus productifs possible, sans se soucier de leur bien-être.


 

Se comporter comme un coach

Les coachs et les mentors ont un pouvoir motivationnel très fort sur leurs équipes. Que ce soit dans la famille ou sur le tapis de course, ils peuvent nous aider dans chacun des aspects de notre quotidien. Pourquoi ne pas aussi avoir un coach sur son lieu de travail ? Et tant qu’à faire, qui d’autre que votre manager pour endosser ce rôle ? Les bons managers (et pas nécessairement des cadres supérieurs) encouragent et valorisent leurs employés, pour les pousser à atteindre leurs objectifs, à la manière d’un coach sportif. Ils voient au-delà de leur simple mission et savent que la réussite de leur équipe dépend de son bien-être.

 

Comprendre ses faiblesses, mais se concentrer sur ses atouts

Il est toujours facile de pointer du doigt les défauts des autres et de les tenir responsables en cas d’échec. En revanche, quand il s’agit de voir au-delà des faiblesses et de se concentrer sur les atouts de chacun des membres d’une équipe, de nombreux managers sont aux abonnés absents. Cela ne veut pas dire que les bons managers ferment les yeux sur les défauts de leurs collaborateurs, au contraire, ils en ont conscience, mais savent passer outre. Ils comprennent les forces de leurs employés et font ce qu’ils peuvent pour les faire transparaître. C’est exactement ce que l’on voit dans le milieu du sport : chaque sportif est positionné dans son équipe en fonction de ce qu’il sait faire.

 

Vouloir apprendre à connaître ses employés

Chaque individu a une histoire qui lui est propre : d’où vient-il, comment en est-il arrivé là aujourd’hui, qu’est-ce qui l’intéresse et qu’est-ce qui lui tient à cœur, comment envisage-t-il sa vie, etc. ? Les bons managers s’intéressent à cette histoire et veulent apprendre à connaître personnellement leurs employés, pour ne pas simplement les considérer comme un pion qui accomplit une tâche. C’est simple comme bonjour : aller demander à ses collègues comment ils vont en arrivant le matin, leur proposer un café, parler de choses qui dépassent le cadre professionnel. L’établissement d’une relation de ce genre est crucial pour les meilleurs managers.

 

Accepter la vulnérabilité

À l’instar de ce qui précède, les meilleurs managers savent embrasser leurs propres faiblesses. Ils ne se font pas passer pour un personnage omniscient et omnipotent. Au contraire, pour eux, embrasser la vulnérabilité consiste à partagent leur histoire. Trop souvent, les managers sont deux personnes différentes dans le cercle privé et le cercle professionnel, presque comme des robots. Mais personne ne veut travailler avec un robot, et il n’y a rien de plus humain que d’accepter sa vulnérabilité.

 

Défier les conventions

La plupart des concepts, des idées et des méthodes employés par les entreprises a été créée il y a plusieurs décennies. Notre monde a beaucoup changé depuis, mais certaines entreprises sont restées bloquées dans le passé. Les bons managers, eux, savent que, parfois, allumer un feu est plus important que d’essayer de l’éteindre. Ils ne se contentent pas d’essayer de comprendre une situation, mais utilisent aussi leur expérience pour remettre en question le statu quo et se challenger à trouver de meilleures solutions.