Comment transformer chaque moment vécu par un collaborateur au cours de son parcours dans l’entreprise en une expérience positive ? Ce travail sur l’expérience employé (EX) vise à la fois à attirer les talents, tout autant qu’à développer les potentiels individuels puis à les conserver.
L’enjeu est de taille puisqu’on assiste à une véritable guerre des talents en matière de recrutement et qu’un salarié reste en moyenne trois fois moins longtemps dans une organisation qu’il y a 10 ans.
Par ailleurs, on observe une défiance des plus jeunes générations envers le monde de l’entreprise – dont l’entrée sur le marché de l’emploi s’est faite dans la douleur – et une angoisse pour les plus de 40 ans, tenaillés par l’idée qu’ils ne survivront pas à la fameuse « révolution digitale ».
Il me semble qu’il est temps de renouer un lien fort entre entreprise et collaborateurs, de réinstaurer une confiance et du bien être. Et cela doit passer par des actions concrètes et non des coups de comm’.
Voici mes 10 propositions pour améliorer l’expérience collaborateur de votre entreprise afin d’accroître la productivité et l’innovation mais également l’employabilité de chacun d’eux.

Améliorer l’EX par le management

expérience employé

Les salariés sont la principale ressource d’une entreprise. Leur valorisation et la quête de leur bien-être sont des leviers importants, en partie basés sur les modes de management de votre entreprise.
Par ailleurs, la multiplicité des expériences proposées est, à mon sens, la condition sine qua non pour toucher un maximum de collaborateurs en fonction de leur motivation et sensibilité propres. C’est pourquoi l’expérience collaborateur nécessite d’être pensée de manière individuelle.

1. Tester l’intrapreunariat

Les projets d’entreprise conçus à l’intérieur de votre société valorisent la prise d’initiative et favorisent l’autonomie. Pour certains employés, c’est aussi un moyen de se réaliser dans leur travail tout en vous permettant de renforcer votre politique d’innovation.

2. Passer au pilotage collaboratif

Une manière de mettre en avant le collectif et de stimuler l’esprit d’équipe, la cohésion, le partage de connaissances et l’entraide. Certaines entreprises ont organisé un comité de pilotage collaboratif de leur entreprise (par exemple pour les prises de décisions opérationnelles).
Très concrètement, cela peut passer par une réunion par semaine réunissant les différents chefs d’équipe et par l’aménagement d’un espace agréable favorisant la collaboration.

3. Oui au management de proximité !

On supprime les organisations avec des N+10 et on passe au management de proximité, avec un manager en charge d’accompagner son équipe et de la faire progresser, et non de la surveiller. Plus au fait des enjeux humains, ce type de manager saisit ce qui motive (et démotive) les membres de son équipe. Il peut ainsi proposer le parcours le plus adapté à chaque collaborateur.
Ce management permet également d’apprendre sans pression et d’utiliser le « test and learn ». En gros, on a le droit de faire des erreurs… et d’ailleurs, de grandes innovations ont été créées sur ce principe de sérendipité.

Repenser l’organisation du travail

expérience employé

Pour permettre aux employés de vivre une meilleure expérience collaborateur, il est important de concevoir qu’un métier est à la fois source de rémunération mais également d’épanouissement personnel. Or ce bien-être passe aussi souvent par une organisation matérielle en adéquation avec les contraintes modernes individuelles.

4. Passer au télétravail

Avec les outils digitaux, il est de plus en plus facile de proposer le home office à vos employés. Les avantages sont nombreux pour l’employé : moins de temps passé dans les transports = moins de fatigue et de stress, une flexibilité pour organiser sa vie personnelle, un sentiment d’autonomie accru.
L’entreprise a, elle aussi, tout à y gagner puisque moins de temps passé dans les transports = plus de temps passé à travailler (si, si) et que les télétravailleurs sont généralement plus efficaces et plus concentrés dans leur travail.

5. Aménager les horaires

Comment vivre une expérience positive au travail quand l’organisation de sa vie personnelle est pesante au quotidien ? On devrait pouvoir être parent et impliqué dans son travail sans que cela génère de stress additionnel ! Ou encore avoir le loisir de développer des projets en dehors de son travail. L’aménagement des horaires de travail favorise l’épanouissement personnel. Les solutions sont multiples et là aussi, nécessitent un ajustement au cas par cas : pour certain il s’agira d’arriver tôt le matin, pour d’autres de rester plus tard, d’autres encore feront tout leur temps de travail en 4 jours
Vous pouvez responsabiliser vos salariés en leur permettant de gérer leur rythme de travail en fonction de leurs contraintes et besoins de vie.

6. Et pourquoi pas… les vacances illimitées ?

Là aussi le but recherché est l’autonomie : chacun est assez responsable pour savoir comment organiser son travail. Tant que le job est fait, qu’un salarié prenne une semaine de plus par an, est-ce vraiment un problème ?
Certains métiers, stressant ou pénibles nécessitent des pauses dans l’année, à un moment où les salariés stockent leurs jours pour l’été. Au final, tous les tests en entreprise de congés illimités démontrent une meilleure responsabilisation dans l’organisation du temps de travail de chacun. Gagnant-gagnant à mon avis !

7. Aménager des temps de travail libre

Certaines entreprises permettent à leurs employés de travailler sur des projets sortant de leur « définition de poste ». Il s’agit de projets motivants pour l’employé et qui résonnent pour l’entreprise. Google par exemple, permet à ses employés de travailler 20 % de leur temps sur des projets ‘autres’ et c’est ainsi que Gmail aurait été développé.
Cette démarche favorise à la fois l’esprit d’initiative, la créativité et est source de motivation.

« Le travail c’est la santé »

expérience employé

L’OMS définit la santé comme « un état de complet bien-être physique, mental et social, [qui] ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». L’entreprise peut donc jouer un rôle dans le bien-être moral et physique qu’elle apporte à ses salariés.
Cela peut évidemment passer par un travail sur l’ergonomie des lieux de travail mais également…

8. Encourager la pratique d’un sport

Dans une grande entreprise, il est possible d’organiser des séances de yoga ou autres sports. La mode est également à la méditation, pourquoi pas, même si à mon sens cela relève d’une démarche très personnelle.
Si votre entreprise a des locaux trop petits, quid de négocier des bons de réduction dans une salle de sport à proximité ?
Des salariés se réunissent également pour participer à des courses d’équipes comme Color Run ou la Parisienne, d’une pierre deux coups, vous boostez aussi la cohésion entre collaborateurs.

9. Aménager un coin sieste

Les siestes (entre 10 et 20 minutes) et micro-sieste (2 minutes) voire les séances de relaxation sont excellentes pour le corps et le cerveau. Différentes études ont permis de démontrer leur rôle dans l’amélioration des capacités cognitives (mémoire et apprentissage) mais également dans la créativité.
Pour lutter contre la fatigue, rien ne vaut une sieste, encore faut-il qu’elle soit légitimée et même encouragée par l’aménagement d’un coin sieste dans l’entreprise : à vous les fauteuils douillets et les lumières tamisées…

10. Se payer les services d’un masseur

Un massage permet de dénouer des tensions et de lutter contre le mal de dos, mais aussi les migraines et autres désagréments liés au stress. Le massage peut donc contribuer à un meilleur état de bien-être général et favoriser une expérience employé plus sereine et positive.

 

Enfin, pour moi, il est primordial que la direction d’une entreprise soit partie prenante de ce travail sur l’amélioration de l’Expérience Employé, sans quoi, on risque de rester à l’état d’effet d’annonce (dévastateur pour la motivation).
Autre rôle fondamental de la direction d’une entreprise : mesurer ! Il existe des outils permettant de monitorer la satisfaction des employés et de savoir sur quels aspects de l’expérience collaborateur il est nécessaire de mettre l’accent.