La Fashion Week débarque à Paris du lundi 25 septembre au mardi 3 octobre. Tout le gratin de la mode se retrouve pour découvrir la collection prêt-à-porter printemps-été 2018. Les géants du luxe l’ont promis début septembre, ils ne feront plus défiler des mannequins squelettiques. Kering et LVMH ont signé une charte commune dans cette optique.

Les géants du luxe Kering et LVMH ont adopté une charte commune pour interdire l’emploi de mannequins trop maigres et âgées de moins de 16 ans. La Fashion Week, qui s’ouvre ce lundi soir à Paris et se déroulera jusqu’au mardi 3 octobre ne devrait donc pas voir défiler des jeunes femmes taille 32.

L’annonce avait été faite début septembre, à la veille de l’ouverture des défilés new-yorkais. La charte sur « les relations de travail et de bien-être des mannequins » relève d’une démarche inédite dans le monde de la mode, après une énième polémique autour de la maigreur extrême de certains mannequins lors de la Fashion Week parisienne de février dernier.

1m80, taille 34

Des engagements seront donc dès à présent suivis pour les séances photos et défilés des deux groupes concurrents (Gucci, Bottega Veneta, Saint Laurent, Balenciaga, Alexander McQueen, Christopher Kane, Stella McCartney pour Kering, et Dior, Vuitton, Givenchy, Céline, Kenzo, Fendi, Loewe, Berluti, Pucci, Marc Jacobs et Loro Piana pour LVMH). Ainsi, la charte requiert la présentation d’un certificat médical, prenant notamment en compte l’indice de masse corporelle, de moins de six mois, contre deux ans dans la loi française. Entrée en vigueur en mai dernier, la “loi mannequin” oblige les marques à indiquer la mention “photo retouchée” et leur interdit d’employer des mannequins trop maigres.

Les marques s’engagent ainsi à bannir les tailles les plus petites, 32 pour les femmes et 44 pour les hommes. Un petit pas qui implique toutefois des changements d’habitudes chez les créateurs qui pour certains d’entre eux réalisaient leurs prototypes en 32. Mais la question de la maigreur extrême demeure quand une femme mesure 1m80 pour une taille 34.

Interdit aux moins de 16 ans

Des adolescentes de 14 ou 15 ans défilent régulièrement chez les plus grandes marques. Kering et LVMH décident de leur côté de ne plus embaucher de mannequins de moins de 16 ans pour des vêtements destinés aux adultes. Ce n’est pas tout, une prise en charge spécifique est prévue pour les jeunes femmes de 16 à 18 ans, notamment concernant la nudité ou la semi-nudité.

L’idée est née de discussions entre Antoine Arnault, membre du Conseil d’administration de LVMH et directeur général de Berluti, et de James Scully, directeur de casting. Antoine Arnault racontait à Elle qu’après être tombé sur un post Instagram de Scully dénonçant « des dysfonctionnements » dans la préparation des défilés, il rencontrait le directeur de casting. Cyril Brulé, directeur de l’agence Viva a également alerté Antoine Arnault sur le sujet. Les trois hommes sont rapidement entrés en contact avec Kering, qui travaillait déjà sur le sujet.

La Fashion Week Parisienne s’ouvre ce lundi 25 septembre avec le défilé de la maison Jacquemus.