La fabuleuse vente de bijoux « Magnificence des Moghols et des Maharadjahs » de la collection privée Al Thani organisée par Christie’s New York en juin 2019 a atteint un montant stratosphérique de plus de 100 millions de dollars. Ce succès montre l’excellence de la célèbre Maison dans la mise en scène des ventes aux enchères.

Au-delà de ces chiffres, le département bijoux du bureau parisien de Christie’s met à la disposition de ses clients le réseau international du groupe et son savoir-faire d’exception dans la vente de bijoux sans limite d’estimation et de prix. Les bijoux voyagent. Ils doivent devenir accessibles à tous.


Rencontre avec Violaine d’Astorg, Directrice du département « bijoux » de Christie’s France, la plus grande maison de ventes aux enchères du monde appartenant au Groupe Artémis, la société holding de la famille Pinault.

 


Que représente le département « bijoux » chez Christie’s France?

Ce département représente entre 10 et 12% des ventes et ceci de manière pérenne depuis plus de 30 ans.

La joaillerie a toujours été importante chez Christie’s depuis 1795 lorsque James Christie a dispersé la collection de Madame du Barry pour un montant de 10 000 Livres Sterling à l’époque soit environ 1 million et demi d’euros aujourd’hui. Christie’s est depuis 1994 le leader du marché dans les ventes aux enchères de joaillerie. Ceci grâce à l’impulsion qui a été donnée par François Curiel depuis les années 1990 et plus récemment par Rahul Kadakia, l’expert en chef du département.

 

christie's

François Curiel

Christie’s a une implantation mondiale avec 54 bureaux répartis dans 32 pays et de nos nombreuses salles de vente à Genève, Hong Kong, Londres, New York et Paris, ainsi qu’à Amsterdam, Bangkok, Berlin, Milan, Zurich.

Christie’s nous donne les moyens d’être proches de nos clients.  Grâce à ce réseau, les 25 spécialistes en joaillerie de la Maison, qui cumulent plus de 500 années d’expérience, sont en relation constante pour  évaluer les pierres et les bijoux qui nous sont confiés. Nous voyons aussi notre rôle un peu comme un chef de gare qui dirige l’objet vers le centre de vente le plus approprié afin d’obtenir le prix le plus élevé. Nos catalogues papier sont distribués à plus de 3 000 abonnés uniquement bijoux et nos catalogues en ligne le sont à un public beaucoup plus large.

 

christie's

Bague saphir Cachemire de 9,50 carats et diamants, vendu 439 500 €, décembre 2018 (c) Christie’s France

 

Le département bijou de Paris a réalisé des ventes de plus de 10 millions en 2018 avec un prix moyen de 20 000 € par bijou. Plus de 90 % des lots de bijoux d’une vacation trouvent preneur chez Christie’s. 60% de notre clientèle est fidèle.  14% de nouveaux acheteurs ont participé à nos ventes en 2018.

christie's

Violaine d’Astorg

 

Quelles sont les principales initiatives que vous avez prises chez Christie’s France depuis votre prise de fonction en avril 2018 ?

Notre objectif est de faciliter l’accès à nos ventes de bijoux et de proposer aux collectionneurs des bijoux de qualité correspondant à la demande d’aujourd’hui : bijoux vintage, retro (années 1950), ainsi que ceux signés par les grands joailliers mais aussi par les plus petites maisons comme Belperron, Boivin, JAR, Janesich, Lacloche, Sterlé, Verdura, David Webb et d’autres.

Pour ce faire, les principales initiatives que j’ai prises avec ma collègue Mafalda Chenu sont nombreuses :

  • Visites en région (Bordeaux, Lille, Lyon, Nice, Reims…)
  • Conférences sur l’histoire du bijou organisées en province et à Paris. A titre d’exemple, une exposition « A Vanity Affair » nous a permis de présenter en septembre 2019 une collection de 75 boîtes précieuses appelées « Le Nécessaire », toutes signées des plus grandes maisons de la Place Vendôme. Elles appartiennent à un couple de collectionneurs qui nous a fait confiance pour mettre en scène leur collection et raconter leur histoire très personnelle. Rien était à vendre, il s’agissait d’une exposition didactique et muséale qui a été appréciée par les collectionneurs et les professionnels.
  • Exposition des plus beaux bijoux à vendre à Paris à Genève au moment des vacations.
  • Présentations de bijoux par thème à Paris: par exemple, nous avons organisé un spécial « Bestiaire » dans nos vitrines en juin 2019.
  • Bijoux sans limite: il n’y a pas de petits bijoux chez Christie’s. Nous sommes ravis d’accepter bien sur un bague diamant à 10 000 € mais aussi, avec le même enthousiasme, une paire de boutons de manchette à 500 €.
  • Internet est un canal très efficace pour dialoguer avec notre communauté. Dès mon arrivée, j’ai raconté autrement l’histoire du bijou sur les réseaux sociaux.

Tous ces démarches étoffent notre réseau de contacts.  Il s’enrichit lorsque nous invitons des intervenants à participer à nos événements : spécialistes, historiens, créateurs contemporains, professionnels des musées, responsables des services patrimoines des Maisons de la Place Vendôme.

christie's

Bracelet Cartier corail, émail, diamants et platine estimé 150,000 / 200,000 € – prochaine vente le 5 décembre 2019 à Paris

 

Quelle est l’évolution de votre marché ?

Les bijoux : Les bijoux exceptionnels ne se sont jamais vendus aussi cher car il y a de moins en moins de belles pièces sur le marché. Les pierres de couleur, les diamants de qualité et les perles fines sont des marchés très stables.

Depuis quelques temps, nous proposons à Paris des pièces très différentes, novatrices et plus contemporaines. Lors de notre vente parisienne de juin 2019, nous avons présenté aux enchères 35 bijoux des années 80. Toutes ces pièces ont été vendues pour un montant total de 400 000 euros sur une vente globale de 5,9 millions d’euros.

Collier diamants et or gris, circa 1980, par Cartier, vendu 225,000 €, juin 2019 (c) Christie’s France

 

Nous sommes parfois acteur en présentant des créateurs contemporains qui permette à un artiste joaillier d’être plus connu grâce à sa présence dans un de nos catalogues.

Genève : La première vente de bijou à Genève a eu lieu en mai 1968. En effet, Christie’s avait obtenu à cette époque la collection de Nina Dyer, ex-femme du baron Thyssen. La vente ne pouvait avoir lieu à Londres pour des questions douanières. Genève fut choisie en raison de l’exonération de droit d’importation.  La vente fut un grand succès.  Depuis plus de 50 ans, Genève est la ville de référence pour les ventes de joaillerie en Europe.

Une foire internationale de la haute joaillerie GemGenève (Geneva International Gem and Jewellery Show) a même été créée en 2018 à l’occasion de nos deux grandes vacations annuelles organisées en mai et novembre.  Cela créé un mouvement d’affaires et vient renforcer la position de Genève comme carrefour européen de l’art et des produits de luxe. Cette ville attire acheteurs, collectionneurs, marchands et conservateurs du monde entier.

 

Quels sont les artistes qui ont la cote ?

Les bijoux Boucheron, Bulgari, Cartier, Chaumet, Van Cleef & Arpels, Harry Winston sont extrêmement recherchés. Mais ceux que je citais plus haut (Boivin, Belperron, Jar…) sont aussi très prisés. Alors il est difficile de répondre à cette question quand on sait que 60% des bijoux vendus ne sont pas signés.

Les bijoux anciens signés Suzanne Belperron et René Boivin font toujours autant vibrer les acheteurs. Ces deux noms sont intimement liés à mon département.

Bracelet onyx, perles et diamants par Suzanne Belperron, vendu 122,000 €, décembre 2018 (c) Christie’s France

 

christie's

Clip cristal de roche, émeraudes, émail et diamants, dessin de Suzanne Belperron, par René Boivin, vendu 137,500 €, décembre 2018 (c) Christie’s France

 

Que représentent les ventes privées dans votre département ?

Notre groupe (pas simplement Paris) a réalisé des ventes de gré à gré à hauteur de 653 millions de dollars en 2018 sur un total de ventes cumulées de 7 milliards de dollars.

 

Quels sont le cadre réglementaire et la fiscalité ?

En France, la taxe libératoire, appelée taxe sur la plus-value, est une taxe forfaitaire qui s’élève à 6,5% du prix de cession. Elle concerne les vendeurs particuliers résidant en France. Les ventes sont exonérées de cette taxe lorsque le prix de cession est inférieur ou égal à 5 000 €, si le bijou est détenu depuis plus de 22 ans ou si le vendeur n’est pas fiscalement résident en France.

Dans d’autres pays comme les USA ou l’Angleterre, les ventes sont taxées sur la base de la plus-value et de votre niveau d’imposition. Sur ce point avec 6,5% la France n’est pas si mal lotie ! De plus, conformément à la loi française, Christie’s apporte à l’acheteur une garantie de 10 ans sur l’authenticité et l’état des bijoux achetés aux enchères par rapport aux mentions portées au catalogue.

 

Présentez-nous les cours de Christie’s sur le bijou ?

Formation : Tous les experts en bijoux de chez Christie’s suivent à Bâle une formation annuelle dispensée par le laboratoire de l’Institut Suisse de Gemmologie SSEF. Cela nous permet d’être à la pointe dans notre spécialité notamment sur les nouveaux traitements utilisés pour les pierres de synthèses, la certification des pierres de couleur, les nouvelles méthodes pour séparer les perles naturelles des perles de culture.

Education : Les étudiants peuvent suivre des cours en ligne sur la joaillerie par le biais de Christie’s Education. Ils sont donnés par Vanessa Cron, spécialiste dans la recherche de provenance historique et ancienne archiviste de bijoux et catalogueur principale de Christie’s pendant 15 ans. Cette historienne de la bijouterie a collaboré avec l’auteur Vincent Meylan à la publication du livre Christie’s : Les archives de la bijouterie.

La connaissance des experts de Christie’s est également accessible à tous !

Suivez l’actualité de Christian Razel et de RoccaBaracca sur:

http://www.linkedin.com/in/christian-razel-4ab08281/

https://www.instagram.com/roccabaracca/?hl=fr 

www.roccabaracca.com

 

Bracelet turquoise, saphirs et diamants par Bulgari, vendu 85,000 €, juin 2019 (c) Christie’s France

Vente Al Thani, Christie’s New York (c) Christie’s