Première étape : se rendre là-bas, ce qui n’est pas une mince affaire (conseil de pro : passez par Hong Kong pour profiter de leurs fantastiques espaces voyageurs, comme les six salons de Cathay Pacific).

Une fois arrivés à Oulan-Bator, capitale du pays et point de départ des plus grandes aventures à vivre là-bas, profitez une dernière fois des petits plaisirs de la vie : faites un tour au spa, ou accordez-vous un bon repas au barbecue coréen, car les choses sont bien plus rudimentaires hors de la ville. En même temps, c’est exactement pour ça que vous êtes là.

Même s’il n’est pas difficile de trouver des mongols anglophones en ville, n’imaginez pas que cela sera le cas une fois la capitale derrière vous. Voyager avec un interprète ne peut pas faire de mal, mais vous serez surpris de découvrir que vous pouvez faire comprendre beaucoup de choses avec des gestes simples et quelques phrases clés.

Même si les mois les plus favorables sont ceux de juin, juillet et août, gardez à l’esprit que peu importe la saison, le temps peut tourner très rapidement, comme dans le nord où l’apparition de blizzards est une possibilité.

Alors, qu’est-ce qui fait de la Mongolie une des destinations les plus fascinantes d’Asie de l’Est ? Les aventures ci-dessous, pour commencer.

 

Rendez visite aux Tsaatans

Les Tsaatans sont les derniers nomades au monde à garder des troupeaux de rennes et à les utiliser comme montures, et partager leur quotidien vous donnera l’impression d’être en plein conte de fées. En plus du paysage, qui alterne entre steppes majestueuses, marais hostiles, ou flancs de montagne rocailleux, il y a quelque chose de magique à voir quelqu’un venir à dos de renne jusqu’au tipi qui vous accueille pour quelques jours.

Rejoindre les Tsaatans est déjà toute une aventure : attendez-vous à devoir prendre un vol depuis Oulan-Bator jusqu’à Mörönn, puis à deux jours de piste dans un UAZ-452 (un fourgon russe), et deux jours de cheval pour finir. Mais une fois arrivé, vous faites partie de la famille. Vous aurez l’occasion de boire du thé au lait de renne, de faire des nouilles, de rassembler le troupeau la nuit, de participer à la traite le matin, et de monter à dos de rennes pour aller voir les voisins ou pour cueillir des baies de genévrier. Vous aurez envie de vous pincer toutes les trois minutes pour vous assurer que vous ne rêvez pas.

Des visites exclusives sont organisées par Erik Cooper, qui se rend chez les Tsaatans depuis des années.

 

Allez voir les fauconniers Kazakh

Des nomades habillés de fourrures de loups qui contrôlent des aigles royaux, et 4000 ans de tradition : voilà les merveilles qui vous attendent si vous rendez visite aux Kazakhs de l’ouest du pays, et ce n’est que le début. Sans compter que voir un aigle filer à travers le ciel à plus de 300 km/h, c’est une chose à faire au moins une fois dans sa vie. Chaque année, dans la province de Bayan-Ulgii (située dans les montagnes de l’Altaï, dans l’ouest de la Mongolie), le festival des aigles fait converger les meilleurs chasseurs kazakhs de la région, et les fait s’affronter lors de concours qui testent la vitesse, l’agilité, et la précision de leurs oiseaux. Une expérience unique au monde.

Le festival des aigles (6-7 octobre 2018) est une bonne occasion de venir en Mongolie.

 

Festival des aigles. Photo : Shutterstock

 

Marchez dans les pas de Gengis Khan

Vous pouvez retracer le parcours de Gengis Khan de plusieurs façons : il est par exemple possible de réaliser une excursion d’une journée au départ d’Oulan-Bator, qui vous permettra de vous faire une idée de la stituation historique, économique, et politique à l’époque du Khan. Celle-ci constitue une bonne introduction au passé de la Mongolie.

Pour ceux qui voudraient un peu plus (voire beaucoup plus) d’aventures, allez-y à fond et retournez au XIIIe siècle en partant à cheval sur la steppe. Les chevaux ont joué un rôle crucial dans le succès du Khan, grâce au yam, son système de relais pour messagers qui permettait aux cavaliers de changer de cheval tous les 20 à 60 kilomètres (ou de transmettre leurs documents ou biens au messager suivant), de manger, et de se mettre à l’abri. Ce système a permis au Khan de conquérir le plus vaste empire de l’histoire, allant d’Europe de l’Est jusqu’à l’Asie du Sud-Est et la Chine, à son apogée.

Une des meilleures façons de découvrir la Mongolie (et d’avoir une quantité inépuisable d’anecdotes à raconter) est de faire un trek à travers le pays, du parc national de Khentii où la steppe rencontre la forêt, jusqu’à la rencontre d’une famille nomade dans la vallée de la rivière Jargalant.

Des entreprises comme Discover Mongolia proposent des treks à cheval sur les traces de Gengis Khan.

 

Affrontez la steppe hostile de Mongolie à cheval. Photo : Shutterstock

 

Traversez le désert de Gobi

Un des grands avantages de la Mongolie est la diversité de ses paysages. La steppe et les montagnes du nord renferment des expériences incroyables, mais le désert de Gobi, situé au sud, est un environnement à la fois complètement différent et tout aussi spectaculaire.

Il s’agit du cinquième plus grand désert au monde, et le plus vaste d’Asie. Le Gobi n’est pas entièrement composé de sable : on y trouve aussi une bonne part de roche à nu, ce qui en fait un des environnements les plus uniques (et plus difficiles) au monde. Explorez-le à cheval pour parcourir un maximum de distance, et découvrez sa faune sauvage : chameaux de Bactriane (à deux bosses), chevaux, et gazelles, ainsi que l’ours de Gobi, le dernier des ours du désert.

Vous aurez l’occasion de dormir dans des yourtes traditionnelles (n’oubliez pas que les nuits peuvent être très froides dans le désert), de rencontrer des familles nomades, et de découvrir personnellement l’histoire et la culture du pays.

Si les chevaux ne vous tentent pas vraiment, il est aussi possible d’explorer le désert en van.

Nomadic Expeditions organise des visites du Gobi depuis Oulan-Bator.

 

Les voyageurs intéressés par le désert de Gobi peuvent tenter la traversée à cheval ou en van. Photo : Shutterstock

 

Faites un road trip en moto à travers le pays

Que vous préfériez retracer les pas de Gengis Khan, foncer dans la steppe, ou traverser le Gobi, toutes ces façons de voir la Mongolie sont bonnes. Chaque parcours est unique : gardez à l’esprit que la seule chose à laquelle on peut s’attendre une fois sur la route, c’est l’inattendu. Vous n’oublierez pas un instant de votre périple, qu’il s’agisse du temps, du terrain inégal des plaines, du désert vide et hostile, ou de tout le reste le long de la route du Khan.

Des agences comme Vintage Rides proposent de fantastiques visites à moto, selon vos préférences.

 

Une moto garée devant la yourte d’une famille, dans le désert de Gobi. Photo : Shutterstock.