L’art de l’orfèvrerie en Italie, c’est une histoire ancienne. Il suffit de penser à l’image du quartier de Torre del Greco, célèbre pour le travail du corail déjà à l’époque romaine. Par la suite, la Renaissance a transformé Florence dans la capitale de la transformation des métaux précieux, avec des techniques extrêmement raffinées et de pointe telles que celles décrites par Benvenuto Cellini. Les cours italiennes pendant la période de pré-unification ont alimenté le travail des orfèvres avec des demandes de bijoux de plus en plus précieux et somptueux. Le secteur se compose d’environ 7 500 entreprises employant plus de 31 300 employés. Le chiffre d’affaires est d’environ 15 milliards € et un excédent commercial d’environ 6 milliards €. 

Les trois grands districts nationaux

Le secteur de l’orfèvrerie est présent dans presque chaque région du pays. Il y a toutefois trois grands districts d’orfèvrerie qui se sont imposés dans le monde en termes de production, d’exportations et de chiffre d’affaires. 

  1. Valenza dans le Piémont

La petite ville de Valenza (20 400 habitants) représente l’un des districts les plus grands et les plus renommés du secteur de la bijouterie et de l’orfèvrerie. Situé dans le Piémont sur un territoire de plus de 50 km2, le district de l’orfèvrerie de Valenza comprend 1 500 entreprises et 7 300 employés. Environ 80% de pierres précieuses importées en Italie et 30 tonnes d’or sont ici traités chaque année, pour un chiffre d’affaires annuel estimé à 4 milliards d’euros. 70% des pierres précieuses importées d’Italie atteignent le district de Valenza et 65% des bijoux produits sont exportés dans 150 pays dans le monde, principalement vers les États-Unis, le Japon, l’Union européenne, le Moyen-Orient. 

  1. Arezzo en Toscane

La tradition de l’orfèvre dans la province d’Arezzo remonte à la civilisation étrusque. Les musées d’Arezzo et de la province, en particulier Cortona, abritent divers témoignages de l’art de l’orfèvre étrusque datant du 6ème siècle avant JC. Les ateliers de joaillerie artisanale d’Arezzo ont prospéré au XIVe siècle à la demande des seigneurs de la région; ils attirent également la papauté, se spécialisant ainsi dans la production religieuse.

Au début du XXe siècle, lorsque le changement de l’environnement économique – de l’agriculture à l’industrie – a entraîné la croissance de nombreuses petites et moyennes entreprises, les bijoux artisanaux d’Arezzo sont devenus la production la plus importante de la province avec le cuir et les chaussures. En 1926, la plus grande entreprise de traitement de l’or est née, à partir de laquelle des centaines de petites entreprises se sont développées. Au total, le quartier de l’orfèvre d’Arezzo compte aujourd’hui environ 1 200 entreprises et d’environ 8 000 employés pour un chiffre d’affaires annuel d’environ 2 milliards d’euros.

  1. Vicenza en Vénétie

La tradition de l’orfèvre dans la province de Vicenza remonte au XIV siècle. Déjà en cette période il existait un grand nombre d’artisans: 150 orfèvres. Au cours des siècles suivants, le lien entre l’activité d’orfèvrerie de la région de Vicence et la Serenessima République de Venise est évident: en particulier dans les années 1500, les orfèvres ont été obligés de soumettre leur production à l’examen des « Massari », des fonctionnaires de la République de Venise chargés de superviser l’estimation et le traitement de l’or et de l’argent pour le compte de la Serenessima. Dans cette période, les orfèvres apposent le sceau de San Marco sur leurs œuvres. C’est dans les années 1800 que le véritable décollage industriel du secteur a commencé: aux côtés des anciens laboratoires et petits commerces, des dizaines de petites entreprises ont commencé à se développer, majoritairement familiales, qui ont pu se projeter dans le monde et innover leur production. Aujourd’hui le district de Vicenza comte 538 enterprises, 4 362 employés et un un chiffre d’affaires annuel d’environ 2 milliards d’euros. 

<<<À lire également : Christie’s France : Rendre La Vente Aux Enchères De Bijoux Accessible A Tous >>>