Vous connaissez peut-être déjà le salar d’Uyuni, cette vaste étendue plane de sel située en Bolivie. La zone est désertique, et vous pouvez voir des lieues à la ronde sans apercevoir la moindre maison, voiture, ou personne (vous pouvez en revanche séjourner dans un hôtel entièrement fait de sel). C’est pour cette raison qu’une visite du cimetière de trains tout proche permet un contraste saisissant : ses vieilles machines rouillées sont tout un symbole de la grandeur des créations de l’Homme, mais aussi de leur déclin. Si une visite de cet endroit à la beauté sinistre vous intéresse, voici comment s’y rendre et à quoi s’attendre :

Comment s’y rendre ?

Si vous conduisez, rendez-vous à Uyuni (la ville) et, plutôt que de tenter de trouver votre chemin sur Google Maps, demandez plutôt à quelqu’un. Le cimetière des trains se trouve en dehors de la ville, et un seul panneau en indique la direction, mais tous les habitants savent le situer. Beaucoup de tour operators y font faire un arrêt après la visite du salar : mieux vaut donc bien calculer le timing de votre visite si vous souhaitez éviter les foules. Si vous venez tôt (avant 8h) ou tard (après 17h) dans la journée, vous aurez le cimetière pour vous et pourrez également profiter du lever ou du coucher du soleil. Étant donné l’altitude extrêmement uniforme de la zone, vous pourrez sans doute observer d’incroyables couleurs dans le ciel qui, juxtaposées au brun des trains, formeront sans doute un contraste intéressant.

Qu’y a-t-il à voir ?

La plupart des trains du cimetière datent du début du XXème siècle, et ont été importés d’Angleterre. Uyuni devait originellement devenir une destination ferroviaire majeure reliant de nombreuses villes. Ce plan ne s’est finalement jamais réalisé après la perte de vitesse de l’industrie minière et le début de nombreux conflits avec les pays voisins. L’air particulièrement abîmé des trains est dû à l’action combinée du sel et de vents forts, qui donnent à ces structures massives de métal leur allure érodée. Vous pourrez découvrir dans le cimetière plus de 100 wagons, chacun possédant sa structure propre, et les nombreux graffitis qui couvrent ces antiquités.

 

Les trains anciens et rouillés du Cimetière des Trains (Cementerio de Trenes) d’Uyuni, en Bolivie. Photo : Getty Images.

 

Photographie

On ne peut nier que le Cementerio de Trenes est un lieu visuellement captivant, mais aussi assez ludique : vous pouvez monter sur les wagons, visiter leur intérieur, et prendre des photos sans aucune restriction. Si vous n’effectuez pas votre visite tôt ou tard dans la journée, vous risquez de vous trouver parmi de nombreux autres touristes, et il se peut même que vous deviez patienter avant de prendre une photo. Vous verrez sans doute de nombreuses personnes sauter de wagon en wagon, mais évitez de les imiter (ou, si vous choisissez de le faire, soyez conscient des risques).

Où Manger ?

Si vous vous rendez au Cementerio de Trenes tôt dans la journée et souhaitez prendre votre petit-déjeuner après la visite, rendez-vous au Jardines de Uyuni. Vous y trouverez un buffet abondant proposant oeufs, pancakes, et beaucoup de café. Une fois rassasié et revigoré, vous aurez l’occasion d’explorer d’autres points d’intérêt locaux, comme les sources chaudes (Aquas Termales de Uyuni) ou Laguna Colorada, un lac teinté de rouge par les algues et minéraux présents dans ses eaux peu profondes, qui s’étendent sur près de 6000 hectares. Selon les légendes locales, il s’agirait en réalité du sang des dieux. Les flamants roses apprécient l’endroit, et s’y rassemblent pour profiter des algues nourrissantes qui y prolifèrent. Le lac est aussi populaire auprès des lamas et alpagas, ce qui en fait un autre point photo intéressant. Assurez-vous cependant de bien prévoir votre retour, car ces deux endroits sont assez isolés, et conduire la nuit peut s’avérer compliqué.