Focus sur quatre tables parisiennes gourmandes aux décors raffinés ! 

Petrossian met le caviar à toutes les sauces ! 

Vous avez dit « le » caviar ? Sachez, ignorants que vous êtes, qu’il n’y a pas « un » caviar, mais bien de multiples variétés de ce divin met, qui elles-mêmes se déclinent sous différentes formes : caviar brut, caviar pressé, caviar séché, caviar maturé, caviar liquide… Pour s’y retrouver, il vous faudra à tout le moins les conseils avisés d’un caviarologue – si, si, ça existe – qui vous guidera et vous orientera dans la quête du suprême plaisir gustatif. Bonne nouvelle pour les caviarophiles de tout poil : la maison Petrossian vient d’ouvrir son tout nouveau restaurant rue de la Tour-Maubourg, en face de sa boutique historique. Un restaurant concept, privatisable et modulable à l’envie, qui accueillera aussi vos soirées privées, afterworks et autres petits-déjeuners, sans oublier des ateliers d’initiation au caviar. On ne salive rien que d’y penser ! Entre les deux formules proposées par le restaurant, le caviarophile puriste choisira certainement la sélection de caviars à déguster purs, avec toasts et blinis : le classique indémodable, servi autour d’un bar à caviar proposant chaque jour trois espèces aux saveurs et textures différentes, ou encore la « Spéciale Réserve » qui rassemble une collection d’œufs encore plus exceptionnels, du Daurenki au Caviar ivoire. Le caviarophile curieux optera quant à lui pour « le caviar autrement » : des associations inattendues pour des sensations un brin ludiques : le cœur de filet de bœuf s’entoure d’une viennoise de caviar séché, le caviar maturé souligne le quasi de veau de lait, le cabillaud se dote d’une croûte de caviar… Et l’on savoure le plaisir régressif et sacrilège de tremper ses frites dans… du caviar liquide ! Mikael Petrossian, gérant du restaurant, l’affirme : la maison « a aujourd’hui une légitimité et un savoir-faire qui (lui) permet de pouvoir faire des choses créatives sans dénaturer le produit ». Pari réussi qui modernise l’image de Petrossian sans renier pour autant les fondamentaux qui fondent sa réputation.

À deux pas de la Madeleine : déjeuner dans un cadre campagnard au Baudelaire 

Nul besoin de loger au Burgundy pour avoir le privilège de déguster la cuisine de son restaurant. Au cœur de ce ravissant hôtel de luxe, dans un cadre cossu et lumineux, deux virtuoses composent une symphonie à une étoile pour papilles exigeantes : bienvenue au restaurant Le Baudelaire. Selon votre humeur et la météo du jour, vous choisirez de vous installer dans l’un des quatre espaces qui proposent chacun une ambiance différente. Confortablement installé – on aime les emblématiques fauteuils jaunes, désormais signature du restaurant – vous pourrez vous concentrer sur l’essentiel : la cuisine des chefs Guillaume Goupil – pour le salé – et Pascal Hainigue – pour le sucré. Tous deux sont passés par les plus grandes maisons étoilées. Non seulement ils travaillent les meilleurs produits en provenance de toutes les régions de France, mais en outre, privilège insigne, ils travaillent les légumes cultivés spécialement pour le restaurant dans le potager du Château de Courances.

Au final, cela donne une cuisine hautement technique sachant se montrer créative et généreuse, déjà couronnée par une étoile au Michelin 2017. Ici, l’inspiration s’appuie sur les fondations de la grande gastronomie française, tout en épousant pleinement son temps. Qu’il travaille une simple carotte, un ris de veau en habit croustillant, ou un incroyable trompe-l’œil de spaghetti de céleri à la truffe, Guillaume Goupil sait composer des plats d’une grande lisibilité, où la nature est toujours mise en valeur avec élégance. Côté sucré, l’incroyable design de l’assiette n’a rien à envier à la subtilité du goût, pour une pâtisserie de haute voltige, toute en délicatesse. Créatifs, graphiques et inspirés, tels sont les desserts de Pascal Hainigue. Pour un repas d’affaires ou un tête-à-tête plus intime, une adresse incontournable.

Le nouveau visage du restaurant Môm

A proximité de la place des Ternes, dans la rue Pierre Demours, le Môm change de propriétaires et, partant, se renouvelle tant dans son apparence que dans ses propositions. En salle ou sur la terrasse réaménagée, on savoure la cuisine du Chef Sylvain Bouzard, qui fut chef de cuisine de Ladurée, de Germain et de Francis, un artisan cuisinier passionné et précis : mention spéciale pour le guacathon aux deux sésames et chips, ou encore la coque macaron crème pâtissière griotte et chocolat noir ! Que l’on vienne au Môm pour un simple verre accompagné de tapas – goûtez-moi ce tarama à la truffe ! – ou pour déjeuner ou dîner, on appréciera la qualité d’une table aux produits frais et aux plats classiques d’une qualité irréprochable. Du début de soirée jusqu’à des heures tardives, on s’y retrouve dans une ambiance musicale et chaleureuse. Et le dimanche, on s’y pose tranquillement pour déguster un brunch réparateur. Encore une bonne raison d’aimer le 17ème !

Un refuge secret et cosy au coeur du Paris chic : Little Volney’s

Entre la rue des Capucines et la rue Daunou, c’est la discrète rue Volney qu’Alexandre Pellerin a choisie pour ouvrir ce lieu, « son » lieu, qu’il a voulu unique. Des années passées comme barman dans de grandes adresses comme le Fouquet’s ou le Prince de Galles, il a conservé l’esprit « bar d’hôtel » pour créer Little Volney’s. Avec son chef barman Pierre Lejop, expert ès-cocktails, qui œuvre derrière l’ancien bar du Meurice restauré pour l’occasion, il s’adresse à une clientèle d’initiés qui se repasseraient l’adresse de bouche-à-oreille – la meilleure des publicités, on le sait. Ici, libre à vous de choisir sur la carte un met qui tiendra lieu, au choix, d’entrée ou de plat principal. Les produits frais sont travaillés sur place, et la carte des vins et spiritueux n’est pas en reste, composée avec savoir-faire par les maîtres des lieux. Des plats simples en mode bistro, comme le fish and chips ou l’île flottante, ou encore la tarte fine aux pommes et au caramel beurre salé. Selon l’horaire et l’envie on choisira le restaurant – midi et soir – ou la carte « finger food » du bar pour se restaurer plus tardivement.

 

Restaurant MôM
4-6 rue Pierre Demours
75017 Paris
https://www.momrestaurant.com/

Restaurant Petrossian
Boulevard de La Tour-Maubourg 
75007 
www.petrossian.fr

LE BURGUNDY 
6-8 Rue Duphot 75001 
www.leburgundy.com

Little Volney’s
9 rue volney
75002 
littlevolneys.fr

 

Le luxe vous intéresse ? Abonnez-vous à notre newsletter www.luxe-magazine.com et suivez-nous sur les réseaux sociaux ! InstagramFacebookTwitter et Linkedin.