Après 2h45/3h de route depuis Paris, nous nous laissons surprendre par ce château qui se dévoile au détour d’une allée, non loin de Luynes, au milieu de son parc de 23 hectares. Un bonheur !

La nuit est tombée, mais les lumières apportent une touche magique au lieu. Enchâssée entre deux constructions plus récentes, la tour en pierre du XV ème se dresse avec orgueil. Au petit matin, de la fenêtre nous découvrons le jardin à la française avec sa terrasse en pierre, et la vue sur l’étang Briffaut, légèrement dans la brume, ajoutant une touche romantique s’il s’en faut !


Un voyage dans le temps

Le Château de Beauvois est à lui seul un véritable voyage dans le Temps recouvrant, le XV, XVI et XVIII ème siècles. Son histoire commence au XVème siècle, en témoigne sa tour Renaissance. Puis autre siècle, autre roi avec Louis XIII qui venait régulièrement chasser sur les terres de son grand fauconnier, le duc Charles Albert de Luynes, maître des lieux depuis 1619. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’établissement a baptisé en son honneur son restaurant Louis XIII.

Une demeure sous le signe de la richesse et de la profusion

L’entrée de la demeure avec son long couloir est tout à fait royale : profusion d’or, de tentures damassées dans les teintes bleu roi, de suspensions en cristal de bohème, de mobilier style rococo, rocaille ou Louis XV et surtout un immense tableau représentant Louis XIV arborant son célèbre manteau d’hermine qui vous accueille. Un clin d’œil au propriétaire, Monsieur Zaya Younan, qui a eu le coup de foudre pour cette superbe reproduction, comme celles de Marie-Antoinette, Louis XV et bien d’autres qui habillent certains murs.

Ici l’architecte Mathieu Michaud s’est fait plaisir par la superposition et l’accumulation de tous ces styles. Le bar à une extrémité de l’entrée, en est un exemple. Décoré de meubles de style empire, quelques fauteuils incitent à s’y poser pour déguster un whisky ou un bourbon parmi la collection qui trône sur les étagères. D’autres petits salons attenants, où dans l’un Marie-Antoinette trône, se prêtent aussi à un tendre tête-à-tête, durant un tea-time ou un apéritif avant de gagner la salle-à-manger.

Une partie troglodyte

Surprenant, en continuant le couloir de l’entrée, nous arrivons dans la partie troglodyte, située sous la montagne. L’air y est plus humide, nous le humons légèrement et quelques chambres dans cette partie sont éparpillées au rez-de-chaussée. Leur décoration est d’une tonalité plus sobre, avec pour certaines, poutres anciennes au plafond, tissu de couleur pourpre ou safran au mur, cheminée et fauteuils cloutés de style moyenâgeux, recouverts de tissu épais. Non loin, deux grilles travaillées attirent le regard. L’une amène à une cave exceptionnelle, dans l’ancienne carrière qui a servi à construire les tours du château. Totalement réaménagée, dans les tons noir et or, une table dressée pour huit personnes se prête à diverses dégustations. Avec 18000 bouteilles, alignées dans différentes caves qui se succèdent, il y a de quoi faire !

Quant à l’autre grille, elle abrite, de manière originale et surprenante, un riad ; tout du moins, une décoration marocaine dans un lieu à 18 m sous terre, avec coussins, canapés colorés, photophores. On s’y croirait presque !

Le Louis XIII, une table de produits du terroir

Dans la région, la Touraine est nommée « jardin de France ». La gastronomie n’a pas à y rougir grâce à toutes sortes de légumes, truffes, rillettes, gibiers en saison ou même poisson et ses vins, dignes de figurer sur une table de qualité. Chinon, Bourgueil, Vouvray font partie de ces breuvages locaux qui comptent. D’ailleurs le chef Régis Guilpain, un natif de Blois et la mémoire de l’établissement au Domaine de Beauvois, (il a commencé comme commis dans ces murs en 89), est un amoureux des produits du terroir. Il officie depuis 2004 au Louis XIII.

Nous succombons à un velouté de potiron, royale de marron et St Jacques, un canard Colvert, Parmentier de cuisse et rutabagas, coco de Paimpol qui s’avère délicieux et à un plat plus original, un pot au feu de St Jacques et foie gras, – qui pourrait par le simple titre laisser dubitatif -, mais qui nous convainc à la dégustation. St Jacques moelleuses, cubes de foie gras tendres et bouillon léger. Un régal. Pour finir en beauté, nous nous laissons tenter par une poire pochée au carambar et riz au lait aux fruits secs. Léger et délicat pour le bouquet final.

Suites et chambres « cosy »

Après cette explosion gustative, il est temps de retrouver le cocon de notre suite et de replonger dans l’histoire. Dans la tour du XV, dans la chambre du Roi, nous pouvons nous laisser aller à rêver de cette époque royale, les poutres anciennes dessinées, peintes à la main, la cheminée, vestige de cette époque et les murs en pierre respirant l’histoire … Pour ceux attirés par plus de profusion d’or, les chambres à l’étage cachent quelques trésors et quelques pièces d’époque.

Balade en Touraine

Une fois le petit-déjeuner pris dans la salle-à-manger Briffaut et sa superbe cheminée d’époque, aux larges fenêtres donnant sur la terrasse et le parc, il est temps de découvrir la région. Flânez dans les ruelles piétonnes de Chinon et Loches, villes d’art et d’histoire, pour visiter des centres villes médiévaux préservés, aux pieds de leurs forteresses. Perdez-vous dans le Château de Langeais et instruisez-vous sur le mariage secret de Charles VII et Anne de Bretagne, qui eut lieu dans ces murs. Promenez-vous dans les célèbres jardins de Villandry et son château du XVI, joli vestige de la Renaissance, construit en 1536 par Jean le Breton, ministre des finances de François 1er. Une belle plongée historique ! La Touraine, véritable concentré d’art de vivre à la française, distille romantisme et fait battre les cœurs dans un cadre vibrant d’authenticité.

Mon avis :

Une jolie escapade à deux à se réserver à toute époque, car chacune d’elle dégage un charme particulier. L’hiver avec ses couleurs rousses et le feu de cheminé ou bien le printemps avec ses jardins et la nature qui s’éveille. Le château est idéalement situé, en pleine nature et à peine à 15 m du château de Langeais et 30 m de Villandry. La gastronomie est à la hauteur des attentes de chacun, avec une vraie créativité de la part du chef. Le personnel est charmant et les chambres très confortables. Un plaisir pour nous citadins de nous réveiller avec le bruit des oiseaux et la vue sur la nature.

Focus avec Zaya Younan, le propriétaire inspiré de ce groupe hôtelier la Grande Maison Younan Collection

Zaya Younan, Américain né à Chicago, féru et amoureux de la France et de son histoire, vient depuis 35 ans chez nous. Il est tombé sous le charme de ces châteaux, qui pour certains étaient à l’abandon. Depuis deux ans, il a donc décidé, avec son épouse, de racheter, à ce jour 5 châteaux, 3 golfs et un vignoble, afin de leur redonner leur lustre d’antan. De faire en quelque sorte revivre leur histoire avec authenticité et respect pour les hôtes et permettre à tout un chacun de vivre une nuit dans un château en plongeant dans l’histoire, tout en se faisant chouchouter. Enfin toucher du doigt le luxe et l’art de vivre à la française. 

Il a pour ce faire, créé en 2015 sa propre collection baptisée : La Grande Maison Younan Collection, qui à ce jour compte le Château de Beauvois, Le Prieuré qui ouvre en décembre, l’hôtel St Martin, le Château du Petit Chêne, le château de la Perrière, un restaurant l’Oratoire, 3 golfs et un vignoble à Bordeaux . Bien entendu ce passionné de la France, ne s’arrêtera pas là. Tourné vers l’avenir, il entend acheter encore une dizaine de châteaux en 2018 pour étoffer sa collection, et devenir un groupe avec lequel il faudra compter en Europe. Bien entendu, il entend aussi acheter en dehors de la France et s’intéresse à l’Europe et aux golfs.

Château-hôtel Domaine de Beauvois (Hotels & Préférence) 4 étoiles
Route de Beauvois,
37230 Saint-Etienne-de-Chigny
Touraine
Tél : + 33 2 47 55 50 11

 Le luxe vous intéresse ? Abonnez-vous à notre newsletter www.luxe-magazine.com et suivez-nous sur les réseaux sociaux ! InstagramFacebookTwitter et Linkedin.