Avez-vous déjà rêvé de tout plaquer, votre emploi, votre appartement, et de déménager vers une de ces destinations où le coût de la vie est si bas que vous auriez à peine besoin de travailler ? « C’est une excellente idée, et ça n’est pas si compliqué à mettre en œuvre », explique Kathleen Peddicord, qui a transformé ce désir en réalité. Fondatrice de la société Live and Invest Overseas, Kathleen Peddicord conseille désormais ceux qui aimeraient pouvoir enfin vivre à petits prix.

Elle-même globe-trotter depuis de longues années, Kathleen Peddicord est originaire de Baltimore. Elle a quitté les Etats-Unis il y a près de 20 ans pour un travail à Waterford, en Irlande, avant de passer par Paris et de finir au Panama, où elle vit désormais avec son mari et sa famille.


 

Caroveiro, Portugal

 

  1. Carvoeiro, Portugal

« D’après mon expérience et de celles de personnes que je connais, je dirais qu’il s’agit de l’endroit où il fait le plus bon vivre au monde » déclare Kathleen Peddicord, qui qualifie également le Portugal comme le « secret le mieux gardé du Vieux Continent ».

Carvoeiro, une ville sur la côte de l’Algarve, est l’endroit au monde qu’on a le plus envie d’appeler « maison » et ce, pour plusieurs raisons. « Les vues à couper le souffle de la côte rocheuse, le soleil constant, la météo quasi parfaite toute l’année, la nourriture, le vin, l’histoire –tout ceci s’ajoute à la vie telle qu’on l’imagine parfaite, avec des prix très avantageux », explique Kathleen Peddicord.

« C’est aussi un endroit idéal pour les femmes célibataires qui souhaitent lancer leur entreprise et commencer une nouvelle vie », ajoute-t-elle. La baisse de la valeur de l’euro actuelle contribue à un facteur budgétaire très favorable. « A mon sens, Carvoeiro est le meilleur endroit pour vivre à l’étranger, excepté si vous détestez l’Europe et la plage ».

Budget mensuel : 1069 € par personne en moyenne

  • Habitation : 650 €
  • Transports : 37,50 €
  • Gaz : 0 €
  • Electricité : 90 €
  • Eau : 0 €
  • Téléphone/Internet/Câble TV : 70 €
  • Loisirs : 96,50 €
  • Courses : 125 €

 

Medellín, Colombie

 

  1. El Poblado, Medellín, Colombie

« Escobar est mort et la ville que ses hommes de main et lui ont terrorisé par le passé a aujourd’hui retrouvé la paix », raconte Kathleen Peddicord à propos de Medellín, une ville perchée dans les montagnes colombiennes. Où vivre à Medellín ? A El Poblado, évidemment, un quartier situé en plein cœur de la ville. « Medellín est riche en culture, très chic, les gens sont bien habillés, bien élevés et accueillants. La ville offre un mode de vie confortable, tranquille, idyllique, pour un coût tout à fait abordable ».

Le taux de change actuel entre l’euro et le peso colombien permet également aux expatriés de vivre une vie cosmopolite de luxe, à bonne affaire. Autre avantage : la météo, grâce à localisation de Medellín. « Le climat est clément tout le temps –les températures dépassent les 21 degrés toute l’année et l’humidité est faible », précise la globe-trotter.

Medellín a également bénéficié du « facteur peur ». « Pendant longtemps les gens ont eu peur de cette ville et s’en sont éloignés – les investisseurs comme les touristes », explique-t-elle avant de souligner qu’ainsi la vie est plus « détendue » et beaucoup moins chère qu’à Cartagena de Indias (Carthagène des Indes) par exemple, une autre ville colombienne très prisée par les touristes.

Budget mensuel : 1480 € par personne en moyenne (4 760 000 pesos colombiens)

  • Habitation : 3 millions de pesos colombiens
  • Transports : 150 000 pesos colombiens
  • Gaz : 300 000 pesos colombiens
  • Electricité : 0 pesos colombiens
  • Eau : 0 pesos colombiens
  • Téléphone/Internet/Câble TV : 300,000 pesos colombiens
  • Loisirs : 410 000 pesos colombiens
  • Courses : 600 000 pesos colombiens

 

Las Terrenas, République Dominicaine

 

  1. Las Terrenas, République Dominicaine

« Las Terrenas est caractéristique des Caraïbes, avec une petite touche à la française », décrit Kathleen Peddicord, en évoquant cette petite ville côtière du nord de la République Dominicaine. « Il y a une communauté très installée d’expatriés français qui vit sur les plages de sable blanc, a ouvert des boulangeries, des restaurants, et disent bonjour en faisant la bise ! ».

A cela, ajoutez une « infrastructure qui s’améliore, s’y installer est facile, et le coût de la vie et l’un des meilleurs de toutes les Caraïbes aujourd’hui ».

Kathleen Peddicord souligne par ailleurs que lorsque les personnes songent à se rendre dans les Caraïbes, la République Dominicaine n’est pas souvent le premier choix qui se présente –un sacré avantage. « D’autres endroits comme les îles Caïmans et les Bahamas sont plus attrayants, et pas forcément pour les bonnes raisons » déplore-t-elle.

« Dans ces îles, les touristes paient plus cher pour des services médiocres. Quant à la République Dominicaine, elle jouit désormais d’une économie très forte –l’économie croissante la plus forte d’Amérique Latine- et d’une administration qui fait de son mieux pour valoriser son pays. La criminalité a par ailleurs énormément diminué ».

Budget mensuel : 1120 € par personne en moyenne (58472,50 pesos dominicains)

  • Habitation : 36 500 pesos dominicains
  • Transports : 687,50 pesos dominicains
  • Gaz : 350 pesos dominicains
  • Electricité : 2755 pesos dominicains
  • Eau : 230 pesos dominicains
  • Téléphone/Internet/Câble TV : 2200 pesos dominicains
  • Loisirs : 6750 pesos dominicains
  • Courses : 9000 pesos dominicains

 

Santa Familia, Cayo, Belize

 

  1.  Santa Familia, Cayo, Belize

« Si vous souhaitez laissez vos tracas derrière vous, le petit village de Santa Familia à Cayo, au Belize, vous attend les bras ouverts », déclare Kathleen Peddicord. « La vie à Cayo est basique, simple et douce. Vous connaissez vos voisins, ils vous connaissent, et vous prenez tous soin des uns et des autres ».

Elle raconte le passage dans ce pays du journaliste canadien Morley Safer, il y a plus de 25 ans : « Il s’était assis dans une barque et a dit ‘Les nouvelles sont qu’il n’y a pas de nouvelles du Belize’. Ça n’a pas changé depuis. C’est la raison pour laquelle ce pays est sur ma liste ».

Cayo est une région d’espaces ouverts, d’air frais, de soleil chaud, de terres fertiles. « C’est le meilleur endroit au monde pour déconnecter », explique Kathleen Peddicord, qui rappelle que cette retraite présente aussi des inconvénients : « c’est un paradis où les routes ne sont pas pavées et où Internet bug constamment ».

Selon elle, le Belize est un pays au gouvernement limité, aux ressources limitées, aux budgets limités –et c’est une bonne chose, le gouvernement laisse ainsi les habitants tranquille. « Les gens sont autosuffisants et autonomes. Tout le pays et semblable à une petite ville du Midwest ».

Budget mensuel : 1075 € par personne en moyenne (2397,5 dollars béliziens)

  • Habitation : 1200 dollars béliziens
  • Transports : 190 dollars béliziens
  • Gaz : 25 dollars béliziens
  • Electricité : 350 dollars béliziens
  • Eau : 12,50 dollars béliziens
  • Téléphone : 100 dollars béliziens
  • Internet : 100 dollars béliziens
  • Câble TV : 45 dollars béliziens
  • Loisirs : 175 dollars béliziens
  • Courses : 200 dollars béliziens

 

Chiang Mai, Thaïlande

 

  1. Chiang Mai, Thaïlande

« Depuis les années 1800, la ville thaïlandaise de Chiang Mai attire des expatriés de l’Ouest, avec son faible coût de la vie, son temps exceptionnel (surtout rapport à d’autres destinations en Thaïlande), son histoire riche et sa culture unique ».

« Le plus gros avantage de la vie à Chiang Mai est son coût de manière générale, mais particulièrement en matière de santé », explique Kathleen Peddicord. Une personne peut vivre ici très confortablement pour moins de 1000 euros par mois, et vous pouvez prendre rendez-vous avec un médecin anglophone, par exemple, pour moins de 20 euros.

Le cœur de Chiang Mai se situe dans les murs de la vielle ville, où anciens temples bouddhistes très anciens et modernes se côtoient, entre les écoles publiques et internationales, les quartiers résidentiels et commerciaux. Le Chiang Mai moderne a dépassé les anciennes fortifications et offre désormais des centres commerciaux gigantesques, des magasins internationaux, tous les éléments d’une vie « normale » au XXIème siècle.

« Vous aurez besoin d’apprendre les bases du Thaïlandais pour vous intégrer, mais il existe une communauté d’expatriés anglophones établie ici depuis des années, alors si vous parlez anglais… » précise Kathleen Peddicord.

Budget mensuel : 896 € par personne en moyenne (36380 Thai baht)

  • Habitation : 25000 Thai baht
  • Transports : 400 Thai baht
  • Gaz : 300 Thai baht
  • Electricité : 2000 Thai baht
  • Eau : 200 Thai baht
  • Téléphone : 600 Thai baht
  • Internet : 1000 Thai baht
  • Câble TV : 1100 Thai baht
  • Loisirs : 1280 Thai baht
  • Courses : 4500 Thai baht

 

Barcelone, Espagne

 

  1. Barcelona, Spain

Le prochain choix de Kathleen Peddicord ? Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne, sur la côte de la mer Méditerranée. « C’est une ville animée, colorée, fière de sa passion espagnole et de son organisation catalane », explique-t-elle, soulignant que Barcelone est une ville dotée d’une énergie incroyable qui n’a pas été entachée par la crise financière qui a frappé le pays. Il est plutôt abordable d’y vivre… pas d’y aller en vacances.

Autre avantage ? « La deuxième plus grande ville d’Espagne est facilement et rapidement explorée, grâce à son design compact, bien aménagé, et aux possibilités de raccourcis, de divertissements, de découvertes… ». Vous y trouverez de l’architecture et de l’art de l’époque pré-romaine à l’ère moderne à chaque coin de rue. « C’est une ville de galeries, de musées, de monuments, de théâtres, de restaurants et de magasins, avec la plage à vos pieds ».

Budget mensuel : 1,518 € par personne en moyenne

  • Habitation : 900 €
  • Transports : 40 €
  • Gaz : 80 €
  • Electricité : 60 €
  • Eau : 20 €
  • Téléphone : 45 €
  • Internet : 0 €
  • Câble TV : 20 €
  • Loisirs : 154 €
  • Courses : 200 €

 

Granada, Nicaragua

 

  1. Granada, Nicaragua

« Le Nicaragua est un pays magnifique à l’histoire troublée, qui attire les romantiques, les poètes, les éco-voyageurs, les surfeurs (les vagues de la côte pacifique qui bordent le pays sont réputées mondialement) et les chasseurs de bonnes affaires. Le coût de la vie, de l’immobilier, et de tout le reste est dérisoire ».

Géographiquement parlant, le Nicaragua est bordé de deux longues côtes, jouit de deux grands lacs, de volcans, de hauts plateaux, d’une forêt tropicale et de nombreuses rivières. « Le pays possède les mêmes attributs que le Costa Rica… en moins connus, moins développés, et moins chers », explique la voyageuse.

Architecturalement, également, le pays est remarquable. « La ville coloniale de Granada est un bijou architectural », confie Kathleen Peddicord. « C’est l’une des plus vielles villes d’Amérique latine, et elle n’a jamais été si animée et vivante qu’aujourd’hui au cours de ses cinq siècles d’existence, attirant touristes et expatriés en grand nombre ».

Elle confit avec le sourire que vous comprenez pourquoi dès lors que vous la découvrez de vos propres yeux : « Le cadre de cette ville est digne d’un conte de fée… le lac, le volcan, les montagnes. La nuit, le ciel joue le rôle d’une toile sombre et profonde, et lorsque le soleil se couche, il illumine les cathédrales jaunes et blanches, d’une manière qui aurait urgé Matisse à se saisir son chevalet ».

Budget mensuel : 1098 € par personne en moyenne (35945 córdobas)

  • Habitation : 22870 córdobas
  • Transports : 500 córdobas
  • Gaz : 290 córdobas
  • Electricité : 3525 córdobas
  • Eau : 285 córdobas
  • Téléphone : 150 córdobas
  • Internet/Câble TV : 1000 córdobas
  • Loisirs : 2450 córdobas
  • Courses : 4875 córdobas

 

Kota Kinabalu, Bornéo, Malaisie

 

  1. Kota Kinabalu, Bornéo, Malaisie

« C’est ville décontractée et tranquille est l’un des endroits où il fait le plus bon vivre en Asie, et elle est incroyablement accueillante. Ses plus grands avantages pratiques sont le faible coût de la vie et le niveau élevé (à faible coût) des soins de santé ».

La ville est petite et peut être parcourue après. « Ici, la vie tourne autour de l’eau, de l’extérieur », explique Kathleen Peddicord. « Lorsque vous ne travaillez pas, vous pouvez aller plonger, faire du bateau, rejoindre les îles voisines par ferry… ».

A l’extérieur, Kota Kinabalu pourrait sembler trop rudimentaire et dépaysante pour la plupart d’entre nous, mais Peddicord précise qu’une communauté d’expatriés s’y est installée. Cette ville offre un mix d’aventure et d’exotisme, ainsi qu’un style de vie « serein et proche de la nature, à un coût défiant toute concurrence ».

  • Budget mensuel : 762 € par personne en moyenne (MYR3833 –en monnaie malaisienne)
  • Habitation : MYR2500
  • Transports : MYR100
  • Gaz : MYR30
  • Electricité : MYR200
  • Eau : MYR20
  • Téléphone : MYR50
  • Internet : MYR60
  • Câble TV : MYR70
  • Loisirs : MYR253
  • Courses : MYR550