Les analystes de Goldman Sachs revoient leurs perspectives à la baisse à mesure que l’impact de la crise du COVID-19 sur l’économie américaine devient plus clair.

Faits marquants :


  • Alors qu’avant la crise du COVID-19, la Banque d’Investissement Américaine prévoyait un taux de chômage de 15%, elle prévoit maintenant une hausse qui atteint un pic de 25%, soit le même que celui observé pendant la Grande Dépression.
  • Goldman revoit également ses prévisions pour le PIB à la baisse. Pour ce trimestre, il prévoit désormais une chute de 39%, contre une baisse de 34% prévue auparavant. Tandis que pour l’année 2020, il prévoit une baisse de 6,5% au total.
  • Le changement des habitudes des consommateurs a grandement participé à ce déclin économique : certains experts affirment que les dépenses aux restaurants ont subi une chute de plus de 50%, ainsi que les dépenses de santé qui ont été diminuées.
  • Les mesures de distanciation sociale qui ont été imposées à tous les secteurs ont pénalisé les industries qui n’étaient pas touchées par le COVID-19, tels que les services professionnels. La production manufacturière étant aussi impactée par cette crise, elle a enregistré une chute de 26% en avril.

Un chiffre important

Goldman estime que les industries qui ont été le plus durement touchées par le COVID-19 sont  celles du transport, du divertissement et de l’hôtellerie. En effet, les dépenses dans ces secteurs ont chuté de 80 à 95% en mars et avril.

Contexte général

Comme en France, alors que certaines villes entament une réouverture progressive des commerces, les responsables de la santé et de l’économie invitent à la prudence. Mardi, le Dr Anthony Fauci a mis le Sénat américain en garde contre un retour précipité à la vie normale qui engendrerait « des souffrances et des morts inutiles ». Goldman a également reconnu que la mise en place de mesures moins strictes telles que la réduction de la « distance sociale » afin de limiter la propagation du virus serait dangereuse.

Les analystes ont déclaré : « L’efficacité des mesures telles que le confinement, la disponibilité des tests et la traçabilité des personnes contaminées n’ayant toujours pas été prouvée, la décision de certains États de rouvrir rapidement des secteurs à haut risque reste problématique ».

 

Article traduit de Forbes US – Auteure: Sarah Hansen.

 

<<< À lire également: Déconfinement : Quels Produits Barrière Dans Les Entreprises >>>