Bien que ce dernier ne soit plus à la toute pointe de la technologie cryptographique, le BTC conserve toutes les caractéristiques pour occuper encore longtemps la place de numéro un au sein de ce qui est une application majeure de la Blockchain.

 


Dans la classe d’actifs des cryptos, ce concept de hiérarchie relative porte un nom, il s’agit de la Dominance. Au moment où ces lignes sont rédigées, la part relative du BTC dans la capitalisation boursière totale cryptographique se situe à 63%, le fidèle second, le coin Ether est à 11%. Le BTC reste donc indétrônable et le choix récent fait par le géant PayPal d’accepter les paiements en Bitcoin le souligne très bien. Désormais les utilisateurs du système PayPal côté client pourront payer en BTC, et le commerçant en face pourra continuer de recevoir la devise de son choix. Le Bitcoin fait donc un pas de plus vers le statut de monnaie classique, bien que nous soyons encore loin d’une devise classique frappée par une Banque Centrale.

Revenons à présent à la dimension boursière du cours du Bitcoin. Cette année 2020 est largement malmenée par la Covid et les marchés financiers n’échappent pas à cette forte volatilité. Les actions européennes restent largement sous pression baissière du choc économique liée à la crise sanitaire et à la perspective de phases de confinement à répétition. En revanche, les poids lourds mondiaux du secteur de la Technologie sont les grands gagnants de cette crise, notamment les GAFAM aux Etats-Unis, les stars technologiques du Nasdaq déployant une très nette phase de sur-performance et attirant largement les capitaux internationaux. Les métaux précieux, via leur “aspect refuge” et la chute des taux d’intérêt, réalisent aussi une bonne année en terme de rendement. 

Afin de mieux visualiser ces faits de marché, je vous invite à observer le graphique ci-dessous qui expose la comparaison dynamique des performances en % du cours du Bitcoin, de l’once d’Or, du CAC 40, du S&P500, du Bund et du pétrole depuis le 1er janvier 2020. Cela peut sembler étonnant, mais ce ne sont pas les actions américaines ou le Gold qui sont leaders cette année 2020 en bourse, mais il s’agit bien du cours du Bitcoin

Le BTC/USD enregistre en effet une performance annuelle de plus de 80%, soit le triple de celle du métal jaune. Ne vous y trompez pas, le BTC n’est pas une valeur refuge, ni même une alternative monétaire au dollar US ou à la monnaie unique européenne. Mais via la présence grandissante des traders institutionnels sur ce marché, le Bitcoin est devenu un actif financier à part entière, avec ses échanges spot, ses produits dérivés, et plus important encore, ses options et ses contrats futures dont les fonds spéculatifs sont très friands à la Bourse de Chicago. 

In fine, que ce soit sur le plan des fondamentaux ou sur le plan technique, le BTC devient chaque année plus attractif, plus utilisé, plus régulé et plus négocié. La performance haussière des derniers mois a permis de dépasser des seuils forts de résistances techniques, un facteur qui engage la cible des 15.000$ pour la fin de l’année. Toujours selon cet aspect technique, le support majeur garant de la tendance haussière de fond se trouve désormais à 11.500$, c’est ici que les capitaux à l’achat des mains fortes se sont placés au mois d’octobre.

 

Performance boursière comparée, depuis janvier 2020 entre le CAC 40, l’Or, le SP500, le Bund, le pétrole et le Bitcoin – source TradingView

 

<<< A lire également : Crypto-Monaie : Le Bitcoin Peut-Il Être Détrôné ? >>>