Un nouveau rapport fait le point sur l’engagement du capital-investissement français en faveur des enjeux Environnementaux, sociaux et de bonne Gouvernance (ESG) dans les sociétés d’investissement et dans les entreprises qu’elles accompagnent. Détails.

Hier la RSE, aujourd’hui l’ESG. Les critères d’évaluation de la “durabilité” des investissements financiers semblent prendre une part de plus en plus importante dans le monde économique. C’est en tout cas les conclusions du rapport annuel ESG réalisé par France Invest avec Deloitte. 

Dominique Gaillard, Président de France Invest, se veut en effet positif quant aux conclusions de ce rapport : “Les acteurs du capital-investissement français sont précurseurs en matière d’intégration de l’extra-financier dans les sociétés non cotées qu’ils accompagnent, comme en témoigne la 6èmeédition de notre Rapport Annuel ESG. Notre démarche à la fois méthodologique et concrète entraine un nombre croissant de nos membres à favoriser une croissance durable au sein de leurs participations.”

Montée en puissance des due diligences ESG et de la mixité dans les sociétés de gestion

Que retenir de cette étude ? D’abord, il faut souligner qu’en 2018, pour la 2ème année consécutive, un nombre élevé de sociétés de gestion a répondu à l’enquête ESG.

Elles sont 129, soit 40% des membres de l’association, à avoir pris part à cette démarche de transparence et représentent un poids très significatif au travers des 289 milliards d’euros d’actifs qu’elles gèrent.

Outre la diversité des classes d’actifs qu’elles couvrent : Small cap, Mid cap, Large cap, Dette, Infrastructure, Impact et Venture, qui reflète la grande diversité d‘acteurs et leurs fortes spécificités, elles ont en commun d’avoir fortement développé les due diligences ESG et de tendre vers une plus grande féminisation de leurs équipes.

Ainsi, en 2018, elles ont réalisé au total 912 due diligences ESG lors d’acquisitions, soit un doublement par rapport à 2017. S’il reste modeste, le chiffre de 88 due diligences ESG préparées en amont de processus de vente est en très nette augmentation, multiplié par 4 en un an. Dans ces sociétés de gestion, le nombre de femmes dans les équipes de front office a augmenté d’un tiers en 12 mois, avec 475 femmes à ces postes.

Mobilisation croissante sur les sujets ESG dans les entreprises non cotées

En 2018, ce sont 25% de plus d’entreprises accompagnées par des fonds qui ont répondu à l’enquête ESG, soit un total de 1.813 entreprises qui emploient 1,46 million de personnes et qui génèrent 171 milliards d’euros de chiffre d’affaires cumulé.

Un tiers de ces entreprises (606) ont abordé la RSE au moins une fois en conseil de surveillance ou d’administration au cours de l’année écoulée, un chiffre en progression de 30% sur un an. Si seulement 271 font un suivi de leur empreinte carbone, la tendance est en hausse de + 23%, comparé à 2017.

La place des femmes s’accroit dans les équipes de direction. En effet 1.343 femmes font partie des comités de direction et 1.239 femmes sont membres des conseils d’administration ou de surveillance, soit respectivement +22% et + 36% par rapport à 2017.

Candice Brenet, Présidente de la Commission ESG de France Invest, conclut : “L’accélération de l’engagement de l’industrie du capital-investissement sur les sujets de développement durable est un signal puissant. Notre profession démontre une ambition toujours plus forte d’accompagner les participations dans leur transformation positive, pour bâtir des entreprises désirables dans le respect de l’environnement et de notre société afin de garantir un avenir pérenne pour tous.”