La loi PACTE est l’occasion idéale pour les entreprises de remettre à plat les mécanismes d’épargne salariale et d’épargne retraite à destination de leurs collaborateurs. Prendre la parole sur les avantages offerts et faire rayonner une politique de partage de la valeur permet non seulement de fidéliser les salariés, de donner du sens à la relation à l’entreprise mais également d’accompagner la nouvelle génération à préparer son avenir. Par Julien Niquet.

 


L’opportunité de revoir la cohérence des avantages aux salariés

Afin de favoriser le développement de l’épargne retraite, la loi PACTE a instauré le PER (Plan Épargne Retraite) simple et flexible. L’entrée en vigueur de cette loi représente un moment propice pour les entreprises souhaitant harmoniser tous les dispositifs existant en interne pour les salariés.

Les entreprises accordent des avantages sociaux aux collaborateurs sans nécessairement mettre en place une politique globale : tickets restaurants, mutuelle, chèques cadeaux, 13e mois. À côté des salaires et variables individuels sont également présents des mécanismes collectifs comme l’intéressement, l’épargne retraite supplémentaire, la participation et autres avantages. Ces nombreux dispositifs se sont souvent accumulés au sein de l’entreprise, au fil des avancées sociales. Au final, leur pilotage interne et la communication autour de ces sujets peuvent manquer de cohérence et entraîner un flou pour les collaborateurs, avec une mauvaise appropriation de la politique salariale globale de l’entreprise.

 

Faire rayonner une politique de partage de la valeur

Nombreuses sont les entreprises qui offrent une multitude d’avantages à leurs équipes en complément de leurs salaires et au-delà des obligations réglementaires. Mais les collaborateurs les perçoivent bien souvent comme un acquis. C’est le cas notamment dans les grands groupes où, pour des raisons historiques, les avantages font partie d’un héritage et ne sont plus nécessairement mis en avant à leur juste valeur par les nouvelles directions. Aujourd’hui, la plupart des entreprises peinent à communiquer sur les avantages qu’elles proposent. Par exemple, une société qui offrirait à ses collaborateurs la possibilité de se constituer une épargne au-delà des obligations réglementaires va se contenter d’un courrier informatif – qui n’est pas des plus attrayants – chaque année. La valeur perçue par le salarié sera par conséquent largement en deçà du coût réel investi par l’entreprise et du bénéfice réel pour lui.

Or, l’intérêt et les bénéfices des différents avantages conférés doivent être entretenus et c’est le rôle de l’entreprise de communiquer sur ce qu’elle apporte à ses salariés au-delà d’un revenu mensuel. Mettre en lumière ces dispositifs fait partie intégrante d’une expérience collaborateur réussie et représente un véritable enjeu stratégique pour les ressources humaines. En effet, en faisant rayonner la mise en place d’une politique de partage de la valeur, l’entreprise parviendra davantage à motiver et fidéliser ses salariés.

 

L’occasion unique d’accompagner la jeune génération

Alors que la nouvelle génération est en quête de sens et change régulièrement de poste et de carrière, les entreprises ont intérêt à mettre en avant leurs atouts pour attirer et retenir les talents. Prendre la parole sur les divers dispositifs existants en interne et leurs bénéfices est plus qu’indispensable pour convaincre la jeune génération. Les entreprises ont un rôle à jouer pour améliorer la culture de l’épargne des jeunes et les aider à dépasser la vision à court terme d’une retraite qui semble « trop loin » à leurs yeux. Il revient aux entreprises de tout mettre en oeuvre pour attirer cette génération qui ne se contentera plus d’un salaire élevé et accorde une grande importance à la cohérence entre les valeurs véhiculées par la direction et le quotidien vécu. Il s’agit donc pour l’entreprise d’exprimer et d’incarner des valeurs. Ainsi, communiquer sur les avantages offerts tout en les inscrivant dans une culture d’entreprise cohérente est primordial pour fédérer les énergies, fidéliser et inspirer ses équipes. C’est d’autant plus vrai quand les dispositifs de partage de la valeur (intéressement, participation) sont pleinement utilisés par l’entreprise et rappellent le caractère collec-tif de l’entreprise.

Les DRH, dirigeants et l’entreprise au sens large ont un véritable rôle à jouer afin d’accompagner leurs équipes dans la préparation de leur futur. La loi PACTE encourage les entreprises à grandir, innover et motiver leurs salariés tout en les fidélisant. Cette législation est une opportunité unique pour prendre la parole et accompagner ses collaborateurs dans une démarche pleine de sens.

<<< A lire également : Loi PACTE : Les Apports Sur La Propriété Industrielle >>>

Par Julien Niquet, CEO Epsor