Des analystes de Goldman Sachs prédisent que la croissance économique va rebondir plus fortement que prévu au deuxième trimestre de l’année prochaine, malgré les pertes de PIB prévues au quatrième trimestre de 2020 et au premier trimestre de 201 à cause de la résurgence du virus aux États-Unis et en Europe.

Les analystes expliquent : « Tout comme l’économie mondiale a rapidement (bien que partiellement) rebondi après les mesures de bouclage du printemps, nous nous attendons à ce que la fragilité actuelle laisse place à une croissance beaucoup plus forte lorsque les mesures de confinement prendront fin en Europe et qu’un vaccin sera disponible ».


Goldman Sachs prévoit maintenant une perte du PIB mondial de 3,9 % en 2020, en raison d’une contraction majeure de l’économie européenne au quatrième trimestre, et une hausse de 6 % en 2021. 

Ceci indique une reprise rapide (courbe en forme de V), dans laquelle l’économie remonte à ses niveaux de base (voire mieux) après une crise, avec des soubresauts minimes en cours de route. 

Il s’agit d’un modèle optimiste, car il suppose que le ralentissement n’a pas causé de dommages durables importants sur l’économie.

Les analystes affirment que si les inquiétudes concernant les cicatrices économiques vont probablement réapparaître dans les mois à venir, il existe des preuves « étonnamment positives » que les effets à long terme de la crise du coronavirus seront limités.

Jan Hatzius, économiste en chef de Goldman, ainsi que son équipe, ont écrit : « Nous considérons que la récession due au coronavirus prend bien plus une forme de V que les cycles précédents de l’après-guerre, qui étaient principalement dus aux chocs financiers subis par les marchés des actifs et les revenus. Alors que la population développera une immunité contre le virus au printemps et en été [après l’approbation d’un vaccin et le début de sa distribution], nous prévoyons un fort rebond de l’activité économique dans les secteurs déprimés, tels que le tourisme, l’hébergement et les services de restauration ».

Les analystes de Goldman Sachs ont également noté que même si le président Joe Biden devrait probablement se battre avec un Sénat républicain (en attendant les résultats en Géorgie), il pourrait adopter un plan de relance de 1000 milliards de dollars, peut-être même avant l’inauguration du nouveau président au mois de janvier. Les analystes estiment que ce plan de relance, qui serait nettement moins important que ce dont les démocrates ont discuté récemment avec la Maison-Blanche, pourrait avoir de « petites » retombées positives sur la croissance américaine en 2021. 

Les actions du monde entier sont montées en flèche lundi après l’annonce du géant pharmaceutique Pfizer, qui a déclaré que son vaccin pourrait être efficace à 90 % pour prévenir la transmission du Covid-19. Suite à cette nouvelle et à l’élection de Joe Biden, le Dow Jones a grimpé de 1 700 points lundi matin.

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Sarah Hansen

 

<<< À lire également : L’Élection De Joe Biden : Une Opportunité Pour Notre Économie Et Nos PME ? >>>