Les Prêts Garantis Par l’Etat : Préparer Les banques A « L’Après »

Afin d’aider les entreprises à faire face à la crise sanitaire du Covid-19 et au premier confinement, l’Etat s’est porté garant de prêts, les PGE. Le dispositif a été prolongé pour six mois alors que la crise s’installe et que les besoins des entreprises évoluent. Les premiers remboursements interviendront au printemps 2021 et il est temps pour les banques de s’organiser pour gérer ces dossiers complexes. Par Thierry Couvignou, Manager Professional Services de Sopra Banking Software.

Les TPE et PME ont massivement souscrit à ce programme, par nécessité, par précaution ou par peur de l’avenir. Le principe est simple : un prêt de trésorerie est accordé par les banques pour que les entreprises puissent payer leurs charges alors qu’elles connaissent une activité fortement diminuée, voire arrêtée à cause des mesures sanitaires. Règlement des fournisseurs, paiement des factures, des loyers ou encore des salaires, le PGE peut couvrir jusqu’à trois mois de chiffre d’affaires et bénéficie d’une garantie de l’État à travers Bpifrance, à hauteur de 70 à 90 % du concours selon la taille de l’entreprise. En tout, il s’agit de 300 milliards d’euros de prêts qui peuvent être consentis jusqu’au 30 juin 2021. Cette mesure, qualifiée de « puissante » et de « consensuelle » par les médias, a été étendue au secteur du tourisme en août avec des PGE « saisonniers ».

Anticiper la vague de (non) remboursements


Pour en bénéficier, il suffit d’en faire la demande auprès de sa banque habituelle. A ce jour, le taux de refus n’excède pas les 3 % et seuls les SCI, les entreprises faisant l’objet d’une procédure collective, les établissements de crédit et les sociétés de financement en sont exclus. Le taux d’intérêt est ensuite décidé au cas par cas mais reste bas : de 1 à 1,5% pour les prêts remboursés d’ici 2022/2023, et jusqu’à 2,5 % pour un étalement du remboursement sur 4 à 6 ans.

Les PGE restent des prêts à rembourser. A l’issue de la première année, les bénéficiaires devront choisir un plan d’amortissement sur 12 à 60 mois. Les banques conservent cependant une part du risque associé et tout l’enjeu pour elles sera d’anticiper : la nature même du PGE et le contexte dans lequel il a été créé impliquent une augmentation probable des problèmes de recouvrement à moyen terme.

Le risque n’est pas nul. En effet, si l’emprunteur est défaillant, les établissements de crédit prêteurs ne pourront récupérer que 70 à 90 % du montant prêté via la garantie de l’Etat. Au regard du nombre d’entreprises ayant souscrit à ce programme, ces sommes sont loin d’être négligeables.

La masse d’informations à traiter représente un second danger. Le plus fort impact de la crise pourrait bien avoir lieu, lorsque les entreprises ayant effectué des prêts au début de la crise (dès mars) vont commencer à les amortir au printemps 2021. Pour les banques ayant consenti un nombre important de PGE, il faudra anticiper la gestion d’une grande quantité de dossiers, probablement complexes, avec des possibilités de rentrées moindres. Mal préparés, certains établissements bancaires pourraient alors subir des pertes financières importantes. Cette possibilité doit les encourager à mettre en œuvre des outils pérennes dans le domaine du risk management et du recouvrement.

 

Préparer les banques au risque

Comme tout outil financier réglementé, le PGE nécessite une expertise spécifique. Lors de son développement, l’accent a été mis sur son déploiement rapide. Les banques n’ont donc pas eu le temps d’adapter leurs systèmes traditionnels. Celles déjà dimensionnées et équipées pour gérer de grandes quantités de prêts auprès des entreprises devront simplement réaliser des ajustements. Mais pour toutes, les impacts sur les processus et systèmes internes se feront selon trois axes :

  • L’analyse du risque devra prendre en compte le fait que certaines entreprises vont sortir des schémas classiques en cumulant plusieurs dispositifs d’aide en plus du PGE : report du paiement des charges sociales, décalage de l’échéancier d’emprunts…
  • Il faudra procéder à un reporting spécifique auprès de Bpifrance et mettre en place des procédures particulières de traitement notamment des rejets.
  • En ce qui concerne le recouvrement, les collaborateurs chargés du suivi des PGE peuvent être ralentis par des logiciels inadaptés au volume et à la complexité de ces prêts. Dans l’urgence, ils devront, tant bien que mal, adapter des procédés issus de la gestion des prêts aux particuliers, ou encore des tableurs, pour gérer l’afflux de données.

Comment se préparer ?

Être accompagné d’un partenaire technologique est important car il sera à même de conseiller sur les évolutions du marché, mais aussi sur les outils de pilotage spécifiques. Il existe effectivement des outils qui facilitent toutes les gestions associées au risque et qui permettent d’optimiser le recouvrement grâce à des processus automatisés : rappel des dates clés et des actions à mener, possibilité d’accéder aux informations que possède la banque sur son client pour agir efficacement avec des relances et solutions spécifiques, production automatique des reporting réglementaires et internes… Reste, concernant les petites et moyennes entreprises, la nécessité d’anticiper la reprise des paiements des intérêts et des cotisations sociales.