Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) n’a pas modifié ses taux directeurs lors de sa dernière session, mais a laissé entendre qu’ils pourraient être abaissés au mois de septembre afin de soutenir l’économie du Vieux Continent.

Le taux d’intérêt créditeur de la BCE demeure à 0,4 %. C’est le montant de l’intérêt payé par les banques depuis 2016 sur leur liquidités inactives. Dans une déclaration, la BCE a également annoncé qu’elle conserverait ses taux d’intérêt « à leur niveau actuel ou à un niveau inférieur, au moins jusqu’au premier semestre 2020, et cela aussi longtemps que nécessaire ». L’annonce intervient alors que le taux d’inflation est inférieur au taux cible fixé par la BCE, soit 2 %.  À l’heure actuelle, l’inflation dans la zone euro se situe en effet à 1,2 %.

La Réserve fédérale des États-Unis a annoncé qu’elle allait baisser ses taux d’intérêt. Cette décision fait suite à des mois de pression exercée par Donald Trump, qui réclamait cette mesure pour relancer l’économie américaine.

La BCE pourrait également reprendre son programme d’assouplissement quantitatif, une mesure de rachat de dettes publiques et privées qui avait été interrompue en décembre dernier. Dans le cadre de ce programme, la BCE avait racheté 2 800 milliards de dollars (2 600 milliards d’euros) en obligations d’État et en obligations d’entreprises.

Le président actuel de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, commentera cette décision lors d’une conférence de presse dans les jours qui suivent. Christine Lagarde, ancienne Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), avocate et ancienne Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, prendra la tête de la BCE après le départ de Mario Draghi au mois d’octobre prochain.

D’autres actions sont également envisagées par la BCE pour relancer l’économie européenne, et devraient être annoncées à la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs, le 12 septembre.