Lorsque Camilla Falkenberg avait 19 ans, elle voulait commencer à investir mais ne savait pas par où commencer. Elle avait du mal à trouver les informations dont elle avait besoin pour faire des choix éclairés. Il lui a fallu environ un an pour se lancer. Ses futures partenaires commerciales, Emma Due Bitz et Anna-Sophie Hartvigsen, connaissaient le même combat. Le trio s’est rencontré en 2017 à l’école de commerce de Copenhague et a commencé à travailler ensemble. Elles ont écrit un livre sur le sujet, « Ready, Set, Invest », qui est toujours un best-seller au Danemark.


 

Les femmes ont transformé leur projet de passion en entreprise et ont lancé Female Invest. « L’idée de Female Invest est née lors de la première conversation que nous avons eue », raconte Falkenberg à Forbes. « Nous avons pensé que l’idée de créer une sorte de communauté pour les femmes afin de parler d’argent, d’investissement et d’autonomisation avait vraiment beaucoup de mérite. » Female Invest a officiellement été lancé en 2019 comme une plateforme de ressources sur l’investissement et un endroit où les femmes peuvent poser des questions. Elle a depuis fait atterrir les fondatrices sur la liste Forbes 30 Under 30 Europe en 2020 et s’est développée pour atteindre plus de 20 000 utilisateurs payants à travers 67 pays différents.

L’entreprise EdTech basée à Copenhague, au Danemark, a levé 4,5 millions de dollars de capital de départ, comme l’a rapporté la lettre d’information Midas Touch, dirigée par Green Visor Capital avec la participation de New Theory Ventures et d’investisseurs providentiels, dont Mia Wagner, PDG de Nordic Female Founders et investisseuse dans The Lion’s Den – la version danoise de Shark Tank – et Fiona Pathiraja, associée directrice de Crista Gallis Ventures, entre autres. Fiona Pathiraja a découvert l’entreprise en devenant une utilisatrice.

 

Il ne s’agit pas d’aider plus de femmes à obtenir de l’argent, mais de leur donner une indépendance et une liberté financières

 

Elle raconte à Forbes qu’elle a rejoint l’entreprise après avoir divorcé parce qu’elle a réalisé que son mari avait pris l’initiative d’investir et que, même si elle était à l’école pour obtenir un MBA, elle ne se sentait toujours pas en confiance pour investir elle-même. Elle a contacté les fondatrices et leur a demandé de la prévenir lors de leur prochaine levée de fonds. Ce qu’ils ont fait. « L’argent touche tout le monde », dit Pathiraja. « Cela peut être une conversation gênante si vous êtes dans une communauté où vous avez l’impression de ne pas être à votre place. J’ai mis un investissement individuel de 500 000 dollars parce que je crois vraiment en ce qu’ils font. »

Female Invest propose des articles, des ressources et des webinaires en direct destinés à aider ses membres à se sentir en confiance dans leurs investissements. Le matériel est conçu pour être utilisé par tous, quel que soit le contexte. L’entreprise compte des utilisatrices âgées de 14 à 80 ans et issues de professions très diverses, dont des banquières et des coiffeuses. Le prix de la plateforme est accessible. À 13 dollars (11,20 euros) par mois, le coût est comparable à celui d’autres abonnements comme Netflix et Spotify. « Nous avons créé un espace sûr où les femmes se sentent vues », explique Mme Falkenberg. « Toutes les connaissances et le contenu leur sont directement destinés. Elles se sentent exclues des autres communautés d’investisseurs en ligne, comme Reddit, parce que c’est bro-ish. » Female Invest attire également les hommes, ce que Falkenberg attribue à l’accent mis par la startup sur l’investissement à long terme, par opposition aux stratégies de ludification que l’on trouve généralement dans d’autres communautés.

Si Female Invest cherche à apprendre à ses utilisateurs à devenir de meilleurs investisseurs, Mme Falkenberg affirme que sa mission va au-delà. « Il ne s’agit pas d’aider plus de femmes à obtenir de l’argent, mais de leur donner une indépendance et une liberté financières », dit-elle. « C’est vraiment de cela qu’il s’agit. » Elle cite une étude réalisée en 2020 par Nest, une société de retraite basée au Royaume-Uni, qui montre qu’en moyenne, les femmes se retrouvent avec un tiers de moins que les hommes dans leurs pensions. Female Invest espère contribuer à combler cet écart de financement. « La plupart de ces problèmes sont systémiques et ne seront pas résolus de notre vivant », explique Mme Falkenberg. « Mais ce que les femmes peuvent faire aujourd’hui, c’est commencer à investir ».

 

 

Article traduit de Forbes US – Auteure : Rebecca Szkutak

 

<<< À lire également : Comment placer son argent ? Avenuedesinvestisseurs.fr présente 4 points importants à savoir >>>