Mise sur orbite dès mars 2017, Ark est aujourd’hui la plus importante cryptomonnaie française et dans le « Top 50″ mondial. Dans l’ombre du Bitcoin, Ethereum et consorts, cette petite « pépite tricolore » dispose néanmoins de certains atouts pour tirer son épingle du jeu.

Bitcoin, Ethereum, Litecoin ou encore Ripple… A moins d’avoir été en hibernation tout au long de l’année 2017, difficile d’être passé à côté du phénomène des cryptomonnaies et de la « hype Bitcoin » notamment. Alternant sans aucune forme de régularité séquences haussières et trous d’air spectaculaires, ces « monnaies virtuelles » ont néanmoins eu le mérite de bousculer les codes de la finance dite traditionnelle, secteur peu enclin à renverser la table. Doux euphémisme.  De Jamie Dimon, omnipotent président de JPMorgan et pourfendeur en chef du Bitcoin (avant de tourner casaque) à Warren Buffet, jurant la main sur le cœur ne pas savoir comment cela fonctionne, en passant par la star de la téléréalité Nabilla Benatia, tout le monde semble avoir un avis sur la question. Et avec la multiplication de plateformes d’échanges de cryptodevises (Coinbase, CoinHouse ou encore la française Bitit), tout un chacun se sent l’âme d’un investisseur en puissance. Mais cette déferlante ne semble être que la partie émergée de l’iceberg. Car si ces devises numériques tiennent le haut du pavé, certaines, tapies dans l’ombre, attendent patiemment leur heure. C’est notamment le cas de celle du représentant français de la catégorie. Nom de code : Ark.

Chapeautée par la structure Ark Ecosystem,  une société coopérative française implantée dans le Jura, et qui rassemble une trentaine de chercheurs de 17 nationalités différentes,  Ark peut se targuer d’une progression des plus fulgurantes, de l’aveu même de son maître d’œuvre, François-Xavier Thoorens et après une ICO initialement « ratée » en novembre 2016.  En effet, depuis cette date, sa valeur a été multipliée par 400 depuis la réalisation de l’opération, soit l’une des performances les plus impressionnantes du secteur. Estimée à moins de un centime dès son lancement, elle frise aujourd’hui les 4 dollars et une capitalisation dépassant allègrement les 400 millions d’euros.  « Il s’agit de l’un des plus importants retour sur investissement de l’ensemble des cryptomonnaies », appuie François-Xavier Thoorens. En effet, selon les données disponibles sur le site de référence icostats.com, le « ROI » (Return On Investment dans la langue de Shakespeare) de « Ark » est largement supérieur à celui du Ripple ou encore du Litecoin, deux « currencies » davantage connues du grand public. Seul l’Ethereum devance Ark en la matière qui est tout de même solidement arrimé au peloton de tête.

L’équipe Ark Ecosystem

Simplifier la blockchain

Outre ces considérations, Ark Ecosystem, la « société de tête », nourrit de grosses ambitions avec une feuille de route parfaitement définie. «  Nous avons à cœur d’aborder la problématique de la ‘scalabilité’ de la blockchain sous un jour nouveau », résume François-Xavier Thoorens qui a la volonté de poser les jalons d’une blockchain plus simple et, surtout, de les interconnecter entre elles. « Si vous disposez d’un jeton sur une blochain Ark, vous devez être en capacité d’actionner une autre transaction sur une autre blochain Ark via le ‘Smart Bridge’ ». Ainsi, aux yeux du fondateur de Ark, le Smart Contract (ou contrat auto-exécutant que l’on retrouve notamment sur la blockhain Ethereum) n’incarne en rien l’avenir de la blockchain telle qu’il la conçoit. « Nous voulons permettre à tout un chacun de créer son propre projet blockchain avec une mécanique spécifique en fonction de son business », insiste François-Xavier Thoorens.  Au-delà de cette volonté de porter sur les fonts baptismaux ce nouveau modèle, la démocratisation de cette cryptomonnaie tricolore vers le grand public fait également partie des objectifs du « groupe informel » Ark Ecosystem, comme aime à le définir François-Xavier Thoorens.

Car en effet, l’autre principal enjeu du fondateur est de placer Ark sur la carte des cryptomonnaies, au même titre que ses illustres devancières.  Et ainsi l’ouvrir au grand public, elle qui, pour l’instant, est davantage cantonnée à la communauté des développeurs. Mais les analyses de son fondateur, notamment sur le devenir de la blockchain, ont d’ores et déjà trouvé une oreille attentive du côté de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) qui a lancé, il y a quelques mois une consultation sur les ICO et plus largement sur la régulation des cryptomonnaies et ouvert un programme d’accompagnement et d’analyse de ces opérations baptisé UNICORN (Universal Node to ICO’s Research & Network). « Notre contribution a été particulièrement appréciée au point d’être transmise directement à Bercy et à Jean-Pierre Landau, désormais à la tête d’une mission sur les cryptomonnaies », se félicite François-Xavier Thoorens.  Une manière, peut-être également, de propulser Ark dans la lumière.