La guerre commerciale sino-américaine pourrait reprendre de plus belle en 2020. Le conflit dure en effet depuis près de 18 mois sans aucun cessez-le-feu durable en vue. Retour pour Forbes France sur les racines théoriques et historiques de la guerre commerciale avec la vision du lauréat du prix Nobel d’économie, Robert Shiller.

 

Certes, les États-Unis et la Chine ont récemment conclu un accord : le Président américain Donald Trump a réduit de moitié les droits de douane de 15% sur 120 milliards de dollars d’importations chinoises. Cependant, cette guerre n’est pas que commerciale. C’est aussi la continuation de la politique interne du Président américain par d’autres moyens.


L’une des raisons pour lesquelles Robert Shiller a reçu le prix Nobel est son travail sur la narration en économie. Son idée est que les récits populaires, vrais comme faux, peuvent affecter les marchés. Le concept tient du fait que les gens ne parlent pas directement des théories économiques mais à travers des histoires. « Les investisseurs et les économistes ignorent souvent les récits à leurs risques et périls. Un récit populaire peut effrayer ou encourager des décisions d’investissement risquées au point de créer des bulles spéculatives. Par exemple, le récit des machines remplaçant les hommes remonte à l’Iliade d’Homère. L’épopée d’Homère décrit en effet un véhicule sans conducteur, le trépied d’Héphaïstos, qui navigue seul : un des premiers automates de la littérature. Aujourd’hui, les politiciens, et surtout Trump, choisissent entre différents récits pour parler et encadrer l’opinion publique.»

Le Livre de Robert Shiller, les esprits animaux

La guerre commerciale sino-américaine ne fait pas exception et constitue bien une histoire. Selon Robert Shiller, «il y a certainement un récit sur la guerre commerciale: c’est une pièce de théâtre avec ses acteurs, ses performances, ses actes et ses scènes. Trump possède un véritable instinct pour parler efficacement à ses électeurs. D’un autre côté, je regarde la télévision chinoise et ne comprends pas le récit sous-jacent. »

Le président Trump serait-il seulement un conteur talentueux? Pas vraiment. Le Président Américain tient souvent un discours en rupture avec le politiquement correct pour créer une histoire puissante. «Mais en même temps, le président Trump est aussi un très bon auditeur. Il attise le ressentiment xénophobe aux États-Unis car cela semble important pour sa base électorale. Sa stratégie est d’analyser ce qui a fonctionné dans le passé pour l’utiliser à nouveau. À l’origine, le mot « guerre commerciale » est devenu populaire dans la Première Guerre mondiale, mais avec une signification différente. L’objectif était à l’époque d’étendre la guerre à l’économie en utilisant d’autres moyens. »

La narration économique fait en fait partie de l’économie comportementale, l’étude de la psychologie humaine dans un environnement économique. Le lauréat du prix Nobel, Robert Shiller, s’intéresse à la façon dont les histoires deviennent virales et provoquent des événements économiques. «Historiquement, le président Trump n’a pas été l’initiateur de la guerre commerciale. Tout au long de l’histoire, la guerre a été un outil pour déplacer l’attention publique de problèmes internes vers un conflit externe. L’idée est de trouver un ennemi commun pour fédérer un pays. » Après la Grande Dépression, l’Empire Britannique a par exemple mis en place un système d’accords tarifaires réciproques sur ses colonies avec la loi sur les droits d’importation de 1932. «Ce récit protectionniste est toujours avec nous aujourd’hui: nous voulons protéger notre industrie en imposant des droits de douane. Trump prétend ainsi qu’il est le seul à lutter contre le chômage en attaquant la Chine. »

Robert Shiller, Prix Nobel d’économie en 2013

Trump n’est pourtant pas théoriquement à l’origine de l’actuelle guerre commerciale. Le véritable stratège est peut-être Peter Navarro, auteur de Death by China. Dans son livre, l’économiste américain affirme que la Chine a recouru à la manipulation de sa monnaie et à des politiques commerciales abusives pendant des années. Peter Navarro conclut que la Chine constitue une menace directe pour la domination économique des États-Unis. Fait intéressant, Peter Navarro est actuellement assistant du Président et en charge de la politique commerciale à la Maison-Blanche.

Trump pourrait-il imposer de nouveaux droits de douane à la Chine en 2020 ? «Il fera probablement quelque chose d’imprévisible”, conclut le prix Nobel américain. “Cela fait partie de sa philosophie de réussite qui consiste à répondre rapidement aux opportunités tout en restant dans l’œil du public. Il croit que l’on peut toujours se tirer d’affaires avec des choses qui ne vont pas. Mais le plus important pour lui est de rester dans l’œil du public. ». Choisir un récit spécifique révèle finalement la personnalité du narrateur. En faisant la guerre à la Chine, le président Trump se présente comme un défenseur proactif des intérêts américains. Le récit de la guerre Chine-USA est donc bien plus qu’une simple histoire : c’est aussi un outil efficace pour séduire sa base électorale alors que les élections approchent.