Le mois boursier de mars 2020 est terminé et fait donc son entrée dans la liste des chocs boursiers historiques au même titre que l’éclatement de la bulle spéculative de l’Internet en 2001 ou encore la crise financière de l’année 2008, sans oublier la crise de la dette souveraine en 2011. Certains pensent aussi à 1929 et 1987.

Le cours du CAC 40 a perdu 40% entre le sommet annuel du 21 février 2020 et le cours le plus bas du mois de mars, les 3650 points. Cette amplitude de 40% n’est pas exceptionnelle, les chutes de 2001 et 2008 ont culminé à plus de 60%.

Mais c’est la vitesse de la baisse qui est historique, 40% en un mois quand il a fallu plusieurs mois dans le passé pour perdre autant. Le krach boursier de mars 2020 est naturellement celui du virus Covid-19 mais aussi celui du deleveraging massif, l’effet de levier avait atteint une taille démesurée sur toutes les classes d’actifs et c’est la source de la vitesse de la baisse des actions entre le 21 févier et le 20 mars.

Le mois de mars se termine et le cours du CAC 40 et des indices boursiers internationaux s’est repris, l’indice parisien revenant au contact de la résistance à 4550 points et préservant in extremis une ligne de tendance haussière chartiste de très long terme comme le montre le premier graphique ci-dessous.

Le point bas est-il fait à 3650 points sur le cours du CAC 40 ?

Gardons à l’esprit que l’économie est à l’arrêt et qu’un mois d’arrêt représente un coût de 60 milliards d’euros pour l’économie française. De nombreux secteurs de l’économie (tourisme, transport…) sont à l’arrêt complet, soit une perte de  presque 100% sur la période en question. Pour le marché boursier, les 40% de baisse sont la valeur actuelle d’une économie à l’arrêt jusqu’à la fin du mois d’avril, avant un redémarrage qui ne pourra qu’être progressif. Mais en fait, il demeure une inconnue de taille pour répondre.

Cours du CAC 40 depuis 1988

Le point bas a été fait à la Bourse de Paris si la date de début du déconfinement progressif ne dépasse pas le début du mois de mai, le lundi 4 mai tout au plus. Au-delà, les pertes de revenus, les pertes de profits ne sont pas encore intégrés dans les cours.

La principale inconnue est donc la date du déconfinement, elle-même tributaire de la date du pic de l’épidémie de Covid-19. En partant du principe que le déconfinement pourrait commencer au début du mois de mai, alors nous pouvons considérer que si le cours du CAC 40 revient sur ses plus bas récents, cela serait alors une opportunité de se placer à long terme, mais il faut rester prudent.

Examinons plus en détails cette inconnue de la date du déconfinement.

Au stade actuel, le gouvernement français a fixé le mercredi 15 avril, mais c’est une date provisoire. Elle restera provisoire tant que la trajectoire des courbes sanitaires sera haussière, à la différence de celle de la Chine qui est maintenant parfaitement plate. Seules les statistiques quotidiennes du Covid-19 permettent d’évaluer à un stade précoce l’aplatissement des courbes sanitaires, notamment le nombre de nouveaux cas par jour. En Italie et en France, le pic semble être fait, si cela se confirme d’ici le milieu du mois d’avril, alors nous nous orienterons vers la fin de la propagation du virus et l’établissement d’une date définitive pour le déconfinement; le chemin reste encore long et le niveau de l’incertitude élevé comme le montre la mesure de la volatilité ci-dessous.

Quatre baromètres du risque dont les courbes sanitaires Covid-19 en haut à droite (source TradingView) pour la Chine, les Etats-Unis, l’Italie, l’Espagne et la France

cac 40

 

Covid-19 – Trajectoire sanitaire de l’Italie avec le pic atteint sur les nouveaux cas journaliers

cac 40

 

Le niveau de la volatilité des actions baissera et la stabilisation définitive du cours du CAC 40 sera acquise lorsque la rémission sanitaire sera bien établie que que la date du déconfinement sera figée pour de bon. Le marché actions sera alors en avance comme d’habitude sur l’amélioration des fondamentaux économiques. D’ici là, la Bourse de Paris peut développer des oscillations fortes entre les 4550 points et le plus bas du mois de mars à 3630 points.

<<< À lire également : Forbes CAC 40 Digital Index : Qui Sont Les Champions Du Digital ? >>>