Attendu en baisse dans les transactions d’avant-bourse à cause d’une information de presse faisant état d’un report de mise sur le marché de son produit phare, l’iPhone 8, le titre Apple progresse finalement, faisant fi de ces rumeurs.

« En Bourse, il faut acheter la rumeur et vendre la nouvelle ». Un vieil adage en parfaite adéquation avec l’attitude adoptée par les investisseurs ce mercredi à Wall Street, où le titre Apple progressait de 0,22% en milieu d’après-midi, en dépit d’une information de presse évoquant le possible retard de mise sur le marché du nouvel iPhone. En effet, selon le quotidien chinois Economic Daily News, un report de l’iPhone 8 – qui devait initialement trôner dans tous les Apple Stores à la rentrée de septembre – est plus que probable. Nouvelle date de sortie évoquée : octobre, voire même novembre. Selon le quotidien chinois, des difficultés techniques liées à la fabrication des écrans OLED incurvés et l’adoption d’un système de capteurs 3D seraient à l’origine de ce report.

Si Apple n’a pas réagi dans l’immédiat, les investisseurs l’ont donc fait à sa place, continuant allègrement de tirer l’action vers le haut comme en atteste sa progression de ce début de séance, même s’il est vrai que Wall Street est particulièrement bien orienté après la publication d’un indicateur sur l’emploi privé qui confirme la bonne santé de l’économie américaine.

78,29 millions d’iPhone 7 écoulés au premier trimestre

Il est tout aussi juste de signaler que la perspective d’un report n’est pas, non plus, une nouveauté, de nombreuses rumeurs bruissant depuis quelques semaines à ce sujet. Mais si la rumeur devenait information, les investisseurs n’auraient aucun état d’âme à sanctionner le titre, surtout que la sortie à venir de l’iPhone 8 est un élément qui a littéralement galvanisé l’action Apple depuis le début de l’année, celle-ci grimpant de 25% depuis le 1er janvier.

Chaque nouvelle version du smartphone de la firme de Cupertino est un événement planétaire sur lequel les marchés gardent toujours un œil. Financièrement parlant, il est l’un des principaux catalyseurs de l’évolution du titre.  Pour rappel, le groupe dirigé par Tim Cook a annoncé avoir écoulé, sur la période octobre-décembre – qui correspond au premier exercice fiscal de son année 2017 – 78,29 millions d’exemplaires de l’iPhone, là où le consensus FacSet StreetAccount tablait sur des ventes bien moindres, à 77,42 millions. L’an passé à la même époque, 74,78 millions d’appareils avaient trouvé preneur.

Un marché (presque) à maturité

Une solide performance à l’heure où les ventes de smartphones dans le monde marquent singulièrement le pas. Un ralentissement inéluctable pour de nombreux analystes, le marché mondial étant (presque) arrivé à maturité. Mais Apple, soucieux de retarder cette échéance, devraient, selon plusieurs spécialistes, offrir un « rafraîchissement » à la dernière version de son produit phare, l’iPhone 8, même si certains bruits font déjà état de l’abandon du fameux écran OLED incurvé, qui serait à l’origine du retard du lancement comme évoqué en préambule.

Mais la firme de Cupertino, dans la foulée de la bonne tenue des ventes de la septième version du smartphone (qui représente à lui seul 70% des ventes du groupe, ces dernières s’élevant à 78 milliards de dollars lors du premier trimestre de son exercice fiscal) qui fête cette année ces dix ans, espère « prolonger la magie » avec cette 8e mouture et consolider sa place de « meilleur vendeur » de smartphone arrachée de haute lutte à son meilleur ennemi Samsung tout récemment après deux ans de règne de la firme coréenne.