Le prix du Bitcoin a dépassé les 8 000 dollars pour la première fois depuis mi-mai, ce qui pour beaucoup augure un retour de la folle croissance de l’an dernier qui avait fait monter le prix de cette cryptomonnaie à presque 20 000 dollars. Cette nouvelle montée du Bitcoin intervient après une semaine au cours de laquelle sa valeur a augmenté de près de 20 %, suite à la publication d’informations selon lesquelles les géants de la finance souhaiteraient eux aussi se lancer dans les cryptomonnaies, et à un afflux de bonnes nouvelles concernant sa réglementation.

Pendant ce temps, le « taux de domination » du Bitcoin, qui mesure la part du marché crypto contrôlée par cette monnaie, est montée à 47 % cette semaine, soit son plus haut niveau depuis décembre dernier selon les données de CoinMarketCap.


Voici les causes de la hausse actuelle du Bitcoin…

Beaucoup ont attribué à l’ambiance haussière autour du Bitcoin à l’approbation quasi-certaine de la création d’un fonds coté en bourse pour la monnaie.

La U.S. Securities and Exchange Commission (SEC) réfléchit à valider le fonds dont la demande de création a été déposée via le Chicago Board Options Exchange (CBOE) par VanEck et par la plateforme de blockchain SolidX. Si l’accord est donné, la création d’un fonds Bitcoin coté en bourse permettrait aux gens d’acheter de cette monnaie sans devoir gérer les échanges compliqués qui pâtissent de régulations encombrantes et d’un manque de confiance du public.

Selon un article encore non confirmé de l’ICO Journal publié la semaine dernière, il serait probable que le fonds soit autorisé. Selon le site, deux sources, l’une de la SEC et l’autre de la Commodity Futures Trading Commission américaine (CFTC), auraient affirmé être “presque certaines” de l’approbation du fonds Bitcoin, une décision attendue autour du 15 août.

« Si je devais donner une estimation [de la probabilité que le fonds soit approuvé] je dirais 90 %. Les marchés crypto se sont calmés, et les régulateurs ont pu observer que le futur du Bitcoin dans les différents échanges mondiaux n’était plus entouré d’une aura de drame » a indiqué une des sources de la CFTC pour l’ICO Journal, qui est restée anonyme. « Les conversations ont principalement tourné vers la modération des prix et l’adoption de produits concurrents. En janvier, nous étions bien sûr inquiets quant à la possibilité d’apparition d’un bulle, et les dégâts que pourrait causer un produit trop rapidement approuvé en attirant les spéculateurs, avec des pertes donnant lieu à de grands procès. Aujourd’hui, ces facteurs semblent avoir été considérablement réduits ».

La deuxième source de l’ICO Journal, qui vient du SEC, s’attend à ce que la décision soit annoncée en septembre, mais reste optimiste : « je m’attends à une issue positive en septembre, ou, si nous devons attendre un petit peu plus longtemps, à ce que ce retard soit dû à la finalisation de détails au niveau de la régulation des cryptomonnaies ».

Le Bitcoin surfe toujours sur la vague provoquée par l’annonce de BlackRock, le plus grand gestionnaire de fonds au monde, qui a déclaré s’intéresser aux cryptomonnaies : les investisseurs espèrent qu’un afflux de capitaux institutionnels créera une nouvelle demande pour les devises virtuelles.

La nomination de David Solomon comme nouveau directeur général de Goldman Sachs la semaine prochaine est venue amplifier les effets de l’annonce de BlackRock. M. Solomon avait déclaré en juin que la banque new-yorkaise envisageait d’agrandir son portefeuille de services en lien avec les cryptomonnaies. D’après lui, Goldman Sachs propose déjà à sa clientèle des instruments dérivés cotés liés au Bitcoin, mais il a affirmé lors d’un interview pour Bloomberg que la banque devait « faire évoluer son modèle et s’adapter à l’environnement actuel ».

En ce qui concerne les régulations, le conseil de stabilité financière (CSF), un organisme de surveillance internationale qui contient des membres des économies majeures du G20, a rendu public un rapport selon lequel les cryptomonnaies ne posaient pas de risque matériel au système financier global pour le moment. La nouvelle a été prise comme un signe que les régulateurs mondiaux ne comptent pas trop interférer avec les cryptomonnaies. Le CSF a de son côté annoncé qu’il allait surveiller les actifs crypto dans les banques et dans les grands systèmes financiers mondiaux.

Cependant, le boom du Bitcoin, qui reste de loin la cryptomonnaie la plus répandue, n’a pour l’instant pas eu d’effet sur les autres monnaies virtuelles : l’Ether a perdu 1 % en 24h, le Ripple a baissé de 2,6 %, et le Bitcoin cash de 3 %.