Un mont-de-piété pour les voitures ! En 2015, Cédric Domeniconi et Alex Lötscher ont créé Fineocar, une société qui propose un service de « vente à réméré » de voitures. Un nom barbare derrière lequel se cache un concept simple : confier temporairement sa voiture en échange d’une somme d’argent.

La vente à réméré est un système peu connu en France. C’est un pacte défini par le Code Civil français par lequel « le vendeur se réserve le droit de reprendre la chose vendue moyennant la restitution du prix principal et le paiement des frais ». Il s’agit, en fait, d’un montage simple qui s’apparente à la vente d’un bien avec la faculté de le racheter. Le terme « réméré » vient d’ailleurs du latin « redimere » qui signifie « racheter ».

En immobilier, par exemple, le réméré est un contrat de vente, établi devant notaire, qui va garantir au vendeur la possibilité de racheter son bien ultérieurement. Avec un avantage de taille : le vendeur peut continuer à occuper son logement après avoir conclu un contrat d’occupation des lieux avec l’acquéreur et lui payer des indemnités d’occupation.
Ce n’est pas vraiment un bail, car un contrat d’occupation des lieux (ou de convention d’occupation précaire) donne lieu à des indemnités d’occupation. Du coup, pour le « propriétaire », la réglementation est plus souple en cas de défaut de paiement. S’il est peu connu, c’est surtout que le réméré  jouit d’une mauvaise réputation. Et pour cause, cela concerne souvent des personnes en situation d’endettement ou ayant des difficultés importantes de trésorerie qu’elles ne peuvent pas résoudre en contractant un crédit bancaire classique, souvent parce qu’elles sont fichées à la Banque de France.

Mais le réméré peut aussi être utilisé comme une source de financement très pratique pour tous types de biens. Cédric Domeniconi et Alex Lötscher, les cofondateurs de Fineocar, en ont bien compris tout le potentiel en créant une société spécialisée dans la vente à réméré d’automobile. “Environ deux tiers de nos clients nous confient leur voiture pour répondre à des besoins de trésorerie à court terme, par exemple pour payer des impôts ou des salaires », expliquent-t-ils.

Et contrairement à une idée reçue, les personnes qui utilisent ce type de service ne sont pas les plus modestes. Les clients sont souvent des entrepreneurs ou des chefs d’entreprise, amateurs de belles voitures, qui apprécient la solution simple, sûre et discrète proposée par la société de vente à réméré.

Il suffit de jeter un œil dans l’entrepôt de la société Fineocar pour s’en convaincre. Près d’un véhicule sur deux acquis est une voiture de haut de gamme. Motos et camping-cars représentent quant à eux respectivement 6 et 4 % des modèles. Les Mercedes représentent 20 % des véhicules déposés par ses clients. Arrivent ensuite les BMW, les Audi et les Porsche, loin devant Renault, Fiat et Volkswagen. En termes de valeurs de transactions, Mercedes domine encore le classement, avec 21 % du total. Le constructeur allemand est talonné par Porsche, qui représente 16 % du montant total du chiffre d’affaires. Viennent ensuite BMW et Audi, avec 9 % de la valeur traitée, puis Aston Martin, Bentley et Maserati.
“Beaucoup de clients font appel à nos services parce qu’ils ont besoin de liquidités rapidement pour investir. Ces clients savent très bien dans quoi ils s’embarquent, et reprennent généralement le volant de leur voiture au bout de deux à quatre mois”, ajoute Cédric Domeniconi.
Les propriétaires peuvent obtenir une somme équivalente à 50 à 70 % de la valeur du véhicule. Les clients ont ensuite trois mois (renouvelables) pour récupérer leur voiture contre remboursement de la somme, majorée des frais et des intérêts. A défaut, la voiture sera saisie et vendue aux enchères.