Les structures d’accompagnement de startups sont nombreuses à Paris et une quarantaine d’incubateurs témoignent du dynamisme innovant de la capitale. Conçu par des femmes et pour les femmes, l’incubateur Willa est dédié à l’empowerment et à l’entrepreneuriat féminin. Anciennement Paris Pionnières, il a fait émerger 530 startups depuis sa création il y a 14 ans. Sa mission : pallier le manque de mixité dans l’écosystème des startups en se positionnant comme levier entrepreneurial.

 


Mettre les femmes au cœur de l’innovation

Si le leitmotiv d’un incubateur est de mettre à disposition des structures et de mettre en relation ses startups avec des investisseurs, Willa enrichit ses services en accompagnant ses entrepreneures en amont. Dans cet optique, l’incubateur propose trois programmes en propre : Un bootcamp de trois jours destiné aux femmes qui veulent tester leur fibre entrepreneuriale ; une pré-incubation de six mois puis l’incubation d’un an que l’on retrouve dans les incubateurs conventionnels. Pour Estelle Elbourg Grava, en charge de la communication chez Willa, la structure est « de plus en plus amenée à développer des programmes thématiques sur des domaines où on retrouve peu de femmes comme la Fintech, la Deeptech, le sport ou encore le développement durable. C’est là que réside notre ADN : accompagner en amont. Nous avons également une brique empowerment que l’on ne retrouve pas dans les autres incubateurs sur tout ce qui est leadership et prise de parole en public ». Les programmes proposés par Willa sont relayés essentiellement par le bouche à oreilles et par les entrepreneures qui postulent d’elles-mêmes. Seule condition pour être accepté : il faut au moins une femme dans l’équipe fondatrice dans l’entreprise.

 

entrepreneuriat
Situé Rue du Sentier, en plein cœur de Paris, l’incubateur Willa a accompagné depuis 14 ans 1050 femmes entrepreneures avec l’aide de 150 coachs et experts.

 

Si dans l’incubateur, on retrouve bon nombre d’équipes mixtes, le bootcamp est quant à lui exclusivement réservé aux femmes. La raison coule de source. Contrex a mené une étude qui montre que 69% des femmes pensent qu’elles seraient plus épanouies en étant entrepreneures, mais seulement 9% des fondateurs de startups en France sont des femmes. « Le passage à l’action est plus compliqué, donc le fait de se retrouver entre femmes libère la parole et met plus à l’aise. C’est la raison d’être de nos bootcamps ». À l’issue de trois jours axés sur l’amorcement d’une startup, de l’élaboration du business plan à la communication digitale en passant par l’aspect juridique, chaque entrepreneure présente un pitch devant un jury d’alumni, de partenaires financiers et d’un membre de l’équipe Willa. Des prix sont ensuite remis et permettent d’intégrer le programme de pré-incubation de six mois, mais également de bénéficier d’un coup de pouce qui relève du mécénat de compétence.

La fibre entrepreneuriale par et pour les femmes

Créé par Frédérique Clavel, Willa contribue largement à faire de Paris la capitale européenne des startupeuses avec 21% d’entreprises créées par des femmes. Pourtant, le manque de mixité dans l’écosystème startup reste entier : seulement 10 % des startups sont fondées par des femmes en France. Pour Estelle Elbourg Grava, le changement de nom s’accompagne d’un désir d’agrandissement d’échelle : « Née en 2005, l’association avait pour objectif initial de permettre aux femmes de se réunir entre elles et d’exprimer leur problématique. On a changé de nom parce qu’on estime qu’aujourd’hui les femmes sont au courant qu’elles peuvent entreprendre. On a également voulu opérer un changement d’échelle, et cela passait par des ambitions en région. Nous avons commencé à Nantes et à Nancy, mais nous avons aussi des aspirations internationales ». Avec l’accompagnement des entrepreneures comme postulat de départ, Willa fait déjà bouger les lignes des startups parisiennes de la tech grâce à l’initiative de programmes en propre et en favorisant l’inclusion.